Archives de catégorie : Sortie Photo

Tourisme karstique à Pont de Poitte !!

Profitant de cet étiage prononcé et d’une lumière adéquate, Franck et moi-même continuons notre tournée des marmites !

Pont de Poitte n’est pas la porte à côté mais avec ces conditions exceptionnelles, on ne pouvait pas laisser passer ça.

Juste avant d’être engloutie par le barrage de Vouglans, la rivière d’Ain se permet toutes les fantaisies karstiques.
En pleine agglomération, c’est un festival de marmites que l’on peut découvrir.
Plus en aval, avec le Saut de la Saisse, c’est comme un baroud d’honneur lancé par le cours d’eau, avant de s’assagir dans les profondeurs de la retenue.

Il y a un fort contraste entre les deux secteurs.

Au niveau du pont qui enjambe la rivière, les lambeaux de roche émergents sont recouverts d’une moquette de végétale.
Pour accéder à certains d’entre eux, il faut choisir son itinéraire pour si l’on veut garder les pieds au sec. Par endroits, la roche est ciselée comme de la dentelle.

Au Saut final, la mousse ne parvient pas à s’accrocher à la roche, ce qui rend l’endroit quasi minéral. Cela contribue à rendre ce site unique pour la région.

On a un peu le même genre de paysages aux cascades du Sautadet, dans le Gard. La roche est ici très claire, ce qui lui confère un aspect tendre.

Les meilleures  photos de cette visite   ICI

Escapade photos vers Saint Claude

Vu que les samedi-dimanche sont pas mal chargés en ce moment, on s’improvise un week-end en semaine !
C’est ainsi que Gérard et moi nous retrouvons au camping de Saint Claude pour profiter de cette belle arrière saison.
On commence par le canyon du Flumen. Comme nous n’avons qu’une bagnole, nous ne faisons que le best of  (l’amont).
Si son débit est d’habitude important (ce  dont il faut se méfier), cette fois-ci, il n’y a rien à craindre.
Le début est original puisqu ’ on passe sous les ruines d’un moulin.
Je me rends compte que certaines cascades sont accessibles hors activité canyon. (bon à savoir pour de futures photos d’eaux vives)
Bien qu’on soit pas bien loin de la route, on ne l’entend pas, ce qui ajoute au pittoresque de cette descente.
L’eau est froide mais c’est normal puisqu’elle sort de terre juste au-dessus du canyon.
La dangereuse marmite suspendue annoncée sur Descente canyon ne nous effrayera pas beaucoup car elle est vide !

A peine arrivés au sentier de sortie, on repère déjà des touristes qui justement remontent les gorges en voiture !! et ils ont de la place.

Après un casse croûte rapide au camping, on enchaîne avec le Grosdar aval. Gérard l’a déjà fait 2 fois, moi non.

Bien que ce soit la rando-aquatique d’initiation du secteur, je n’ai jamais osé me lancer dans une séance photo avec Franck dans cette gorge sans l’avoir préalablement reconnue.
Nous ne sommes pas seuls durant la marche d’approche …. des milliers de papillons (pyrales du buis) s’envolent devant nous.

Curieusement, certains buis sont encore en bonne santé apparente mais d’autres sont complètement cramés.

Après être passés devant une ferme inhabitée et au moment où l’on aperçoit la cascade de la queue de cheval, on se met à l’eau.
La descente est un vrai plaisir esthétique avec des marmites pleines qui nous tendent les bras.

Les niveaux sont très bas mais l’eau est claire et pas encore trop envahie de feuilles mortes….des conditions idéales pour mettre en valeur les fantaisies de l’érosion.
Le soleil joue à cache-cache et c’est tant mieux pour ne rien griller.
Gérard me précède et donne volontiers les échelles.
Tous les obstacles de cette descente se contournent et il y a même une échappatoire possible en amont de la cascade finale de la queue d’âne.
C’est sûr, j’y reviendrai avec Franck.
Le timing est bon. En soirée, nous trouverons encore le temps de parcourir le sentier touristique des gorges de l’abîme (à nouveau ouvert) et d’aller voir la cascade des Combes.

 

Le second jour de notre « WE en semaine » sera consacré à une séance photo à la Lésine du Miroir, au-dessus de Saint Claude.
J’y suis déjà allé avec Franck en avril 2015 http://speleo-gcpm.fr/miroir-o-mon-beau-miroir/  mais nous n’avions pas encore les grands panneaux leds à l’époque.
Cette fois-ci, forcément, on trouvera l’entrée du premier coup.
Bien que je connaisse les lieux, je reste muet et ému en arrivant au bord de ce mur « « très spécial » Gégé est conquis de suite, lui aussi !!
Le site à photographier fait tout au plus, une trentaine de mètres mais on restera quand même 2h30 à s’appliquer pour sortir quelques clichés.
C’est un vrai challenge de gérer la lumière dans de telles conditions car l’espace n’est pas bien large et il y a surtout ce mur parfaitement lisse et brillant.
On garde quand même comme objectif, l’idée de contre-jours toniques.
Il nous faudra vraiment affiner pour produire quelques images sortant du lot et qui magnifient ce site géologique unique.

Comme il nous reste encore un peu de temps après cette belle séance photo, on fera un petit crochet par le lapiaz de Loulle et les traces de dinosaures (Gérard ne connaissait pas.)

Une fois de plus, l’aspect minéral de notre cher Jura nous aura ravi.

Toutes les meilleures photos de cette virée jurassienne   ICI

Le Beau Thomas !

On l’aura tellement charrié pendant cette sortie photo interclub que le titre du CR était tout trouvé…

 

Nous nous retrouvons donc à 4 spéléos, d’abord à la Vieille Folle pour lui tirer le portrait puis à la Baume d’Echarnoz vers Reugney. (Il y a Pierre DIVOUX et Romain VENOT , tous deux du GSAM ainsi que Thomas et moi-même.

 

 

Cette sortie marque aussi le retour de Romain Venot (du GSAM) dans sa région d’origine et nous nous réjouissons de multiplier les occasions pour s’adonner à cette passion de la photo souterraine.

 

Dès l’entrée de la cavité, l’esthétisme est au RDV avec cette forme ogivale caractéristique.
Je suis déjà venu 4 ou 5 fois faire des photos ici , avec Gérard ou Franck ; du coup, je suggère des angles de vue qui me semblent intéressants.
Le sujet suivant se concentrera sur les cupules présentes aussi bien au sol que contre les parois. On a pas l’habitude de faire des plans rapprochés sur ces formes d’érosion , ce qui rend le challenge excitant.

Nous apercevons un spéléo qui arrive vers nous, c’est Thomas qui nous rejoint ; il vient de la perte amont des Biefs où il est allé donner un coup de main. A partir de ce moment là, c’est lui qui donnera les échelles et je m’improviserai éclairagiste.

 

Nos deux invités semblent ravis de ce studio photo et ils s’en donnent à cœur joie.
J’ai apporté un bateau pneumatique gonflable pour mettre en scène une navigation sur le bassin profond.

Nous devons d’abord dégager pas mal de branches suspendues au fil téléphone.
Vu la turbidité de cette eau croupie, il est inutile de placer des spots dans l’eau …cela ne donnera rien de plus. A force de renouveler les prises avec les 2 appareils, on fini par en sortir quelques unes de bonnes. Pour ce type de cliché, les flashs sont indiqués car il est compliqué pour Thomas de rester immobile dans l’embarcation.

Quelques mètres après le bassin, la galerie a un profil de rêve avec des surcreusements étagés. Pour couronner le tout, une flaque permettra d’ajouter un reflet aux compos. Thomas fait preuve à la fois de patience et d’une grande imagination pour rendre son rôle de modèle créatif et nous ne manquons pas de lui rappeler !!!!

Nous poursuivons encore un peu plus loin pour tenter de mettre en boite ce curieux passage du bénitier. Un bassin profond déverse son trop plein par deux coulées de calcite bombées évoquant des bénitiers. Nous ne sommes pas trop de trois pour assister Romain qui est derrière l’appareil.

 

Le temps d’un casse croûte et nous poursuivons notre route vers un tout autre décor, celui de la Baume d’Echarnoz, Reugney.
La technique du contre-jour reste identique mais là, ce sont les volumes qui changent car on est dans une grande salle ovoïde.
Je suis épaté par la puissance des flashs (il faut dire qu’il y en a 9 en service pour éclairer les lieux.)

 

 

Arrivés aux voitures, il se met à pleuvoir. Romain souhaite voir à quoi ressemble le puits de la Brème à l’étiage car il l’a toujours vu plein d’eau. Avec cette sécheresse, nous ne serons pas déçus.
Voilà une belle journée entre amis qui s’achève. Reste encore le plaisir de voir le rendu des photos devant l’ordi et sur les réseaux sociaux.

 

Toutes les photos de cette sortie   ICI

Guy

Une histoire de baguettes !

C’est lors d’une formation « Sourcier » organisée au printemps 2018 que j’avais rencontré Roger LUTZ et son épouse Claudine. Roger était même intervenu durant cette journée pour témoigner de l’efficacité des baguettes puisqu’elles avaient permis de découvrir la grotte dite « Baume du Coudrier » située non loin d’Arbois. (Le coudrier étant l’autre nom donné au noisetier, auquel les sourciers prêtent de grandes qualités.)

Plus récemment, nous sommes allés faire une séance photo dans une grotte située sur le secteur du Coudrier. C’est là qu’a émergé l’idée de contacter Roger et le Cercle Arboisien de Recherches Spéléologiques, pour savoir s’il y avait une possibilité de faire une séance photo dans cette cavité découverte avec des moyens peu courants !

Roger nous explique que la grotte est fermée avec une trappe du fait de son extrême fragilité. Il y a tout de même quelques visites accompagnées par an, qui peuvent se faire sous certaines conditions. Un arrêté préfectoral en fixe les modalités.

 

Nous expliquons que notre souhait est d’aller y faire de la photo. Ça tombe bien puisque Roger est sur le point de finaliser un ouvrage consacré à ce sanctuaire souterrain. Il pourra enrichir son livre de quelques uns de nos clichés.

RDV est pris le premier juillet au parking du trou. Nous sommes au nombre de cinq, le maximum possible pour un groupe : Gérard, Damien, Daniel, Franck et moi. Roger a convié Patrick Guerin, un second accompagnateur, également découvreur de la grotte. L’enthousiasme est de mise, d’autant plus que Roger semble intarissable pour nous présenter toutes les facettes de cette cavité si particulière.

Une fois la trappe ouverte, c’est avec une certaine fébrilité que nous descendons le puits d’entrée d’une douzaine de mètres. La verticale atterrit dans la « salle du miroir », où l’on peut observer un beau miroir de faille strié. En bas, première surprise, nous constatons que le percement artificiel du plafond s’est fait à l’endroit le plus haut de cette salle où nous venons de prendre pied, soit à 2 ou 3 mètres de la surface.

C’est Michel Rosa, dit « Baba » un spéléo ardéchois qui, avec sa baguette de coudrier, a indiqué avec une très grande précision l’endroit où il fallait creuser.
Il l’a répété plusieurs fois : « C’est ici qu’il faut creuser ! »…. Et il ne s’est pas trompé. Roger nous explique qu’il était sceptique et avait testé les capacités de Baba en l’amenant à la verticale d’une cavité connue et topographiée et à sa grande surprise l’ardéchois avait repéré avec précision le plan de la grotte en surface !
Devant ce constat, même le plus dubitatif ne pourrait que se rendre à l’évidence : ça marche.

La cavité est scindée en deux parties distinctes. Nous commençons par la galerie nord appelée aussi « Rivière des Nymphes ». Elle mesure 113 mètres de long. Elle est spacieuse et quasi horizontale.

La période estivale n’est guère propice pour observer des écoulements à si faible profondeur mais, à notre grande satisfaction, il y a encore un peu d’eau dans certains gours.

Bien sûr, il y a un cheminement à respecter. Celui-ci est matérialisé par un cordon blanc qui n’a rien à voir avec des rubalises disgracieuses. Seul Roger s’autorisera à sortir de ce tracé pour donner une échelle humaine ou poser un spot. Nos accompagnateurs sont très prévenants en nous indiquant où il faut se baisser, faire attention de ne pas poser la main…

Nous sommes limités pour la pose des spots, compte tenu de la fragilité du concrétionnement et constatons qu’il nous sera difficile de mettre en place certaines techniques de contre-jour.

En même temps que nous mettons en place des compositions photo, Roger nous propose une lecture scientifique de ce que nous voyons : traces du passage de l’eau ayant creusé les conduits, séismes ayant occasionné des fissures dans les concrétions, mouvements tectoniques….. Toutes ces explications sont un avant goût de la monographie de la Baume du Coudrier que je me réjouis de parcourir d’ici quelques mois.

Nous revenons à la base du puits d’entrée pour commencer la visite de la seconde partie de la grotte appelée « L’autre côté du Miroir », au vu de sa situation à la base du miroir de faille.

Le gabarit des galeries est bien plus petit et il nous faudra redoubler de vigilance pour ne rien endommager. Nous reconditionnons notre matos pour avoir des petits sacs et rien qui traîne. Là encore, nos accompagnateurs sont très attentionnés et nous aident dans le cheminement et le port du matériel. Ils nous font constamment des recommandations pour la préservation de la caverne.

Le spectacle est tout à fait différent : des stalagmites presque translucides, des gours aux lignes très esthétiques, des cristallisations, le tout est dans un état de conservation exceptionnel lié au travail de protection des inventeurs de la cavité. Cette partie de la grotte se développe sur 125 mètres et se termine par la « salle du Dragon ».

L’arrivée dans cette salle est un enchantement, car en son milieu une arrivée d’eau calcifiée forme « La fontaine de jouvence », Patrick et Roger confirment que c’est l’emblème de la grotte.

Le choix a été fait, aux deux extrémités de la Baume du Coudrier, de ne pas entreprendre de grosses désobstructions, là encore par souci de préservation.

Cette sortie photo fut comme un rêve éveillé et elle continue de nous trotter dans la tête. Nous ne pouvons qu’adhérer aux mesures prises pour la préservation de la cavité et félicitons le club inventeur pour son excellente gestion de l’accès à ce milieu très fragile.

 

Un GRAND MERCI à Roger et Patrick pour leur accueil, leurs connaissances et leur passion tellement communicative…

Toutes les photos   ICI

Et en bonus, la vidéo de Franck : https://www.youtube.com/watch?v=XMEYrSC1qH4&feature=youtu.be

Damien, Gérard et Guy

Inter-club au gouffre du Naud

C’est sur une idée de Samuel Prost du club « Nyctalopithèques » que s’est organisée cette sortie photo dans ce gouffre qu’ils ont découvert en 2005.

 

Une expo photo est envisagée au village des Gratteris à l’automne (lors des JNS) et c’est dans cet optique que Gérard et moi nous retrouvons au pied du trou avec 6 de leurs membres : Eric Jeannot et son épouse Fabienne, Stéphane Guignard et son épouse Cathy, Didier Pasian et Thierry Marchal.
Pour Gérard et moi qui découvrons le trou, c’est le grand luxe : Outre leur faculté à voir dans le noir, nos compagnons du jour sont bien de service, se proposant pour porter le matériel.

 

Nous ferons les photos en remontant et nous cantonnerons aux deux premiers puits (P10 et P20) ainsi qu’à la salle de décantation.

A l’entrée de la perte, on n’imagine pas du tout le gabarit des conduits qu’il y a en dessous.
Le P10 fait suite à un ressaut de 2 mètres et un court passage bas. La verticale s’évase rapidement en éteignoir. Il est bien corrodé et sa base se prête bien à la réalisation de contre-jour.
Parvenu à son pied, on se retrouve dans un vaste couloir aux parois de plus en plus hautes. La roche est belle.
La surprise n’est pas terminée car on débouche à mi-hauteur d’une gigantesque cheminée en forme de haricot ! Waou !
On repère de suite sur la droite une vire aérienne qui nous permettra de positionner un « spéléo-echelle » supplémentaire.

Arrivés en bas de ce magnifique puits, une escalade équipée permet d’accéder à une lucarne donnant sur une cheminée parallèle. Son sol contraste fortement avec la précédente car une bonne couche de boue bien collante la recouvre.

Les contre-jours et la boue font en général bon ménage et nous plantons le décor avec nos trépieds fichés au sol.
Suite à l’exercice secours qu’il y a eu dans cette cavité, de multiples équipements ont été installés, ce qui nous donne la possibilité d’éclairer les lieux en plein d’endroits différents.

Petit bonus, nous avons des modèles féminins avec nous, ce qui rend les clichés encore plus photogéniques… Merci à Fabienne et Cathy qui ont joué le jeu.

Avec les prises de vue qui s’enchaînent, on ne voit pas le temps passer….ça fait bientôt 4h00 qu’on est sous terre !!

Au final, ce fut une belle expérience qui nous a sorti de nos habitudes
(A renouveler sans modération quand l’occasion se présentera.)

 

Toutes les photos de la sortie     ICI

La grotte du Sachon

Cela fait un bout de temps que nous avions repéré cette mini-rivière souterraine dans le Tome 3 de l’ISD pages 260-261.
Cette cavité est récente, puisqu’elle a été découverte par les spiteurs en 1989 (Fruit de la Passion n°2 )

Christophe fut au préalable mis à contribution car notre tour de ceinture pourtant « taille de guêpe » n’apprécie guère le gabarit de l’entrée !

Quand Franck et moi arrivons au point de RDV, nous nous retrouvons à huit ! (mais ce n’est qu’une demi-douzaine de génisses qui nous accueille)

L’entrée passe comme une lettre à la poste…Merci Christophe.
Les niveaux d’eau doivent être bons car on n’entend pas de suite la rivière couler.
J’y étais pourtant déjà venu il y a une trentaine d’années avec Bernard mais je ne me souviens de rien … l’Alzheimer guette !
Nous ne sommes pas déçus car le potentiel photo est réel dès le début avec un beau massif concrétionné.
Peu de monde viennent traîner leurs bottes par ici car il n’y a pratiquement pas de traces de passages.
Par un petit ressaut, on prend pied dans la rivière et l’ambiance devient d’un seul coup complètement différente.
On essaie de pousser le plus loin possible et on fera les photos au retour.
La première voûte mouillante est courte mais bien aquatique.
La seconde est bien chiante car elle se fait en rampant dans une roche qui accroche un peu (il faut dire qu’on est chargés comme des mulets avec le matos photo…)
On poursuit encore un bout de temps. La galerie devient plus étroite et s’agrémente de passages sup, donc on décide de rebrousser chemin et de commencer la séance photo.
Le taux d’humidité est maximal et Franck essuie souvent la lentille de l’objectif. Vu la largeur de la galerie (1m en moyenne), on regarde attentivement les endroits où une compo est possible.
On finit par le plus facile, la zone d’entrée, qui est ébouleuse mais partiellement concrétionnée.

Les découvreurs ont dut être surpris à l’époque, de tomber sur cette rivière car devant l’entrée, on ne s’y attend pas vraiment.

les photos de la sortie   ICI

Sans pouvoir dire qu’elle a les atouts d’une petite classique, cette cavité de notre secteur est néanmoins intéressante et « hors sentiers battus », ce qui fait également son charme.

Jérusalem, après la pluie

C’est en consultant le topoguide « Les belles du Doubs » que Franck et moi-même avons eu l’idée d’attendre de bonnes pluies pour aller faire une séance photo dans les premières verticales du « Jéru ».

Julien nous annonce par mail qu’il sera des nôtres.
Et puis, il y a un certain « tophberna@….» qui me dit être également intéressé…. mais celui-ci, je le démasque rapidement…ce doit être Chrsitophe RAGUIN qui me fait une blague ! pas possible puisque samedi, il est à l’AG du Comité Spéléologique Régional Bourgogne Franche-Comté à Francheville ! Je réponds d’ailleurs au mail de ce Mr Tophberna en faisant le « neuneu » !
Arrivés au parking du gouffre, je vois un type qui sort de sa voiture.
Sa tête me dit quelque chose, je l’ai vu à l’AG de notre club mais j’ignore son nom… il s’appelle Christophe aussi, mais celui-ci est pompier!….et là, j’ai l’air con !
Pour faire 2 pierres d’un coup, j’ai apporté tout le nécessaire pour mesurer le débit du ruisseau.
C’est le GIPEK qui est à l’initiative de cette campagne de mesures. Elle a pour but de mieux connaître l’hydrologie de ce très grand réseau souterrain.
La technique est assez surprenante car elle utilise du sel fin et un conductimètre.
Une quantité très précise de sel est déposée dans l’eau, en amont.
Le conductimètre est placé à une cinquantaine de mètres en aval. L’appareil va mesurer l’évolution du taux de sel dans l’eau en décrivant une courbe.
Par une formule mathématique, on obtiendra le débit du ruisseau.

Cette parenthèse terminée, on se tourne (sans se lamenter) vers le beau mur du Jéru (facile !)
Christophe (le pompier) et Juju équipent en rive droite , moi en RG tandis que Francky25 s’active derrière son boîtier.
L’eau ne manque pas, il doit bien y avoir 80 litres/seconde et nous improvisons rapidement une communication par signes.
Les angles de vue se succèdent.
Au milieu de ce vacarme et des embruns, nos deux compères observent nos préparatifs (angle de vue, éclairage …) et jouent le jeu pour donner les échelles.
Christophe équipe la seconde verticale et nous enchaînons avec de nouveaux clichés. Julien est épaté par la puissance de nos spots.
Le débit est copieux et on ne peut même pas voir la suite du réseau qui part derrière la seconde cascade.

Dehors, il pleut à nouveau.
Au final, avec ce temps pourri, on a quand même réussi à faire des photos d’eaux vives tout en étant à l’abri ! … et dans une bonne ambiance.

Pour voir toutes les photos, c’est  ICI

et pour avoir le son en prime, Franck nous a concocté une petite vidéo :

Les Faux Monayeurs : crue historique du 22/01/2018

Tous les facteurs concordaient pour qu’on ait des débits copieux à la grotte des Faux Monayeurs.
Les niveaux d’eau étaient déjà bien hauts dimanche 21 janvier
et voilà qu’on nous annonce des pluies soutenues toute la nuit ainsi que toute la journée de lundi.
De plus, il y a encore de la neige là-haut qui risque bien d’être embarquée par la flotte.

Ca fait un bout de temps que Franck et moi-même sommes à l’affût, en train de scruter les courbes de niveau.

La veille, (donc le dimanche 21/01), nous étions déjà allés sur place pour photographier les cascades qui sortent des fissures sous le porche du Pontet. Pour ce faire, nous avions installé une vire en rive droite.
C’est à ce moment là que nous avions flairé le coup : Demain sera le « bon jour »

Le spectacle éphémère que nous découvrons est dantesque.
Ca fait apparemment 20 ans qu’il n’y avait pas eu autant d’eau sortant de la grotte….
Franck, Daniel et moi-même sommes gâtés et on savoure ce spectacle inédit en cherchant tous les angles de vue possibles.

La galerie d’entrée est transformée en puissante rivière souterraine.
Heureusement, la berge rive droite est hors d’eau et nous permet d’installer une vire pour aller voir plus loin.
Nous n’irons que jusqu’au premier ressaut car il y a beaucoup trop d’eau pour le gravir.

Sur place, on ne rencontrera qu’une poignée de personnes, toutes issues du milieu spéléo dont Daniel du GCPM et Romain Lepage du GSD. Il faut dire que les routes étaient inondées en plusieurs endroits de la vallée.
On ne passe plus au niveau de la Tricote à Ornans ni à Lods bien sûr.
En aval de Notre Dame du Chêne (au niveau des rochers) , l’eau vient jusqu’à la route ainsi qu’aux Oyes,(juste en aval du camping.)
Le centre ville d’Ornans est dans l’eau.
Ce n’est que le soir, en rentrant qu’on se rend compte qu’on est en vigilance rouge dans le Doubs et le Jura.

Débits l’après-midi du 22/01/2018 :

10706 litres /seconde au Pontet. mesures.spiteurs-fous.fr/
215 m3/ seconde sur la Loue à Vuillafans, crue vicennale (une fois tous les 20 ans en moyenne)

Sur l’animation topo du site internet des spiteurs, les Faux Monayeurs auront été en charge pendant 46 heures (du 22/01 à 7h00  jusqu’au 24/01 à 05h00).

Le débit maxi fut atteint le 22/01 à 18h30 avec 11 113 litres/sec   (Pontet + Faux Monayeurs )

Cette crue est une des trois plus importantes que la Loue a connues. Si la plus forte s’est produite en juin 1953, la dernière en date remontait à décembre 1995 où elle avait atteint les 2,62 mètres.  Or, là, elle vient de monter à 2,70 mètres, et la rivière a atteint un pic de débit lundi soir avec 220 m3/sec à Vuillafans.

Toutes les photos de Daniel et Franck  pour ces 2 sorties ainsi que les courbes de niveau du jour  ICI

Cerise sur le gâteau, Franck nous a concocté une vidéo  du spectacle :

 

 

 

Leds et flashs aux Cavottes

Comparaison entre photo prise au flashs et photo prise aux spots leds

En avril dernier, on avait fait une sortie inter club avec le GSAM au gouffre des Ravières.
Ce fut l’occasion de rencontrer Romain Venot, un photographe spéléo que nous suivons sur Flickr depuis un bout de temps.

Franck – passage bas à la galerie Sud

 

Ce samedi, avec Romain et Franck, on remet le couvert dans le réseau sup des Cavottes.

Nos techniques de prises de vues sont très différentes. Romain utilise exclusivement des flash commandés à distance tandis que Franck et moi-même privilégions les panneaux à leds.

 

Pour Romain, le transport du matériel n’est pas très encombrant et il n’a pas besoin de poser son appareil sur un trépied. Par contre, il n’a pas beaucoup de lumière pour cadrer son sujet.

Romain – virage des cannelures, galerie Sud

Pour Franck et moi, c’est tout le contraire. Nos panneaux leds prennent de la place et les batteries sont lourdes.

De plus, on emmène des flash pour éclairer les modèles et des trépieds pour installer les spots.

C’est le prix à payer pour voir droit à un vrai confort : Voir ce qu’on prend.

Pour commencer nos ateliers photo, nous choisissons la galerie Sud qui a tout pour plaire …

un régal avec ses petits coins pour planquer les éclairages, les beaux volumes secs, des virages esthétiques …que du bonheur.

On alterne les techniques à tour de rôle sans se gêner.

Il y a du monde aujourd’hui aux Cavottes. On aura croisé une vingtaine de personnes en 3 groupes (allemands, alsaciens, jurassiens)

Le timing est bon et on enchaîne avec la salle des dunes et les gros volumes l’ex-terminale

Sur tout le réseau sup, il n’y pas une seul flaque d’eau nulle part (ni vers le puits de 20 m qui va au réseau inf ni de l’autre côté.) j’avais jamais vu ça.

Romain – tyrolienne

 

De retour au ressaut de 7m, Romain tente une photo d’action en plongée.

Pour terminer, on passe un bon quart d’heure à immortaliser le passage de la tyrolienne et c’est, à notre avis, mission réussie.

Le site Flickr de Romain Venot (GSAM) :

https://www.flickr.com/photos/romainvenot/

 

Toutes les photos légendées de cette sortie    ICI 

 

Le gouffre de l’Avenérée, vers Reugney

On connaissait « le faisan vénéré » mais pas le gouffre …. !!!

Cette cavité est très récente car elle a été découverte par le club spéléo « Les Spiteurs Fous » en 2006.

Son entrée est curieusement située sur une crête.

Vous l’aurez compris, le nom du trou est un jeu de mot….Aven veut dire gouffre dans certaines régions de France mais pas dans le Jura.

 

Dans le tome 5 de l’inventaire (pages 123 et 124), on nous dit que le trou est difficile à trouver mais on nous dit pas où c’est …voir plan joint.


A noter également qu’avant le puits de 11 mètres, il y a un passage resserré vertical qui peut surprendre si on ne s’y attend pas.

En fait de puits, il y en a deux qui sont juxtaposés…on peut choisir celui qu’on veut et ils ont plutôt l’apparence de toboggans secs.

On a presque l’impression de faire de la première vu le peu de traces de passages.

Les volumes sont tantôt concrétionnés, tantôt tourmentés avec un sol caillouteux.

A l’époque où l’eau a creusé cette cavité, l’entrée ne devait pas être sur une crête car il y a des formes d’érosion intéressantes au plafond.

Franck et moi commençons la séance photo par le fond.
J’étrenne ma nouvelle combinaison bleue toute neuve pour donner les echelles….ça va péter !


A notre avis, à moins qu’on trouve une suite intéressante, cette cavité ne deviendra pas une classique.

Par contre, si vous avez envie de faire de la spéléo d’initiation hors sentiers battus, ce petit gouffre peut vous plaire.

Voir toutes les photos de la sortie   ICI

Guy le 22 octobre 2017