Archives de l’auteur : Guy DECREUSE

Baudin, le retour !

Au risque d’une indigestion, on remet du Baudin au menu mais c’est pas du réchauffé !

 

 

Alléchés par les photos du WE précédent, Daniel et Franck nous suggèrent d’y retourner avec eux.

 

 

Beaucoup de spéléos traversent cette cavité sans vraiment y prêter attention :
Après 12 bonnes heures de progression dans le Verneau, ils n’ont qu’une idée en tête, retrouver le « plancher des vaches ».

Dans le sens inverse, ils sont bien trop focalisés sur la traversée qui les attend.
Ce SAS d’entrée au collecteur est néanmoins agrémenté de beaux spots alternant avec des passages bas bien ventilés.
… Une belle après-midi au frais à s’appliquer devant et derrière les appareils photos.

Voici donc un aperçu de ce qu’on réussi à sortir comme clichés (avec les légendes et les auteurs des clichés) ….  ICI

Guy le 17 juillet 2017

Tiens, voilà du Baudin !

C’est en voyant des photos de Thomas sur Flickr, qu’a émergé cette idée de reconnaissance photo dans l’aval du Verneau.

Le collecteur passe à moins de 2 km de chez lui, à la même altitude !
La nuit, Thomas rêve du Verneau ; Il a lu et relu toute l’histoire de ce réseau de plus de 33km.

Nous calons ce samedi 08/07 mais les prévisions météo nous perturbent. Suivant les sites consultés, on nous annonce tout et le contraire de tout.
Du coup, on décide d’une sortie très matinale pour éviter un éventuel orage de fin de journée.

A Nans, on croise une équipe de parisiens qui se préparent pour faire la traversée !!! … faudra qu’on nous dise quels sont les bons liens météo à consulter.

Il y a bien longtemps que je n’avais plus mis les pieds à la grotte Baudin. A l’époque, on arrivait dans le collecteur dans le bassin amont du siphon mais ça, c’était avant.
Après les laminoirs entrecoupés de salles, nous nous enfilons dans le boyau descendant du GSD.
Thomas me dit que d’habitude à cet endroit, on entend déjà le grondement de la rivière. Le courant d’air n’a rien à voir lui non plus. Il est vivifiant mais pas impressionnant.
On débouche au-dessus du collecteur.
Un pendule nous permet d’accéder à une vire câblée qui nous emmène en amont des marmites.

 

Bienveillant, Thomas me conseille de me longer aussi sur la corde en même temps car le câble donne des signes de fatigue.
Thomas n’en revient pas, le niveau d’eau du collecteur est particulièrement bas. On arrive à se parler sans problème. Les embruns sont inexistants.

 

On décide de faire les photos en montant. Les spots de prises de vue sont légion…C’est un régal aussi bien dans les grandes salles que dans les galeries au gabarit très confortable.
Comme on est que les deux, je n’ai pas emmené les spots bien trop encombrants. On a 3 flash dont 2 que Franck m’a prêté.

 

On les fait crépiter jusqu’à la salle Devaux. A 2km de là, midi sonne au clocher d’Eternoz et on prend le temps de casser la croûte. Le timing est bon.

 

On a largement le temps de rejoindre la vire pour être au sec et faire des photos dans la grotte Baudin.

C’est sûr que quand on sort du collecteur, la beauté de Baudin est toute relative mais on essaye de quand même de montrer à quoi elle ressemble, y compris dans les laminoirs.
A chaque passage bas, on constate que le courant d’air est bien plus important qu’à l’aller et on se dit que dehors, il doit pleuvoir.

Mon collègue se met à bailler ! Du haut de sa jeunesse, il s’est payé le luxe de se coucher tard hier soir ! Moi qui me prépare dans les moindres détails à cette sortie depuis 3 ou 4 jours, à l’évidence, je n’ai plus 20 ans !

Avant qu’il ne pique un roupillon, je le sollicite encore pour quelques prises de vue.
Dehors, le temps est juste couvert mais pas orageux.

Comme on ne peut montrer un courant d’air en photo, j’ai apporté un gros sac poubelle pour le gonfler.

 

Devant l’entrée de la grotte, on croise 2 parisiens (du même club que ceux de ce matin) qui partent vérifier l’état des cordes jusqu’au puits du légionnaire.
Comme il nous reste un peu de temps, on va faire un petit coucou à Pascal Reilé à la source du Lison. Il y a organisé une promenade explicative du site.

En tout cas, Merci à toi Thomas pour ta patience et ta bienveillance.

J’ai bien compris que tu étais résolument amoureux …. du Verneau.

Toutes les photos de la sortie (avec les légendes) :     ICI 

Guy le 09/07/2017

Première à Aiglepierre

Ce samedi 1er juillet Franck nous a conviés pour une première inédite : avec son infrangible soif de découverte il a épluché quantité d’inventaires de spéléo et il en a extrait les sites les plus prometteurs.

Ainsi, dans un inventaire de 1966, il a noté la présence d’une résurgence aux abords de Salins-les-Bains.

Par le passé cette dernière faisait l’objet d’un captage pour alimenter en eau quelques communes voisines mais les données la concernant sont compendieuses.

Franck s’est donc rendu sur place pour observer les lieux et il a constaté que la résurgence permet de s’aventurer assez loin sous terre.

Lors de son repérage Franck a déjà parcouru une cinquantaine de mètres et il s’est aperçu que la galerie reste large et semble se prolonger bien au-delà du point où il a fait demi-tour.

 

Très magnanime, Franck a décidé de partager le plaisir d’une première exploration avec les GCPMiennes et GCPMiens motivés.

 

Il a donc envoyé à Guy quelques photos et décrit les modalités ainsi que les apparences de sa découverte : l’information a été relayée par email et n’a pas tardé à mettre l’eau à la bouche des inconditionnels des premières et des dézobeurs.

A 14 heures nous sommes donc neuf pour explorer la résurgence d’Aiglepierre : Franck lui-même, Guy, Thomas, Christophe, Jean-Loo, Jacky, Damien, Anne-Sophie et Virgile.

Nous nous retrouvons à Salins-les-Bains et directement sur place pour les retardataires.

Sans tarder chacun enfile sa néoprène et nous nous réunissons à l’entrée de la résurgence.

 

Devant l’importance pressentie de la découverte de Franck, nous immortalisons cette première avec plusieurs photos de groupe à l’entrée de la grotte.

Franck prend ensuite la tête de toute la troupe qui s’engouffre à sa suite dans les entrailles du Jura.

Après avoir rampé sur quelques mètres le long d’un tuyau en fonte puis avoir franchi l’ancien bassin de captage nous avançons dans la partie de la grotte non aménagée par l’Homme.

Notre progression s’effectue dans une quarantaine de centimètre d’eau. Quelques jolies concrétions et des volumes prometteurs mettent le groupe en émoi et rien ne semble devoir interrompre notre avancée sur près de 85 mètres.

 

Mais soudain le plafond s’abaisse et se rapproche du niveau de l’eau, nous obligeant à ramper dans un siphon pour poursuivre notre exploration.

 

Quelques mètres encore dans un bras de galerie sur la gauche puis dans un autre sur la droite et nous comprenons que pour passer ce siphon il nous faudra procéder à un pompage.

Mais avant tout il conviendrait qu’un plongeur vienne prospecter plus avant afin d’estimer l’opportunité d’une telle opération.

 

A la suite de cette première avancée, plusieurs groupes se forment : les photographes (Franck et Guy) s’en donnent à cœur joie pour réaliser des clichés inédits, les tempéraments plus techniciens (Jacky, Thomas et Christophe) mettent au point la topographie de la cavité, les autres enfin s’égayent dans les étroitures, les cheminées et autres voies secondaires laissés de côté à l’aller au moment de la prime exploration.

Pas une seule de ces voies ne mène au-delà de quelques mètres et surtout aucune ne permet de contourner le siphon du fond de la cavité.

 

Seul point prometteur lors de ce retour sur nos pas : une arrivée d’eau s’extrait d’un amas de blocs inamovibles.

Jacky parvient à s’y enfoncer jusqu’au nombril mais il faudrait casser quelques rochers pour se faufiler dans ce second siphon.

Peu à peu nous sortons de la résurgence d’Aiglepierre, les plus pugnaces cherchent encore un passage que les copains n’auraient pas vu ou dans lequel ils auraient oublié d’aller se coincer.

 

 

 

A la sortie, nul besoin d’épiloguer : la pêche a été très fructueuse et chacun y a trouvé son compte. Cette première exploration laisse à tous l’envie de revenir au plus vite pour découvrir ce que ces siphons nous cachent encore.

 

Toutes les photos de la sortie   ici

Virgile le 05 juillet 2017

Bienvenue à la Porte des Etoiles

Il y a un mois, 4 de nos collègues du GCPM accompagnés de 2 amis suisses étaient allés visiter la grotte de Neuvon vers Dijon.
Jean No avait d’ailleurs fait un article sur le blog.
Entre temps, Gérard et moi-même avions répondu l’invitation « Portes ouvertes » organisée par le CDS21 pour visiter cette cavité.

http://neuvon.cds21.org/    

http://cds21.org/projets/pde/?r=1&L=1920&H=1080

Du coup, en lisant le CR de Jean-No, nous étions rassurés de savoir que nous n’aurions pas à équiper les puits et également profiter de leurs précieux conseils.
Pas moins de 35 spéléos ont répondu présent pour la seule journée de samedi. Les bourguignons nous réservent un excellent accueil et font tout pour que notre visite se passe pour le mieux.

 

Nous sommes impressionnés par l’ampleur des travaux réalisés. Pensez donc, ils ont passé 8 ans (entre 2004 et 2012) à creuser un gros tunnel en plan incliné pour enfin crever le plafond de la cheminée de la Cathédrale. Auparavant, seuls les plongeurs pouvaient accéder à ce réseau de plus de 20 km.

 

L’équipement de la cheminée est effectivement « aérien » car il y a une zone instable où il faut éviter de poser les pieds.
En bas, le ton est de suite donné avec des gabarits de galeries hors normes (et dire que nous sommes à 2 pas de Dijon !)
Nous partons vers l’Oasis dans le but de fixer sur la pellicule la fameuse galerie de l’As de Pique.

Notre séance photo est un vrai régal. Gérard est venu avec son nouvel objectif grand angle Irix monté sur son Nikon plein format et nous avons tout le recul nécessaire pour mettre en boîte ce profil de galerie extraordinaire.

 

Nous ne sommes pas les seuls doubistes dans le trou. Qui c’est qu’on croise ? … notre dévoué président du CDS25 Olivier Gallois avec Claude, Cécile et Arnaud.
On les reverra une seconde fois au pied des puits d’entrée (ils attendront près de 3 heures à cet endroit avant de sortir car ça bouchonne sévère dans les verticales)

On part de l’autre côté de la Cathédrale pour aller faire une seconde séance photo à la salle de la Pérouse.

 

Sur le chemin, on s’aperçoit que ce ne sont même pas les bourguignons qui sont venus les premiers ici car il y a des griffades d’ours sur les murs.
La salle Pérouse est bien concrétionnée avec des teintes ocres esthétiques.

Mais c’est pas le tout, il y a cette remontée à négocier avec nos kits bien chargés….On se retrouve au milieu de cette guirlande de lumière avec pour fond sonore les « LIBRE » ponctuant la progression.

Un des explorateurs nous attend dehors pour récolter nos impressions.
Il nous donne l’explication du nom du gouffre « La porte des étoiles »
Au début de la désob en 2004, un copain à lui s’était amusé à construire une petite arche avec des pierres à l’entrée du trou.

 

Avec un peu d’imagination, ils ont fait le rapprochement avec le film STARGATE, d’où le nom.
La soirée se termine sous un marabout de façon conviviale avec une trentaine de personnes inscrites aux grillades (…. accompagnées de vin de Bourgogne bien sûr)

Guy le 26/06/2017

Grotte de la Pontoise, dans le Jura

Ca fait un bout de temps que Franck et moi-même avions repéré cette cavité dans un des tomes des classiques du Jura.
La description qui en est faite nous a convaincu :
« Les volumes sont d’un gigantisme peu courant pour le département »
Le parc naturel du Haut Jura et le CDS39 ont entrepris en 1991 de réaliser plusieurs aménagements pour rendre la grotte plus attrayante : abri avec barbecue, panneaux, balisage, échelle métallique, sécurisation du parcours …
Les JNS y ont déjà eu lieu également.
Pour les renseignements pratiques, voir ce lien :http://juraspeleo.ffspeleo.fr/grottes/topoguide/fiches/pontoise.htm

Nous profitons de ce jeudi de l’ascension pour y monter.
C’est une belle occasion de tester les limites de nos 3 grands panneaux leds ….une salle de 120 mètres de long et 20 mètres de haut, ce n’est pas rien !
La description annoncée est au RDV.
Peu de concrétions mais de très gros volumes avec des inclinaisons de strates esthétiques. On est presque pas assez nombreux pour donner les échelles et mettre en valeur les longues perspectives.
Au final, on passe 4 bonnes heures dans le trou à s’appliquer.
Bien sûr, ce n’est pas tout près mais il est possible de faire une autre cavité du secteur sur une journée (la Lésine du Miroir par exemple qui est unique en son genre).
Comme il nous reste un peu de temps, nous sommes passés reconnaitre l’entrée du « Trou des Gangones » au-dessus de la Frasnée.

L’entrée n’est pas spectaculaire à l’étiage mais en hautes eaux, ce gouffre devient émissif. L’eau dégringole alors dans un canyon austère avant de sauter les falaises dominant le charmant village de la Frasnée.

Les 21 photos de la sortie    ici

Guy le 26 mai 2017

La « presque » traversée de Gomèse !

Cette belle traversée d’initiation se trouve à 8 km d’Arbois, en plaine.
Daniel et Franck y sont déjà allés en repérage et ont photographié la zone d’entrée.

Pour les renseignements, voir ce PDF :
http://cds39.ffspeleo.fr/rdv/rdv2013/jns2013/gomese.pdf

 

RDV est pris samedi pour mettre en image cette rivière souterraine.

Nous rentrons par la grotte pour remonter le cours d’eau.
Dans une ancienne publication sur les classiques du Jura, j’ai lu qu’on pouvait ressortir du gouffre par une escalade « peu difficile ». . . alors, allons-y gaiement !

Du coup, confiants, on fait les photos à l’aller puisque c’est prévu sans retour !.

A part quelques chiroptères, personne n’a mis les pieds dans la cavité depuis l’automne dernier. L’eau a tout nettoyé et nous avons vraiment l’impression de fouler un sol vierge.
La boue est omniprésente (surtout dans la première partie) mais il n’y a aucune trace de pas.

A mesure qu’on avance, le gabarit de la galerie augmente crescendo. Les prises de vues, compliquées au départ deviennent « plus confort ».

Nous sommes tous les trois conquis par le côté plaisant de la progression. Nous ne sommes pas bien loin de la surface du sol et il arrive que l’on aperçoive quelques racines.

Arrivés au siphon, nous suivons l’itinéraire indiqué pour rejoindre la base du puits de 6 mètres qui nous permettra de rejoindre directement le plancher des vaches.
L’escalade « peu difficile » s’avère beaucoup plus aérienne que prévu et mes 2 compères me dissuadent rapidement d’insister.
Un peu frustrés, nous nous résignons à retourner à la case départ.
Pour ne pas rester sur notre fin, Daniel et moi décidons de chercher l’entrée du gouffre et en faire profiter ceux qui désirent y aller (voir plan).

 

 

 

 

 

 

Nous sommes tous trois ravis de cette incursion aquatique que nous recommandons.

(Les périodes pluvieuses sont à éviter pour pouvoir faire la traversée.)

Toutes les photos     ici

Guy le 30 avril 2017

 

Grotte de la Doye vers Les Nans, Jura

Dans nos chères montagnes jurassiennes, il y a un autre village qui s’appelle « Nans »
Il est situé 7 km à vol d’oiseau au Nord-Est de Champagnole et 5 km à l’Ouest de Nozeroy.
C’est là que l’Angillon (un affluent de l’Ain) y prend sa source, dans un cadre pittoresque
où l’eau vive prédomine. Sources et grottes dominent le site.
Daniel y était allé traîner ses chaussures de marche pour parcourir la grotte de la Doye.
… Il fut vite stoppé par un premier plan d’eau où les bottes s’imposent.
C’est une cavité d’initiation. Le CDS 39 y a déjà organisé les JNS en 2006 et 2011.
Tous les renseignements utiles sont là :
http://juraspeleo.ffspeleo.fr/grottes/topoguide/fiches/doye.htm
Resté sur sa fin, Daniel nous convie Franck et moi-même, pour y réaliser une séance photo.
Comme d’hab, on fait d’abord la visite pour se faire une idée où poser nos trépieds.
Ce qui n’est pas noté dans le descriptif de JuraSpéléo et qui nous a beaucoup plu, c’est le plafond.
Il est incliné de bout en bout de la cavité mais parfaitement linéaire.
Le terminus est bien sympa lui aussi avec son siphon aux couleurs bleutées.
C’est l’occasion pour nous de tenter quelques clichés en plongeant les éclairages étanches de nos casques.
Les conditions de prise de vue sont comme les galeries : confortables.
On essaie (sans grand succès) d’utiliser les plans d’eau pour en sortir des reflets.

Au final, si vous avez envie de passer une belle après-midi spéléo en famille,

nous vous conseillons d’aller y traîner … vos bottes !

 

PS pour l’accès : depuis le parking, monter ce chemin qui se dirige vers les ruisseaux.
Laissez de côté le chemin qui monte à gauche puis on aperçoit à gauche le lit asséché d’un premier cours d’eau.
C’est celui-ci qu’il faut gravir par un sentier RG assez raide mais pas très long(une centaine de mètres).
Difficile de se tromper car les ruisseaux suivants sortent de terre au bord de la route.

Toutes les photos ici

Guy le 17 avril 2017

Sortie photo inter-club au Gouffre des Ravières

(Article construit avec l’aimable collaboration de nos collègues du GSAM)

C’est par le biais de FLICKR que Romain VENOT eu l’idée d’organiser cette sortie.
Sur ce site de partage de photos, Romain nous connait déjà, Gérard et moi mais seulement « virtuellement »
(Rien qu’au GCPM, nous sommes déjà 5 à poster des photos karstiques sur ce site :
Gérard JAWORSKI, Franck FERET, Pierre BERTINOTTI, Thomas JOUNIN et moi-même.)
De fil en aiguille, on se retrouve à 8 spéléos au-dessus du trou. 4 du Groupe Spéléologique Archéologique de Mandeure et 4 du GCPM .


Pas moins de 4 photographes sont là pour mettre en boite ces très beaux volumes.
Quant à moi, je m’occupe des éclairages et positionne Florent et Gauthier pour donner les échelles.
Nous multiplions les angles de vue et l’orientation des spots.
Le puits d’entrée est de toute beauté avec sa voûte artificielle, ses couches sédimentaires horizontales et son cône d’éboulis.
Après avoir casseé la croûte, un superbe faisceau solaire pénètre sous terre.
Il faut faire vite pour fixer l’instant magique car les nuages s’en mêlent.
…. Un peu de patience et notre étoile préférée arrive à nouveau jusqu’à nous ; les appareils mitraillent de plus belle.

La seconde salle est gigantesque et sans cône d’éboulis. Un chaos de blocs énormes en jonche le sol.
On y accède par un passage bas. Un promontoire spacieux permet d’en avoir une vue d’ensemble d’un seul regard.
Nous répartissons au mieux les sources lumineuses pour en avoir une bonne idée.
La sortie du trou se fait sous un grand soleil printanier.
Les échanges furent riches d’enseignement dans une ambiance bon enfant comme on les aime.
Le gabarit de cette cavité est tel que même à 8, on ne s’est pas dérangé.
…. Au final, une expérience inter-club à renouveler sans trop tarder.

Pour voir toutes les photos de la sortie sur PIWIGO, voici le lien :

Les photos de la sortie ici

Guy, le 17 avril 2017

 

Il y a 25 ans , jour pour jour, c’est l’euphorie au GCPM …

 

Raconté par Bernard DECREUSE :

Le 12 avril 1992, j’accompagne Roland et Lionel. Au sein du club, je passe pour un spécialiste en étroiture et c’est avec la ferme intention de forcer le passage que je suis venu aujourd’hui. Gilles n’entre pas sous terre avec nous : ce n’est pas son jour. Il s’en mordra les doigts.
Nous enfilons chacun une grosse Néoprène et pénétrons sous terre, la première voûte mouillante passe plus aisément, car les éboulis qui l’obstruaient en partie ont été déblayés, ce qui a fait baisser le niveau d’eau. Nous parvenons rapidement au fameux laminoir ; je retire mon casque et inspecte la voûte. Il n’y a qu’un seul endroit qui permette de passer, en respirant au ras de la voûte, je n’ai donc pas d’hésitation. J’enfile ma cagoule et le casque à la main, je m’introduis calmement dans le laminoir, les pieds en avant pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

La hauteur du passage avoisine les 30 cm mais il ne reste que 5 cm d’air. Mon allure est assez lente, car le chenal de voûte qui me permet de respirer fait un virage. Je donne constamment des indications sur ma progression à Lionel et Roland pour les rassurer autant que pour leur faire profiter des détails de ce nouveau passage ; après 20 mètres, le plafond se relève et je peux me retourner, ce qui me permet de voir l’amont de la rivière, la galerie mesure plus de 50 cm de haut. J’appelle mes camarades en leur expliquant le cheminement.
Après quelques minutes, nous sommes réunis pour poursuivre l’exploration. Il faut encore ramper sur quelques mètres, le plafond ne cesse de se relever. La rivière s’écoule maintenant sur le fond de la galerie. Celle-ci est beaucoup moins large, l’interstrate au plafond est tapissé de grosses cupules et, au sol, on trouve des petites marmites qui attestent de la puissance et de la rapidité de l’eau à cet endroit. Plus on avance, plus la galerie est déchiquetée, la roche coupante, les marmites plus profondes et la progression plus agréable.
Enfin, à 150 mètres de l’entrée, après un dernier virage, une bonne surprise nous attend. La galerie change radicalement de morphologie et l’on peut enfin se mettre debout. Pour nous qui avons progressé 4 ans dans cette cavité comme des serpents, le quatre pattes était devenu un luxe et la position debout un espoir quasi mythique. Je regarde Lionel et Roland leurs yeux pétillants et leurs visages souriants marquent le bonheur, la joie d’une récompense tant attendue. Maintenant, nous courons pratiquement dans une galerie haute de 10 mètres et large de 5.


C’est l’euphorie ! Nous ne pouvons nous empêcher de crier tant la joie est grande. A 250 mètres de l’entrée, la rivière provient d’un méandre très étroit, mais la grosse galerie continue et nous ne nous attardons pas trop. Nous traversons de petits bassins peu profonds. Nous remarquons bientôt sur la gauche une galerie au-dessus d’un talus d’argile, encore de la première en perspective. A partir de ce point, la voûte de la galerie s’élève encore et dépasse 10 mètres. Nous cheminons dans un ancien canyon. Quelques marmites de géants agrémentent la progression.
Nous arrivons bientôt devant un pont rocheux très esthétique. La course à la découverte continue de plus belle, aucun de nous ne peut cacher son émotion, Lionel braque souvent sa lampe de plongée sur la voûte, c’est toujours aussi grand. Roland s’exclame : « ils ne vont pas nous croire ! ». Nous avons tous trois une pensée pour nos camarades qui ont participé à la désobstruction, comme ils auraient aimé être avec nous aujourd’hui. Après 600 mètres de progression dans ce magnifique conduit, nous arrivons devant un effondrement.
La galerie atteint presque 20 mètres de large et 15 mètres de haut. Elle est occupée par un éboulis de blocs gigantesques. Lionel décide de tenter sa chance sur la gauche, Roland m’accompagne sur la droite. En fait nous nous rejoignons derrière l’éboulis. La galerie est scindée en deux par une immense colonne rocheuse qui semble soutenir le plafond. Nous nous rendons vite compte que cet éboulis a joué un rôle dans l’évolution de la cavité puisqu’il a arrêté les dépôts en amont. Au delà, nous progressons maintenant à 5 mètres de la voûte sur des alluvions qui ont été surcreusées par un écoulement plus récent. Après 100 mètres nous arrivons devant un gros entonnoir argileux qui n’a d’ailleurs pas un aspect très sympathique, c’est par celui-ci que doit arriver le ruisseau en forte crue car les parois sont tapissées d’argile liquide.
Nous préférons poursuivre dans la galerie principale qui devient de plus en plus basse. Nous sommes bientôt obligés de nous remettre à quatre pattes, ne pouvant nous relever que dans les grosses cloches de décompression qui atteignent quelques fois 5 à 6 mètres de haut ; mais ce que nous craignions arrive bientôt, les alluvions touchent pratiquement la voûte et ne permettent plus le passage d’un homme. Ce conduit qui développe plus d’un kilomètre sera baptisé « la Galerie du Turbigot » en l’honneur de la mascotte du Club.
Nous retournons à l’entonnoir glaiseux, la suite doit être là. La pente est prononcée et le sol glissant, on ne devine pas le fond, il y a peut-être un puits. C’est avec d’infinies précautions, en taillant des marches que je m’engage dans la pente. Après une descente d’une dizaine de mètres, débute une galerie argileuse. Elle a l’aspect d’un méandre, les parois sont crépies d’argile séchée et le fond est en général occupé par de l’eau. Une trentaine de mètres plus loin, la galerie semble s’arrêter mais, au ras du sol, un court ramping nous permet de gagner une galerie plus spacieuse. Le plus souvent debout, quelques passages à quatre pattes sont vite négociés. L’argile au sol a la consistance du beurre mou, juste assez liquide pour glisser et assez dure pour ne pas s’enfoncer. Finalement, la progression n’est pas trop pénible. Il y en a même qui apprécieront. Après 200 mètres, un grondement se fait entendre, nous courons de plus belle, ce doit être la rivière. La descente d’un talus abrupt nous conduit à un simple regard impénétrable laissant filtrer un bruit de ruisseau. En face : la galerie argileuse se poursuit.
Les bassins boueux sont maintenant plus nombreux, bientôt nous entendons à nouveau un bruit d’eau. Cette fois la rivière est bien là, elle va se perdre dans une fissure impénétrable, mais l’amont nous tend les bras.
Nous parcourons aisément un beau méandre au sol calcité. Je m’engage à droite dans un affluent sur quelques mètres. C’est une galerie spacieuse légèrement active. Nous la laissons de côté pour une prochaine explo. Roland et Lionel m’appellent. Ils ont continué la progression dans la rivière et, au loin, on entend une cascade.
La découverte continue, des blocs qui barrent la galerie nous obligent à faire quelques pas d’oppo. Nous arrivons bientôt devant une cascatelle. Au delà, la galerie érodée est très belle. Nous passons au dessus de grandes marmites. Roland nous interpelle :
« On s’arrête, j’ai des problèmes d’éclairage ! ». C’est l’occasion de faire le point. Ça fait trois heures que nous sommes dans la cavité, nous avons exploré plus de deux kilomètres, et nous n’avons ni vivres ni carbure.
Après quelques instants de concertation, nous décidons de poursuivre la progression pendant une heure. Après cela, obstacle ou pas il faudra retourner. Le méandre de 10 mètres par 2 présente de nombreuses formes d’érosion. Nous traversons des bassins cupulés. Nous ignorons plusieurs affluents préférant poursuivre dans la galerie principale dont nous ne pouvons plus discerner la voûte.
Soudain, nous sommes arrêtés par une grosse coulée de calcite. Nous inspectons les lieux espérant y découvrir un passage. A mi-hauteur, une lucarne donne accès à une grosse marmite, mais ça ne passe pas. Lionel s’engage au ras de l’eau, une courte voûte mouillante est suivie d’une étroiture qu’il ne parvient pas à franchir, je le relaie et après un passage en force, j’agrandis l’ouverture en écartant quelques blocs et en cassant quelques béquets pour permettre à mes coéquipiers de me suivre. Derrière on rejoint la grande marmite. Ce sera l’étroiture du « Chaudron ».
La galerie devient un peu plus chaotique. Nous repérons plusieurs cheminées, de futures séances d’escalade nous attendent avec peut être, un accès au plateau. Un gros affluent rive gauche émergeant d’une coulée basse et massive, marque un changement de physionomie de la galerie. Nous quittons le méandre pour une grosse conduite forcée, un tube phréatique de trois mètres de diamètre. Des stalactites noircies par d’anciennes crues se reflètent dans de longs bassins peu profonds.
Progressivement, la galerie se réduit pour atteindre 80 centimètres de diamètre au niveau d’un croisement. A droite c’est glaiseux. A gauche, la progression devient très aquatique. Nous sommes tous les trois dans l’expectative : l’heure de progression que nous avions fixée comme limite est atteinte, le passage n’est pas très accueillant mais le courant d’air est toujours présent.
Dans le club, beaucoup savent qu’on a du mal à m’arrêter, surtout dans de telles circonstances. Je m’adresse à mes deux compères en leur expliquant qu’il serait dommage de s’arrêter si près d’un obstacle, sans connaître le matériel nécessaire à son franchissement. Ils sont à peu près convaincus, et je m’engage les pieds en avant dans la conduite forcée.
Ma néoprène me permet de flotter, je pousse avec les mains toujours plus avant. Des stalactites pendent jusqu’au niveau de l’eau, et je dois passer en apnée. Le passage est très long et l’ambiance particulièrement aquatique! Mais devant, ça résonne de plus en plus. Je débouche enfin dans une galerie spacieuse.
Roland et Lionel m’ont suivi, et nous sommes réunis dans un superbe conduit elliptique. Roland a un grand sourire, il est content que ce passage très spécial prenne fin. Nous saurons plus tard que cette voûte mouillante mesure presque cent mètres, un joli piège à rat. Cette fois, on s’arrêtera là pour aujourd’hui, mais toujours aussi incorrigible je décide de faire une petite reconnaissance en solitaire pendant cinq minutes.
« Cinq minutes pas plus » me répond Roland… Encore cinq minutes de bonheur !
Au bout de cent mètres, je m’arrête devant un laminoir bas, mais ça continue.
Avant de rebrousser chemin j’inscris dans l’argile comme le veut la tradition :
« Le 12/4/92 Lionel, Roland et Bernard », et avec une grosse flèche vers l’amont « la suite SVP ».
Ce jour restera comme l’un des plus beau de nos vies de spéléo, plus de trois kilomètres de première. La grotte des Chaillets est devenue en un jour une des plus importantes du département du Doubs.
Mais Roland nous fait revenir « sur terre ».
« J’ai soif et la sortie est loin! ».
Il a raison, nous n’avons rien bu depuis plus de cinq heures, et la sortie est à trois kilomètres. Nous savons que si nous tardons trop, nous risquons une panne d’éclairage d’autant que mon électrique ne fonctionne pas très bien.
Le retour s’effectue au pas de charge, le port prolongé de la Néoprène associé au manque d’eau provoque de nombreuses crampes. Le passage des voûtes basses de l’entrée s’effectue dans la pénombre, et nous sortons de la cavité à tâtons.
Arrivé aux voitures, chacun se désaltère et se change rapidement. Nous avons hâte d’annoncer la nouvelle. Gilles est à Montrond. Nous lui racontons notre fantastique découverte. Il est à la fois déçu de ne pas nous avoir accompagné et heureux de pouvoir bientôt découvrir et prolonger ce nouveau réseau.
Le soir même, nous téléphonons aux copains du club pour les avertir et élaborer une stratégie d’exploration …….

Avec ses 9050 mètres de développement pour 70 mètres de dénivelé, la grotte des Chaillets se situe aujourd’hui au 7 ième rang des cavités franc-comtoises.  

Ballade photo à la Baume de Gonvillars

Gérard se propose de nous inviter, Franck et moi-même, pour une sortie photo à la rivière souterraine de Gonvillars.

Il y est déjà allé de nombreuses fois (quand il était encore jeune !) pour y accompagner des groupes.
Cette cavité, à cheval entre le Doubs et la Haute-Saône fait partie du réseau de la Sapoie Amont et développe 7400 mètres de galeries au total.

 

L’accès au collecteur est rapide et aisé (une dizaine de minutes).

Après l’avoir parcouru sur quelques centaines de mètres, dans une ambiance aquatique à souhait, le niveau d’eau dépasse largement celui des bottes.
Avec notre matos coûteux qui ne supporte pas l’humidité, nous décidons de rebrousser chemin et faisons les photos sur le chemin du retour.

 

Il y a de la place et nous ne nous gênons pas. Le matériel de Franck celui de Gérard sont différents ; les photos réalisées n’en seront que plus complémentaires.

La roche est bien sombre mais nos trois spots leds sont largement assez puissants pour mettre en lumière les galeries.

 

 

 

Une fois dehors et après à cassé la croûte, il nous reste un peu de temps. Nous décidons d’aller voir la résurgence du réseau, située 7,3 km au SE , sur la commune de Lougres.

 

 

Ma tablette fait des siennes mais on réussit tant bien que mal à localiser la fosse de Montenois.

Franck avait remarqué sur Basekarst qu’il y avait 2 arches au-dessus de cette doline rocheuse. Le site est remarquable.

 

 

 

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons à l’Isle sur le Doubs, pour aller voir la source du Lavoir, situé en pleine ville, en rive droite du Doubs. Renseignements pris, ce lavoir serait unique en Franche Comté et il mériterait donc d’être sauvegardé.

 

 

 

Cette ballade karstique « hors secteur »  nous aura conquit tous les trois. Rien  à voir avec nos contrées escarpées mais le sous- sol y est tout aussi intéressant.

Guy le 26 mars 2017