Archives mensuelles : avril 2021

Vauvougier le 21 mars 2021

Participants : Sarah, Didier, Jean-Louis, Thomas X2


Une descente au Vauvougier pour récupérer de la journée bois de la veille. C’était la proposition de Jean-Lou.

Le matin, nous voilà tous réunis dans le local matos pour préparer les cordes.

Sarah, Thomas et moi avons un peu la tête ailleurs à cause de la soirée raclette aux Cavottes d’hier soir qui s’est terminée bien tard (ou tôt, selon le point de vue).

On va sur place à deux voitures. Didier et Jlou dans la SpéléoMobile et le reste dans la voiture de Thomas qui fait du bruit.

Pendant qu’on se change, Didier et J Lou sont déjà prêts et partent équiper l’entrée.

Vient ensuite notre tour. Sur la vire, Sarah n’est pas à l’aise et Thomas ne dit rien(ça veut dire que tout va bien pour lui).

La vire est passée trèèès lentement mais trèèès sûrement.

Plus bas, dans le méandre menant au puits du Pendule, Thomas se glisse dans un passage impénétrable et fait demi-tour non sans difficultés. Ses gémissements résonnent des plafonds jusqu’au bas du puits.

Le ressaut du méandre est équipé par Didier pendant que JLou le désescalade.

Nous mangeons en bas du puits ASCO et j’équipe le ressaut qui suit. Jean-Louis le désescalade aussi.

Je décide de shunter le ressaut suivant par une petite étroiture verticale qui donnera du fil à retordre à mes camarades. D’ailleurs, le roi de la varappe désescalade encore le ressaut.

Plus loin, Sarah a du mal dans les passages en opposition, la raclette d’hier soir se fait ressentir.

On descend le P12 pour jeter un coup d’œil à l’Étroiture.

Largage de lest pour ceux qui le peuvent et demi tour.

Je déséquipe et rattrape les copains qui ont galéré à remonter l’étroiture, Didier et Thomas ont dû enlever leurs baudriers pour passer. Je la passe sans problèmes avec toute ma quincaillerie…TROP FACILE ! 😝

Quelques micros-tirs permettraient de rendre le passage moins inconfortable.

On continue notre remontée tranquillement. J’essaie de passer les ressauts sans la corde pour faire comme Jlou. Passer tous ces ressauts en libre permettrait d’économiser facilement un kit complet.

La vire d’entrée se passe plus rapidement au retour.

Nous arrivons dehors, tous en vie et bien satisfait de notre weekend.



J’écris ce CR à peine tard(à peine). En me remémorant cette journée, l’envie d’y retourner et d’aller au fond me titille. Il y aura peut-être un autre CR sur le Vauvougier dans les prochaines semaines.

 

Thomas J.

La LAVE 18 Avril 2021

Rassurez-vous, ça ne coulait pas autant samedi, loin s’en faut !

J’avais proposé une sortie, seul Guy avait répondu avec comme désir d’aller faire des photos à La Chenau mais hors 10 km donc …

Comme nous envisageons de brocher la deuxième partie à la Lave, je lui propose un repérage pour évaluer le futur chantier.
Guy me surprend en me disant n’y avoir jamais mis les pieds. Il me demande si il y a moyen de faire des photos dans la galerie du Beau Louis, vu que les photos dans le puits auraient besoin de 3 personnes pour que ça rende bien, je lui répond OK et nous voilà partis.
Je décide d’équiper le 2ième puits en fixe avec des maillons rapides et d’une corde que nous laisserons en place pendant la durée des travaux.
J’ai la surprise en arrivant devant le trou de voir un petit peu d’eau couler des inter strates à proximité de la buse du puits.
A la base du premier puits quelques percolations commencent à me faire douter pour la suite. Je m’engage dans le laminoir et là plus de doute, j’entends nettement l’eau couler. Je préviens Guy que nous risquons de nous faire « un peu mouiller » pour accéder au fond.
Quand je commence le « un peu » se transforme en « beaucoup » après avoir équipé la première partie du puits la suite se poursuit en vire et plus je me décale plus je prends la flotte, au début à peine supportable, mais quand j’installe le double amarrage qui marque le début de la grande verticale, c’est la douche bien glacée, ça me rentre dans le cou, me glisse entre les omoplates atteint le heu … ! Bas du dos et termine dans les bottes.
J’arrive péniblement à installer le double amarrage et c’est long avec les maillons rapides qui ne le sont pas tant que ça, j’accroche le kit avec le reste de corde et les amarrages restants, ça attendra pour la suite.
je suis rincé, J’ai trop froid et je signale à Guy que hélas nous n’iront pas plus loin et on commence la remontée. Guy remonte le premier à un bon rythme, c’est parfait, je n’attends pas pour déséquiper ça me réchauffe un peu. Enfin retour au soleil (pas si chaud que ça d’ailleurs avec la bise qui courre toujours) je me change rapidement et nous retournons au gite pour casser la croûte au soleil à l’abri de la bise, une bière et un bon café qui me réchauffe enfin.
Désolé Guy pour les photos, on reviendra de toute façon.
Moralité ¨ : La lave lave mais rince aussi
J lou

A la recherche de la Belle Louise – 5 Avril 2021

Dans les chaumières, l’idée circule que certains auraient aperçu la Belle Louise dans un gouffre du secteur très récemment …..
Une photo volée circulerait même avec la belle en train de se rincer le gosier !

Ah mais alors, ça n’est pas une légende ? Cette créature existe donc vraiment ?

Vite, une petite équipe se constitue pour aller vérifier si la Belle ne se cacherait pas au gouffre… de la Belle Louise  (tient donc…).
Nous sommes lundi de Pâques. Quelques braves bravent …heu pardon  se rassemblent avant l’interdit des 10km qui pointe le bout de son nez

Il y a le petit Jean Lou (qui ne connait pas la cavité) 😮, Xavier que l’on voit trop peu, Lisa et moi Christophe

On pousse Jean Lou dans le puits d’entrée (la bonne blague) et finalement il reste accroché à la paroi !
C’est donc lui qui équipera.
C’est toujours un régal de descendre dans ce grand puits très lumineux. La roche est très blanche, les parois sont corrodées à souhait. C’est magnifique.

Pour tenter d’approcher la Belle, malins (…),  nous avons descendu 1 kit plein de canettes de bière et à chaque mouvement, le bruit des bouteilles qui s’entrechoquent ne laisse aucun doute sur le contenu ! La Belle sera-t-elle encore une fois ensorcelée par cet appât ?

Les puits s’enchainent rapidement. Décidément, le p’tit Jean Lou se débrouille bien. Il ira loin s’il persévère.
A la base des puits, Toujours pas de Belle en vue.

.

 

Il faut aller plus avant et le groupe s’engage vaillamment dans le contournement du grand lac … celui là même qui avait stoppé l’ami Eugène Fournier il y a quelques années. Quelle chochotte ce Fournier !

Rapide visite de la salle de décantation pour voir qu’il n’y a rien à voir.

.

Petite visite dans le méandre jusqu’à la « cheminée de 20m » qui à vue de nez doit faire 20m de haut

Au retour nous nous engageons dans la salle Fourquet boueuse à souhait !
Je file faire une petite reconnaissance jusqu’au fond pour m’assurer que la Belle ne se dissimulerait pas dans un recoin peu fréquenté .
Après avoir farfouillé un peu au fond, je remonte et tout de suite, je constate une grande fatigue, mais la distance qui me sépare de la sortie est assez courte A la sortie du boyau d’accès, je récupère très vite.La configuration de cette salle est propice à la présence de Co2 Soyez vigilant !

Et puis, aucun intérêt a y retourner…  la Belle Louise n’habite pas là

Penaud de nos vaines recherches nous nous en retournons vers l’extérieur à la recherche d’un air plus sain

Et comme il n’est plus utile de promener ce kit de cannettes, on les sirotes toutes au pied du P48 pour se donner du courage avant d’affronter la remontée.

C’est encore le petit Jean Lou qui gagne en s’en enfilant 5 d’affilée .

Sacré Jean Lou !

PS:
Il est possible que quelques âneries se soient fortuitement glissées dans cet article.
Une chose est néanmoins sûre, il y avait une concentration  importante de Co2 dans la salle Fourquet  en ce printemps 2021

Christophe

De l’art d’accommoder les restes ou faire avec le peu que l’on a le 10.04.2021

Recette :
2 spéléos à moins de 10 km du refuge
3 ou 4 trous bien profonds dans le même rayon
Rentrer avant 19 h00 à la maison.

Réunissez tout les ingrédients et vous obtenez une sortie spéléo quand même.
Et ça donne : Alex Clet et moi-même + le Brizon
Rendez-vous 9h30 pour préparer le matos puis direction le Brizon.

 

J’équipe et ça commence mal, arrivé au palier à l’entrée du nouveau réseau, il me manque 1m50 pour poser le pied. Conversion puis remontée pour récupérer 2 m de mou sur les nœuds et les mains courantes etc… Redescente et là ça marche.
Alex me rejoint, puis on équipe la suite de puits.
Alex découvre le sublime P25 pas une goutte d’eau dans le réseau. Comme nous ne sommes que deux, nous arrêtons après la lucarne où nous n’équiperons pas la dernière partie étroite.
Alex se débrouille très bien, il faut dire que dans la semaine il a fait la Légarde, ça met en conditions !

 

Remontée tranquille, à la base du P25, je lui refile le kit avec la C71 et le voilà parti.
Retour au jour et casse croûte au refuge après avoir nettoyé le matos.
Une excellente sortie rapide et tire bras.
Reste trois trous à faire, ça suffira peut-être pour le mois qui reste.

 


Jean-lou

Que la lumière soit, et la lumière fut – Légarde 03.04.2021

Après quelques tergiversations sur le jour de sortie ce weekend de Pâques, surtout après l’annonce de notre cher Président de la République, nous nous retrouvons à quatre pour une sortie au gouffre de la Légarde ce samedi 3 Avril : Thomas, Alexandre, Christophe et moi.

Rendez-vous 9h30 au gite, (Christophe n’a que 10 min de retard), et préparation des kits sous la direction de Thomas.

La topographie laisse présager de beaux puits. Je préviens mes compères que j’ai une nouvelle et superbe lampe offerte par mes collègues à l’occasion de mon changement de boulot : une belle Scurion toute propre que j’ai fixée soigneusement hier sur mon casque ! Ce sera une belle occasion de voir comment ça claire dans les beaux puits de la Légarde !

Nous voilà tous partis dans la voiture à Christophe, masques posés sur le nez. En route ! Pas de GPS, notre conducteur et Thomas connaissent le site. Ça, c’est ce qu’ils nous avaient dit à Alexandre et moi, mais à chaque carrefour (j’exagère à peine), hésitation de l’un ou de l’autre : « Je crois que c’est à droite, ah non peut être le petit chemin là-bas je me souviens ». Finalement on arrive quand même à bon port.

Habillement dans le pré attenant au gouffre et là Thomas regarde à nouveau de plus près ma belle lampe. Bien sûr, il me taquine sur ma nouvelle acquisition…. Petit comparatif avec les autres modèles.

Une fois tout le monde habillé (il y en a qui vont plus ou moins vite !), petite photo de nous quatre en combinaison et nous rejoignons l’entrée du gouffre.

Surprise, il y a déjà une corde en place. Coup d’œil de Thomas : « c’est pas bien équipé, et c’est de la 8mm. »

Pour notre sécurité nous installerons notre propre équipement.

On s’enfile dans le gouffre, Thomas en premier qui équipe, suivi d’Alexandre puis Christophe et enfin moi pour fermer la marche.

On attaque donc le puits d’entrée. Belle petite descente de 28 m. Tout le monde gère bien.

On enchaine ensuite sur une petite vire qui nous mène au P30. On modifie l’ordre de passage, Christophe passe devant Alexandre. La descente se fait avec deux déviations dont une cède au passage d’Alexandre. Heureusement, c’est celle du bas.

Christophe a rattrapé la sangle et me la jette pour que je puisse la remettre en place pour la remontée.

Nous nous retrouvons sur un palier avant d’attaquer la dernière difficulté : un P40 avec 30 bons mètres plein vide. Il s’agit de ne pas se louper dans les manipulations donc petit rappel de sécurité pour tout le monde. Il y a passage de deux déviations avant d’arriver à la tête de puits. Finalement l’équipement réalisé par Thomas se passe plutôt bien, même si j’ai un petit stress à son approche.

Ça y est, on est tous en bas. Encore un petit puits pour accéder à la trémie. Et ce sera bien pour aujourd’hui. Profondeur 130 m environ.

Alexandre grogne car il a faim.

Nous nous installons donc à la base du grand puits. C’est là que Christophe nous explique l’accident qui a eu lieu en 1998 dans cette cavité, qui s’est malheureusement soldé par le décès d’une spéléologue. Christophe avait préféré attendre que l’on soit en bas pour nous le dire…

Passé ce moment d’émotion, nous mangeons nos casses croutes pour ceux qui en ont : Thomas tourne aux biscuits secs, il est devenu allergique aux cacahuètes.

Nous faisons quelques essais de lampe pour comparer avec ma scurion qui claire un max je trouve. J’essaie différents réglages pour me familiariser…Thomas continue à me taquiner….

Pour la remontée, Alexandre s’est vu prêter un bloqueur de pied par Christophe et il est tout heureux avec. C’est sûr qu’il y a quelques beaux puits à grimper !

C’est Christophe qui se colle au déséquipement des deux grands puits que Thomas avait équipé avec la corde de 100m dont le sac pèse le poids d’un âne mort !

Entre les deux puits nous prenons le temps d’explorer les sculptures réalisés par les spéléos dans cette zone d’attente. Toujours beaucoup d’imagination sous terre, avec une sirène tête de cochon !

Arrivés tout en haut, j’aide Christophe à remonter l’âne mort et je suis désigné d’office pour déséquiper le puits d’entrée.

J’attends donc que tout le monde gravisse l’obstacle, ça me permet de me reposer. La présence des deux cordes, comme à la descente oblige à rester vigilant pour ne pas se tromper de brin.

Et voilà mon tour, je m’exécute à ma tâche, avec une petite erreur en haut du puits sur le positionnement de la corde dans mon bloqueur dont je m’étais rendu compte en même temps que mes coéquipiers attentionnés me le faisaient remarquer.

Je dois dire à ce propos, que les sorties sont un plaisir car je sais que les équipements sont toujours étudiés pour parfaire la sécurité, ce qui met en confiance, notamment lors des belles descentes et qu’il y a toujours un œil avisé pour nous contrôler.

 

D’ailleurs dix secondes après la sortie le petit et traditionnel « paye ta bière » que m’adresse Alexandre, vous aurez tous compris

!

Mais ça m’est égal j’ai une belle lampe qui claire bien fort ! Na !

Petite photo souvenir à la sortie et retour au gite pour le rangement.

Encore une belle sortie, avec une bonne équipe, la dernière pour moi avant le mois de confinement à venir…

Didier