Archives mensuelles : janvier 2022

Le 09/01 aux Cavottes : ATTENTION !!! Descente de gazelles !

De gauche à droite : Céline – Raphaëlle- Lucie- Sarah – Jean Lou … cherchez l’intrus !

C’est une sortie sous le signe de la féminité, avec pas moins de quatre femmes pour accompagner Jean Lou en ce dimanche pluvieux!

Même son nain avait l’air surpris à notre passage, du haut de son
promontoire !

Nous avons au bataillon :
– Sarah, heureuse de pouvoir faire découvrir cette activité à ..

– sa sœur ainée, Raphaëlle

– Lucie , pour qui c’est aussi une première en spéléo.


– Moi , de retour après 3 ans d’absence .


– Jean Lou, que je retrouve avec plaisir, en grande forme et fidèle à lui même.


Il fait bon être sous terre plutôt qu’en surface ce jour là, et nous déambulons bien au sec et presque au chaud.

Lucie et Raphaëlle se débrouillent très bien, et nous parcourons sans encombre les galeries Nord et Sud, jusqu’au pied du P20 ( un petit crochet par la boite aux lettres pour moi, aidée par Sarah en soutien psychologique).


J’en profite pour expérimenter l’équipement- déséquipement, sous la surveillance de Jean Lou et Sarah, et non sans quelques sueurs froides au franchissement du faux pas.
Petit pique nique sur l’équateur (c’est à dire à mi chemin entre le nord et le sud), et retour par la tyrolienne, dans la bonne humeur générale.

En résumé, ce fut une sortie instructive pour beaucoup, joyeuse pour tous, et je dois dire quelque peu émouvante pour moi, à qui tout ceci a bel et bien manqué, en définitive.
Merci à toutes et à tous (enfin tout seul, quoi….) et à bientôt avec plaisir !


Les photos ICI


Céline

Sortie du 29 Décembre 2021 : la der des der !

A la suite de mon message pour une sortie remise en forme aux cavottes, Daniel Ramey et Alex Clet répondent présents.

Daniel apporte son matos photos pour faire quelques clichés.
Beaucoup d’eau dans les Cavottes, les ruisseaux après la salle des dunes qui alimentent la salle ex terminale sont en crue.
Il y a bien longtemps que je n’avais pas vu autant d’eau aux Cavottes.

Une vraie douche arrive de la grande coulée stalagmitique et le bassin s’est reformé.
Daniel fait ses photos, avec la puissance de ses spots la salle ex terminale nous apparaît

dans toute sa majesté, la séance dure 45 minutes et en regagnant la salle des dunes je suis surpris de voir que le gros débit du ruisseau a pratiquement disparu, il ne reste qu’un filet d’eau.Après un rapide casse croute, je les emmène visiter des zones que peu de gens connaissent.
Un rapide tour jusqu’au P20 et retour à la surface sous un ciel bas et pluvieux.
Une bonne sortie qui a atteint ses objectifs, mon obésité (20 grammes de trop) a disparue.


J’en profite pour vous présenter mes meilleurs vœux spéléologiques pour 2022-et Bises à tous.

Une sélection des photos ICI


Jean-lou

La Grotte de Don Camillo !

Non loin de Villers sous Chalamont, en passant à proximité de la chapelle « La Mère Eglise », on pénètre au cœur de la forêt domaniale de la Joux.
On arrive alors au lieu-dit « La Roche ». Une puissante résurgence surgit du pied d’un bel ensemble de falaises.

En crue, le torrent à l’apparence d’un grand escalier rectiligne : le spectacle est alors du plus bel effet.
L’eau sort de terre par la Baume des Curés. Pour les besoins en eau potable, la cavité a depuis longtemps attiré l’attention de la commune de Villers. Dans un premier temps, elle a été explorée par Eugène Fournier en 1923.

(La carte postale ancienne ci-contre montre l’aménagement qui avait été fait pour accéder à l’entrée sup connue, située à environ 4 mètres au-dessus de la source)


Aujourd’hui, le développement est de 1250 mètres, ponctué d’une demi-douzaine de siphons.
Dernièrement, en me baladant au pied des falaises, un trou noir situé 20 mètres plus haut que la source attira mon attention.

Grosse crue de début février 2021 (Merci Daniel Ramey pour la photo)

Et si c’était une cavité supérieure fossile correspondant à ce réseau !! ? Le point noir a très bien pu passer inaperçu car on ne le voit que d’un endroit précis.
Je me prend à rêver à une « grotte Baudin bis » qui nous conduirait au-delà des zones noyées. ! Je m’imagine déjà entrain de contacter mon club pour les convier à faire la première ensemble.

N’y tenant plus, je convie Gauthier et Roland le lundi 27 décembre pour en avoir le cœur net.
Le site n’est pas surplombant mais reste aérien. Ca glisse sous les mousses, ça parpine aussi. Gauthier choisit un itinéraire par la droite qui commence par une vire. Roland l’assure comme il peut.Après quelques plantages de gougeons, il accède au fameux trou noir.
Il s’agit effectivement d’une grotte mais elle ne développe que 6 mètres de long. Le porche de 1,2m de haut pour 2 m de large se poursuit par une galerie rectiligne.


Gauthier ne perçoit aucun courant d’air dans la fissure impénétrable située à son extrémité.
Il est possible que cette petite grotte ait déjà fait l’objet d’une reconnaissance mais je n’ai trouvé aucune trace écrite.

Vue d’ensemble de la zone connue du bas (Merci Franck Feret pour la photo)

Elle est maintenant inventoriée sur BaseKarst.
Voilà !, en prospection, on est bien loin de gagner à tous les coups mais on espère toujours qu’un jour, ce sera le jack pot !

Guy janvier 2022

Réveillon Brizon Chapon – 1 Janvier 2022

Petit coup de fil de Thomas Jounin à Christophe
Christophe dans le Brizon, à la base du P33 il y a une petite galerie tracée sur la topo mais je n’arrive pas à franchir une étroiture (….) Tu serais partant pour un petit élargissement dans un méandre ?

Le rendez vous est fixé au 18 décembre.
Après quelques échanges sur la liste GCPM, plusieurs ne connaissent pas le Brizon et sont partant pour un petite virée.

18.12.2021
Ce jour là, nous sommes 7 pour 2 sorties conjointes au Brizon.
Thomas Jounin est là, mais il n’est pas en forme. Il ne descendra pas.
Damien propose d’accompagner Christophe, et le second groupe est composé de Thomas, Sarah, Didier, Gabriel et moi (Jean lou)
Damien et Christophe s’arrêteront donc à mi-parcours pour faire de la désob dans une petite galerie.

Gabriel, Sarah et Thomas descendent pour leur première fois dans ce magnifique gouffre.

J’équipe jusqu’au fond suivi de près par Gabriel, lequel se débrouille comme un chef.

Nous arrivons à taper le fond des puits sans trop se faire mouiller, je remonte en tête en laissant nos coéquipiers décider qui, et comment s’organiser pour le déséquipement (c’est des bons maintenant, j’ai confiance).

Je retrouve Christophe et Damien et décide de leur prêter main forte …
La suite par Christophe ……

C’est rigolo, car il y a quelques années, je m’étais dit qu’il faudrait bien prévoir un petit repérage de ce boyau.
Le réseau accessible n’est pas bien long.; environ 10m, mais c’est gras à souhait. Après quelques mètres glaiseux on débouche sur une faille perpendiculaire qui pince sur la droite, mais qui se poursuit sur la gauche.
Je comprend rapidement ou Thomas s’est arrêté et je comprends sa motivation car 1 ou2m plus loin c’est beaucoup plus confortable.  L’accès est assez étroit et les forets ont du mal à s’engager dans la roche.En relais avec Damien, nous arrivons à forer 4 trous.
La présence de Jean Lou est bien appréciée pour nous aider au portage de retour

Au gite, une énergique séance de nettoyage s’engage. Nous sommes beaucoup dans ce petit local et l’ambiance est bonne.


Il faudra revenir…pour peut être découvrir la suite …

 

.

1er Janvier 2022

Jean lou et moi trouvons cet objectif parfaitement adapté à une suite de réveillon de nouvel an

On y retourne donc en petit comité pour bien démarrer l’année.
Ça coule un peu sous le petit pont, mais rien dans le puits d’entrée.
Ça percole bien dans le méandre avant le P25, mais c’est habituel en pareille circonstance.

Jean Lou équipe presque aussi vite que je progresse…. Je le soupçonne d’être déjà venu 😉

Arrivés à la base du P33, le méandre est toujours aussi glaiseux. Nous engageons une purge et une petite évacuation des déblais avec les moyens du bord (nos mains).
Notre action précédente a permis de progresser d’un bon mètre.
Il faudra encore au moins une séance pour enfin découvrir la suite … ou les traces de pas de nos prédécesseurs s’ils étaient filiformes. …

La sortie est torchée en à peine1h30 et nous permet de profiter du beau temps.

Casse croûte au chapon et au soleil devant le gite.
A bientôt pour la suite

Jean Lou et Christophe