Archives de l’auteur : Guy DECREUSE

Grotte de la Pontoise, dans le Jura

Ca fait un bout de temps que Franck et moi-même avions repéré cette cavité dans un des tomes des classiques du Jura.
La description qui en est faite nous a convaincu :
« Les volumes sont d’un gigantisme peu courant pour le département »
Le parc naturel du Haut Jura et le CDS39 ont entrepris en 1991 de réaliser plusieurs aménagements pour rendre la grotte plus attrayante : abri avec barbecue, panneaux, balisage, échelle métallique, sécurisation du parcours …
Les JNS y ont déjà eu lieu également.
Pour les renseignements pratiques, voir ce lien :http://juraspeleo.ffspeleo.fr/grottes/topoguide/fiches/pontoise.htm

Nous profitons de ce jeudi de l’ascension pour y monter.
C’est une belle occasion de tester les limites de nos 3 grands panneaux leds ….une salle de 120 mètres de long et 20 mètres de haut, ce n’est pas rien !
La description annoncée est au RDV.
Peu de concrétions mais de très gros volumes avec des inclinaisons de strates esthétiques. On est presque pas assez nombreux pour donner les échelles et mettre en valeur les longues perspectives.
Au final, on passe 4 bonnes heures dans le trou à s’appliquer.
Bien sûr, ce n’est pas tout près mais il est possible de faire une autre cavité du secteur sur une journée (la Lésine du Miroir par exemple qui est unique en son genre).
Comme il nous reste un peu de temps, nous sommes passés reconnaitre l’entrée du « Trou des Gangones » au-dessus de la Frasnée.

L’entrée n’est pas spectaculaire à l’étiage mais en hautes eaux, ce gouffre devient émissif. L’eau dégringole alors dans un canyon austère avant de sauter les falaises dominant le charmant village de la Frasnée.

Les 21 photos de la sortie    ici

Guy le 26 mai 2017

La « presque » traversée de Gomèse !

Cette belle traversée d’initiation se trouve à 8 km d’Arbois, en plaine.
Daniel et Franck y sont déjà allés en repérage et ont photographié la zone d’entrée.

Pour les renseignements, voir ce PDF :
http://cds39.ffspeleo.fr/rdv/rdv2013/jns2013/gomese.pdf

 

RDV est pris samedi pour mettre en image cette rivière souterraine.

Nous rentrons par la grotte pour remonter le cours d’eau.
Dans une ancienne publication sur les classiques du Jura, j’ai lu qu’on pouvait ressortir du gouffre par une escalade « peu difficile ». . . alors, allons-y gaiement !

Du coup, confiants, on fait les photos à l’aller puisque c’est prévu sans retour !.

A part quelques chiroptères, personne n’a mis les pieds dans la cavité depuis l’automne dernier. L’eau a tout nettoyé et nous avons vraiment l’impression de fouler un sol vierge.
La boue est omniprésente (surtout dans la première partie) mais il n’y a aucune trace de pas.

A mesure qu’on avance, le gabarit de la galerie augmente crescendo. Les prises de vues, compliquées au départ deviennent « plus confort ».

Nous sommes tous les trois conquis par le côté plaisant de la progression. Nous ne sommes pas bien loin de la surface du sol et il arrive que l’on aperçoive quelques racines.

Arrivés au siphon, nous suivons l’itinéraire indiqué pour rejoindre la base du puits de 6 mètres qui nous permettra de rejoindre directement le plancher des vaches.
L’escalade « peu difficile » s’avère beaucoup plus aérienne que prévu et mes 2 compères me dissuadent rapidement d’insister.
Un peu frustrés, nous nous résignons à retourner à la case départ.
Pour ne pas rester sur notre fin, Daniel et moi décidons de chercher l’entrée du gouffre et en faire profiter ceux qui désirent y aller (voir plan).

 

 

 

 

 

 

Nous sommes tous trois ravis de cette incursion aquatique que nous recommandons.

(Les périodes pluvieuses sont à éviter pour pouvoir faire la traversée.)

Toutes les photos     ici

Guy le 30 avril 2017

 

Grotte de la Doye vers Les Nans, Jura

Dans nos chères montagnes jurassiennes, il y a un autre village qui s’appelle « Nans »
Il est situé 7 km à vol d’oiseau au Nord-Est de Champagnole et 5 km à l’Ouest de Nozeroy.
C’est là que l’Angillon (un affluent de l’Ain) y prend sa source, dans un cadre pittoresque
où l’eau vive prédomine. Sources et grottes dominent le site.
Daniel y était allé traîner ses chaussures de marche pour parcourir la grotte de la Doye.
… Il fut vite stoppé par un premier plan d’eau où les bottes s’imposent.
C’est une cavité d’initiation. Le CDS 39 y a déjà organisé les JNS en 2006 et 2011.
Tous les renseignements utiles sont là :
http://juraspeleo.ffspeleo.fr/grottes/topoguide/fiches/doye.htm
Resté sur sa fin, Daniel nous convie Franck et moi-même, pour y réaliser une séance photo.
Comme d’hab, on fait d’abord la visite pour se faire une idée où poser nos trépieds.
Ce qui n’est pas noté dans le descriptif de JuraSpéléo et qui nous a beaucoup plu, c’est le plafond.
Il est incliné de bout en bout de la cavité mais parfaitement linéaire.
Le terminus est bien sympa lui aussi avec son siphon aux couleurs bleutées.
C’est l’occasion pour nous de tenter quelques clichés en plongeant les éclairages étanches de nos casques.
Les conditions de prise de vue sont comme les galeries : confortables.
On essaie (sans grand succès) d’utiliser les plans d’eau pour en sortir des reflets.

Au final, si vous avez envie de passer une belle après-midi spéléo en famille,

nous vous conseillons d’aller y traîner … vos bottes !

 

PS pour l’accès : depuis le parking, monter ce chemin qui se dirige vers les ruisseaux.
Laissez de côté le chemin qui monte à gauche puis on aperçoit à gauche le lit asséché d’un premier cours d’eau.
C’est celui-ci qu’il faut gravir par un sentier RG assez raide mais pas très long(une centaine de mètres).
Difficile de se tromper car les ruisseaux suivants sortent de terre au bord de la route.

Toutes les photos ici

Guy le 17 avril 2017

Sortie photo inter-club au Gouffre des Ravières

(Article construit avec l’aimable collaboration de nos collègues du GSAM)

C’est par le biais de FLICKR que Romain VENOT eu l’idée d’organiser cette sortie.
Sur ce site de partage de photos, Romain nous connait déjà, Gérard et moi mais seulement « virtuellement »
(Rien qu’au GCPM, nous sommes déjà 5 à poster des photos karstiques sur ce site :
Gérard JAWORSKI, Franck FERET, Pierre BERTINOTTI, Thomas JOUNIN et moi-même.)
De fil en aiguille, on se retrouve à 8 spéléos au-dessus du trou. 4 du Groupe Spéléologique Archéologique de Mandeure et 4 du GCPM .


Pas moins de 4 photographes sont là pour mettre en boite ces très beaux volumes.
Quant à moi, je m’occupe des éclairages et positionne Florent et Gauthier pour donner les échelles.
Nous multiplions les angles de vue et l’orientation des spots.
Le puits d’entrée est de toute beauté avec sa voûte artificielle, ses couches sédimentaires horizontales et son cône d’éboulis.
Après avoir casseé la croûte, un superbe faisceau solaire pénètre sous terre.
Il faut faire vite pour fixer l’instant magique car les nuages s’en mêlent.
…. Un peu de patience et notre étoile préférée arrive à nouveau jusqu’à nous ; les appareils mitraillent de plus belle.

La seconde salle est gigantesque et sans cône d’éboulis. Un chaos de blocs énormes en jonche le sol.
On y accède par un passage bas. Un promontoire spacieux permet d’en avoir une vue d’ensemble d’un seul regard.
Nous répartissons au mieux les sources lumineuses pour en avoir une bonne idée.
La sortie du trou se fait sous un grand soleil printanier.
Les échanges furent riches d’enseignement dans une ambiance bon enfant comme on les aime.
Le gabarit de cette cavité est tel que même à 8, on ne s’est pas dérangé.
…. Au final, une expérience inter-club à renouveler sans trop tarder.

Pour voir toutes les photos de la sortie sur PIWIGO, voici le lien :

Les photos de la sortie ici

Guy, le 17 avril 2017

 

Il y a 25 ans , jour pour jour, c’est l’euphorie au GCPM …

 

Raconté par Bernard DECREUSE :

Le 12 avril 1992, j’accompagne Roland et Lionel. Au sein du club, je passe pour un spécialiste en étroiture et c’est avec la ferme intention de forcer le passage que je suis venu aujourd’hui. Gilles n’entre pas sous terre avec nous : ce n’est pas son jour. Il s’en mordra les doigts.
Nous enfilons chacun une grosse Néoprène et pénétrons sous terre, la première voûte mouillante passe plus aisément, car les éboulis qui l’obstruaient en partie ont été déblayés, ce qui a fait baisser le niveau d’eau. Nous parvenons rapidement au fameux laminoir ; je retire mon casque et inspecte la voûte. Il n’y a qu’un seul endroit qui permette de passer, en respirant au ras de la voûte, je n’ai donc pas d’hésitation. J’enfile ma cagoule et le casque à la main, je m’introduis calmement dans le laminoir, les pieds en avant pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

La hauteur du passage avoisine les 30 cm mais il ne reste que 5 cm d’air. Mon allure est assez lente, car le chenal de voûte qui me permet de respirer fait un virage. Je donne constamment des indications sur ma progression à Lionel et Roland pour les rassurer autant que pour leur faire profiter des détails de ce nouveau passage ; après 20 mètres, le plafond se relève et je peux me retourner, ce qui me permet de voir l’amont de la rivière, la galerie mesure plus de 50 cm de haut. J’appelle mes camarades en leur expliquant le cheminement.
Après quelques minutes, nous sommes réunis pour poursuivre l’exploration. Il faut encore ramper sur quelques mètres, le plafond ne cesse de se relever. La rivière s’écoule maintenant sur le fond de la galerie. Celle-ci est beaucoup moins large, l’interstrate au plafond est tapissé de grosses cupules et, au sol, on trouve des petites marmites qui attestent de la puissance et de la rapidité de l’eau à cet endroit. Plus on avance, plus la galerie est déchiquetée, la roche coupante, les marmites plus profondes et la progression plus agréable.
Enfin, à 150 mètres de l’entrée, après un dernier virage, une bonne surprise nous attend. La galerie change radicalement de morphologie et l’on peut enfin se mettre debout. Pour nous qui avons progressé 4 ans dans cette cavité comme des serpents, le quatre pattes était devenu un luxe et la position debout un espoir quasi mythique. Je regarde Lionel et Roland leurs yeux pétillants et leurs visages souriants marquent le bonheur, la joie d’une récompense tant attendue. Maintenant, nous courons pratiquement dans une galerie haute de 10 mètres et large de 5.


C’est l’euphorie ! Nous ne pouvons nous empêcher de crier tant la joie est grande. A 250 mètres de l’entrée, la rivière provient d’un méandre très étroit, mais la grosse galerie continue et nous ne nous attardons pas trop. Nous traversons de petits bassins peu profonds. Nous remarquons bientôt sur la gauche une galerie au-dessus d’un talus d’argile, encore de la première en perspective. A partir de ce point, la voûte de la galerie s’élève encore et dépasse 10 mètres. Nous cheminons dans un ancien canyon. Quelques marmites de géants agrémentent la progression.
Nous arrivons bientôt devant un pont rocheux très esthétique. La course à la découverte continue de plus belle, aucun de nous ne peut cacher son émotion, Lionel braque souvent sa lampe de plongée sur la voûte, c’est toujours aussi grand. Roland s’exclame : « ils ne vont pas nous croire ! ». Nous avons tous trois une pensée pour nos camarades qui ont participé à la désobstruction, comme ils auraient aimé être avec nous aujourd’hui. Après 600 mètres de progression dans ce magnifique conduit, nous arrivons devant un effondrement.
La galerie atteint presque 20 mètres de large et 15 mètres de haut. Elle est occupée par un éboulis de blocs gigantesques. Lionel décide de tenter sa chance sur la gauche, Roland m’accompagne sur la droite. En fait nous nous rejoignons derrière l’éboulis. La galerie est scindée en deux par une immense colonne rocheuse qui semble soutenir le plafond. Nous nous rendons vite compte que cet éboulis a joué un rôle dans l’évolution de la cavité puisqu’il a arrêté les dépôts en amont. Au delà, nous progressons maintenant à 5 mètres de la voûte sur des alluvions qui ont été surcreusées par un écoulement plus récent. Après 100 mètres nous arrivons devant un gros entonnoir argileux qui n’a d’ailleurs pas un aspect très sympathique, c’est par celui-ci que doit arriver le ruisseau en forte crue car les parois sont tapissées d’argile liquide.
Nous préférons poursuivre dans la galerie principale qui devient de plus en plus basse. Nous sommes bientôt obligés de nous remettre à quatre pattes, ne pouvant nous relever que dans les grosses cloches de décompression qui atteignent quelques fois 5 à 6 mètres de haut ; mais ce que nous craignions arrive bientôt, les alluvions touchent pratiquement la voûte et ne permettent plus le passage d’un homme. Ce conduit qui développe plus d’un kilomètre sera baptisé « la Galerie du Turbigot » en l’honneur de la mascotte du Club.
Nous retournons à l’entonnoir glaiseux, la suite doit être là. La pente est prononcée et le sol glissant, on ne devine pas le fond, il y a peut-être un puits. C’est avec d’infinies précautions, en taillant des marches que je m’engage dans la pente. Après une descente d’une dizaine de mètres, débute une galerie argileuse. Elle a l’aspect d’un méandre, les parois sont crépies d’argile séchée et le fond est en général occupé par de l’eau. Une trentaine de mètres plus loin, la galerie semble s’arrêter mais, au ras du sol, un court ramping nous permet de gagner une galerie plus spacieuse. Le plus souvent debout, quelques passages à quatre pattes sont vite négociés. L’argile au sol a la consistance du beurre mou, juste assez liquide pour glisser et assez dure pour ne pas s’enfoncer. Finalement, la progression n’est pas trop pénible. Il y en a même qui apprécieront. Après 200 mètres, un grondement se fait entendre, nous courons de plus belle, ce doit être la rivière. La descente d’un talus abrupt nous conduit à un simple regard impénétrable laissant filtrer un bruit de ruisseau. En face : la galerie argileuse se poursuit.
Les bassins boueux sont maintenant plus nombreux, bientôt nous entendons à nouveau un bruit d’eau. Cette fois la rivière est bien là, elle va se perdre dans une fissure impénétrable, mais l’amont nous tend les bras.
Nous parcourons aisément un beau méandre au sol calcité. Je m’engage à droite dans un affluent sur quelques mètres. C’est une galerie spacieuse légèrement active. Nous la laissons de côté pour une prochaine explo. Roland et Lionel m’appellent. Ils ont continué la progression dans la rivière et, au loin, on entend une cascade.
La découverte continue, des blocs qui barrent la galerie nous obligent à faire quelques pas d’oppo. Nous arrivons bientôt devant une cascatelle. Au delà, la galerie érodée est très belle. Nous passons au dessus de grandes marmites. Roland nous interpelle :
« On s’arrête, j’ai des problèmes d’éclairage ! ». C’est l’occasion de faire le point. Ça fait trois heures que nous sommes dans la cavité, nous avons exploré plus de deux kilomètres, et nous n’avons ni vivres ni carbure.
Après quelques instants de concertation, nous décidons de poursuivre la progression pendant une heure. Après cela, obstacle ou pas il faudra retourner. Le méandre de 10 mètres par 2 présente de nombreuses formes d’érosion. Nous traversons des bassins cupulés. Nous ignorons plusieurs affluents préférant poursuivre dans la galerie principale dont nous ne pouvons plus discerner la voûte.
Soudain, nous sommes arrêtés par une grosse coulée de calcite. Nous inspectons les lieux espérant y découvrir un passage. A mi-hauteur, une lucarne donne accès à une grosse marmite, mais ça ne passe pas. Lionel s’engage au ras de l’eau, une courte voûte mouillante est suivie d’une étroiture qu’il ne parvient pas à franchir, je le relaie et après un passage en force, j’agrandis l’ouverture en écartant quelques blocs et en cassant quelques béquets pour permettre à mes coéquipiers de me suivre. Derrière on rejoint la grande marmite. Ce sera l’étroiture du « Chaudron ».
La galerie devient un peu plus chaotique. Nous repérons plusieurs cheminées, de futures séances d’escalade nous attendent avec peut être, un accès au plateau. Un gros affluent rive gauche émergeant d’une coulée basse et massive, marque un changement de physionomie de la galerie. Nous quittons le méandre pour une grosse conduite forcée, un tube phréatique de trois mètres de diamètre. Des stalactites noircies par d’anciennes crues se reflètent dans de longs bassins peu profonds.
Progressivement, la galerie se réduit pour atteindre 80 centimètres de diamètre au niveau d’un croisement. A droite c’est glaiseux. A gauche, la progression devient très aquatique. Nous sommes tous les trois dans l’expectative : l’heure de progression que nous avions fixée comme limite est atteinte, le passage n’est pas très accueillant mais le courant d’air est toujours présent.
Dans le club, beaucoup savent qu’on a du mal à m’arrêter, surtout dans de telles circonstances. Je m’adresse à mes deux compères en leur expliquant qu’il serait dommage de s’arrêter si près d’un obstacle, sans connaître le matériel nécessaire à son franchissement. Ils sont à peu près convaincus, et je m’engage les pieds en avant dans la conduite forcée.
Ma néoprène me permet de flotter, je pousse avec les mains toujours plus avant. Des stalactites pendent jusqu’au niveau de l’eau, et je dois passer en apnée. Le passage est très long et l’ambiance particulièrement aquatique! Mais devant, ça résonne de plus en plus. Je débouche enfin dans une galerie spacieuse.
Roland et Lionel m’ont suivi, et nous sommes réunis dans un superbe conduit elliptique. Roland a un grand sourire, il est content que ce passage très spécial prenne fin. Nous saurons plus tard que cette voûte mouillante mesure presque cent mètres, un joli piège à rat. Cette fois, on s’arrêtera là pour aujourd’hui, mais toujours aussi incorrigible je décide de faire une petite reconnaissance en solitaire pendant cinq minutes.
« Cinq minutes pas plus » me répond Roland… Encore cinq minutes de bonheur !
Au bout de cent mètres, je m’arrête devant un laminoir bas, mais ça continue.
Avant de rebrousser chemin j’inscris dans l’argile comme le veut la tradition :
« Le 12/4/92 Lionel, Roland et Bernard », et avec une grosse flèche vers l’amont « la suite SVP ».
Ce jour restera comme l’un des plus beau de nos vies de spéléo, plus de trois kilomètres de première. La grotte des Chaillets est devenue en un jour une des plus importantes du département du Doubs.
Mais Roland nous fait revenir « sur terre ».
« J’ai soif et la sortie est loin! ».
Il a raison, nous n’avons rien bu depuis plus de cinq heures, et la sortie est à trois kilomètres. Nous savons que si nous tardons trop, nous risquons une panne d’éclairage d’autant que mon électrique ne fonctionne pas très bien.
Le retour s’effectue au pas de charge, le port prolongé de la Néoprène associé au manque d’eau provoque de nombreuses crampes. Le passage des voûtes basses de l’entrée s’effectue dans la pénombre, et nous sortons de la cavité à tâtons.
Arrivé aux voitures, chacun se désaltère et se change rapidement. Nous avons hâte d’annoncer la nouvelle. Gilles est à Montrond. Nous lui racontons notre fantastique découverte. Il est à la fois déçu de ne pas nous avoir accompagné et heureux de pouvoir bientôt découvrir et prolonger ce nouveau réseau.
Le soir même, nous téléphonons aux copains du club pour les avertir et élaborer une stratégie d’exploration …….

Avec ses 9050 mètres de développement pour 70 mètres de dénivelé, la grotte des Chaillets se situe aujourd’hui au 7 ième rang des cavités franc-comtoises.  

Ballade photo à la Baume de Gonvillars

Gérard se propose de nous inviter, Franck et moi-même, pour une sortie photo à la rivière souterraine de Gonvillars.

Il y est déjà allé de nombreuses fois (quand il était encore jeune !) pour y accompagner des groupes.
Cette cavité, à cheval entre le Doubs et la Haute-Saône fait partie du réseau de la Sapoie Amont et développe 7400 mètres de galeries au total.

 

L’accès au collecteur est rapide et aisé (une dizaine de minutes).

Après l’avoir parcouru sur quelques centaines de mètres, dans une ambiance aquatique à souhait, le niveau d’eau dépasse largement celui des bottes.
Avec notre matos coûteux qui ne supporte pas l’humidité, nous décidons de rebrousser chemin et faisons les photos sur le chemin du retour.

 

Il y a de la place et nous ne nous gênons pas. Le matériel de Franck celui de Gérard sont différents ; les photos réalisées n’en seront que plus complémentaires.

La roche est bien sombre mais nos trois spots leds sont largement assez puissants pour mettre en lumière les galeries.

 

 

 

Une fois dehors et après à cassé la croûte, il nous reste un peu de temps. Nous décidons d’aller voir la résurgence du réseau, située 7,3 km au SE , sur la commune de Lougres.

 

 

Ma tablette fait des siennes mais on réussit tant bien que mal à localiser la fosse de Montenois.

Franck avait remarqué sur Basekarst qu’il y avait 2 arches au-dessus de cette doline rocheuse. Le site est remarquable.

 

 

 

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons à l’Isle sur le Doubs, pour aller voir la source du Lavoir, situé en pleine ville, en rive droite du Doubs. Renseignements pris, ce lavoir serait unique en Franche Comté et il mériterait donc d’être sauvegardé.

 

 

 

Cette ballade karstique « hors secteur »  nous aura conquit tous les trois. Rien  à voir avec nos contrées escarpées mais le sous- sol y est tout aussi intéressant.

Guy le 26 mars 2017

 

Grotte Deschamps – Le retour

Grotte Deschamps vers Gonsans

Tome 2 de l’inventaire spéléo du Doubs pages 275 et 276

A présent équipés de projecteurs leds puissants, Franck et moi-même retournons faire des séances photos dans certaines cavités du secteur.
… Et nous voici à la grotte Deschamps (vers Gonsans) pour mettre en scène de nouvelles prises de vue.

Les conditions sont hyper-confortables.
Le GCPM y avait d’ailleurs organisé les JNS  en 2008, 2009 et 2010.
Les quelques 300 mètres de galerie sont très intéressants et variés.

En levant le nez, on verra aussi ce remarquable chenal de voûte que l’on peut observer sur une bonne partie du trajet.

Pour une première approche du milieu souterrain avec des enfants,
cette grotte est idéale.

Sur le lien qui suit, on peut comparer les clichés des 2 séances photo et elles sont bien différentes. Pour la 1ière, nos combinaisons sont verte et jaune; Sur les clichés pris hier, la combinaison est rouge

D’autres photos ici

Guy

La grotte des Feuilles – 26 Novembre 2016

la-grotte-des-feuilles-2(Si le texte apparaît sur les photos, il suffit de cliquer droit « actualiser » pour résoudre le problème.)

Franck est de loin, le prospecteur le plus actif du GCPM.

Il a déjà découvert une cinquantaine de cavités qui ne figuraient dans aucun livre.
la-grotte-des-feuilles-9La dernière en date se situe sur Nans sous Sainte Anne, sous le belvédère des Feuilles.
En ligne droite, elle est à 650m du réseau du Verneau.
Ce secteur a été très fouillé mais elle est pourtant passée à la trappe car on ne peut voir l’entrée que lorsqu’ on a le nez dessus.
Comme il n’avait reconnu que l’entrée et que ça avait l’air de bien continuer, nous y sommes allés samedi pour en avoir le cœur net.
Pas de courant d’air perçu.
Aucune trace de passage. Tous les espoirs sont permis.
la-grotte-des-feuilles-8Nous parcourons cette galerie à quatre pattes sur 25 mètres de long avant de bloquer devant un resserrement du conduit. Il doit y avoir encore quelques écoulements car le fond est humide et boueux.
On en profite pour lever la topo.

la-grotte-des-feuilles-1Pour agrémenter le futur Turbigot, nous partons ensuite vers le pont de Chiprey où là aussi, Franck a fait des découvertes.
captureNous levons la topo des grottes 2 de la route de Myon-Chiprey.
Il est probable que ces 2 cavités très proches ne faisaient qu’une seule avant le recul de la falaise. Toutes deux entrent et ressortent de la falaise. Il y a une ancienne murette devant la plus petite ainsi que d’une cheminée de 8 mètres dans celle-ci.

Franck me signale que, non loin de là, il y a une autre cavité inédite qui est occupée par les animaux fouisseurs.

Cette grotte de blaireau est pourtant bien visible depuis le pont de Chiprey mais elle a probablement été oubliée.
Il s’agit d’un laminoir de 0,6m de haut et d’1,5m de large qui part tout droit sur au moins 13 mètres.
Vu la forte odeur de blaireau et la quantité de déjections, on est resté dehors ! Merci le laser-mètre qui nous évite le face à face avec une famille blaireau !

la-grotte-de-la-route-de-myon-chiprey-1En amont du pont cette fois-ci, une autre grotte connue de longue date n’a pas été topographiée. Nous nous y rendons.
Elle fut utilisée comme cache d’armement durant la dernière guerre.

Belle après-midi de découvertes où pour changer, on a plus utilisé le laser que l’appareil photo !.

D’autres infos ici

Guy

Baume de Balerne dans le Jura.

grotte-de-balerne-1Ca fait un bout de temps que Franck et moi-même voulions faire une séance photo dans cette cavité d’initiation du Jura.
Tous les renseignements utiles sont sur ces liens  http://cds39.ffspeleo.fr/actu/jns_2008/balerneA4.pdf

http://juraspeleo.ffspeleo.fr/grottes/topoguide/fiches/balerne.htm

accesDernièrement et à peu de temps d’écart, Christophe et Franck ont fait la rencontre fortuite de Daniel, un randonneur « hors sentiers battus » de Lavans les Quingey. Il traverse en long, large et travers les zones karstiques de notre secteur en s’intéressant de très près à tout ce qui ressemble à une cavité.

Daniel est déjà allé à la Baume de Balerne et il accepte volontiers de nous y emmener.

grotte-de-balerne-8La marche d’approche est franchement sympa, un tantinet aérienne,  avec en contre-bas, l’abbaye de Balerne.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Balerne

Ce qui nous frappe dès l’entrée, c’est le plafond parfaitement plat de la galerie. La roche est très claire et sèche.

grotte-de-balerne-4Un petit puits de 3 mètres se descend sans corde à l’endroit où le conduit se scinde en deux niveaux superposés. Après la salle des promeneurs, le profil change radicalement. On se retrouve dans un beau « trou de serrure » agrémenté d’un ruisseau temporaire.

Y fait suite un méandre sinueux jusqu’ à l’escarpement.

Nous n’irons pas plus loin vu qu’on a pas de cordes ni de baudriers, mais les multiples possibilités de photos suffiront largement à nous satisfaire sur le chemin du retour.

Daniel est venu avec son bridge sur trépied et un petit projo.

Du coup, nos ateliers deviennent un échange de techniques de prises de vue.

grotte-de-balerne-17Dehors, le temps est toujours aussi maussade et le casse-croûte (+ café) se fera bien à l’abri, sous le porche d’entrée.

grotte-de-balerne-20Comme il nous reste un peu de temps et que Daniel n’est jamais allé au lapiaz de Loulle, on se propose de le parcourir avec lui.

C’est l’unique lapiaz jurassien qui soit mis en valeur pour le tourisme.

Il est immense (une douzaine d’hectares) et légèrement incliné ; les touristes ne visitent que sa partie sud.

Nous pousserons la visite jusqu’au nord, en direction du site des traces de dinosaures pour en reconnaître l’aspect.

 

(Il y a 12000 ans, l’avancée des grands glaciers alpins a raboté et mis cette dalle calcaire à nu.

C’est ensuite l’érosion par dissolution chimique qui a lentement sculpté, à la faveur d’une légère pente ou de fissures, les vasques et rigoles de surface et les profondes lésines ou perforations qui parsèment la belle dalle.)grotte-de-balerne-2

Au retour, en redescendant sur Ney, on s’est arrêté devant la cascade tuffière de la rivière souterraine de la Châtelaine.

Le département du Jura nous aura encore surpris aujourd’ hui par sa richesse karstique.

Une belle journée photo, entre hommes des bois …. et des cavernes bien sûr !

Toutes les photos de la sortie ici

Guy le 19 novembre 2016

 

Sorties photos à la Grotte de Nahin et à la Baume aux Sarrons

Grotte de Nahin

grotte-de-nahin-9

En ce samedi 15 octobre, Franck et moi-même envisageons de retourner à la grotte de Nahin.
Nous avons maintenant 2 gros spots leds qui, on l’espère, vont grandement améliorer le rendu des clichés.

grotte-de-nahin-4Gérard nous appelle la veille. Il se propose de se joindre à nous.
…. Et il ne vient pas les mains vides … lui aussi a fait l’acquisition d’un gros spot identique aux nôtres ! … ça va cartonner !

La météo est au beau fixe. Depuis la fontaine ovoïde située en contre-bas du hameau de Nahin, nous empruntons ce chemin qui nous conduit vers la Loue.
grotte-de-nahin-2Juste avant d’arriver à la rivière, le sous-bois de buis est du plus bel effet avec le contre-jour … on se croirait dans le film « Le Seigneur des anneaux » On a même vu Gollum nous surprendre au détour du sentier. Il cherchait le précieux comme d’hab mais nous, on avait autre chose à faire ….
grotte-de-nahin-1La séance photo est un régal avec ces trois sources de lumière.Les températures de couleurs sont fidèles. On peut maintenant créer des compos avec de longues perspectives.
Comme on a le même degré d’exigence au niveau de la qualité, on prend son temps pour affiner les détails.

grotte-de-nahin-10

 

Le fond de la cavité est plus compliqué à mettre en image. Des dizaines de chauves-souris sont présentes dans cette partie et on ne s’attarde pas de trop

grotte-de-nahin-7

 

 

 

 

Comme le grotte n’est pas très longue, on prend le temps d’échanger sur le côté technique des prises de vue. Une après-midi bien agréable, riche d’enseignement. A reprogrammer  donc sans modération.

grotte-de-nahin-8

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Baume aux Sarrons

Le samedi suivant ( 22 octobre), Franck et moi-même remettons le couvert dans ces beaux volumes. Les JNS y ont déjà été organisés par le GCPM en 2011, 2012 et 2013.

baume-aux-sarrons-7

baume-aux-sarrons-5

 

On passe d’abord chez Christophe qui habite à deux pas pour boire le café et  taper la causette  (surtout lui !)

Gérard nous a gentiment laissé son spot à disposition, un confort dont a va avoir bien du mal à se passer.

 

 

baume-aux-sarrons-6

 

Benoit nous a indiqué des micro-gours le long de la galerie de gauche. Ils sont secs mais l’eau n’est pas loin et nous les remplissons délicatement pour leur donner un autre aspect qui est bien plus sympa.

 

baume-aux-sarrons-1

 

Il y a vraiment de la belle galerie dans cette cavité et les possibilités de prises de vue sont multiples. Nul doute qu’une très grosse rivière souterraine est passée par là, à une époque très reculée.

Si l’envie vous prend d’y passer une après-midi en famille, vous ne serez pas déçus.

Guy le 29/10/16

 

baume-aux-sarrons-3