A la Légarde !

La Légarde le 11 juillet 1937 par P.WEITE (collection Claude PARIS…Merci Claude )

Thomas lance une « invit » interclub GSD-GCPM …on se retrouve à …2 !
No problème, si on s’arrête à la trémie, le nombre est suffisant pour embarquer les kits de cordes.
Du coup, j’ajoute un peu de poids pour tenter quelques images.
Quand à mon acolyte, il a une idée derrière la tête : il avait repéré un frottement à 3 mètres du bas du P30. Son objectif est d’emmener un perfo et de la cordelette Dyneema pour ajouter une déviation à cet endroit.
A mesure qu’on s’approche du trou, je me rends compte que les sapins sont très hauts. Quand j’ai visité ce gouffre la première fois (voilà 40 ans) ils étaient à peine plus hauts que moi !

Voilà 110 ans que cette belle classique fut explorée par Mr Virieux et ses compagnons. (Mr VIRIEUX était un contemporain et ami d’Eugène Fournier). En dévalant ces verticales dont les hauteurs vont crescendo, je me dis qu’il fallait être sacrément courageux pour descendre à -130 mètres comme ça, compte tenu des moyens de l’époque.
La photo monochrome du début du CR  immortalise une expédition réalisée 28 ans plus tard (en juillet 1937),  conduite par Pierre WEITE. ( Merci à Claude PARIS du GSAM)Dans le grand puits de 42 mètres, on a une pensée pour la spéléo belge Viviane qui, en février 1998, fit une chute mortelle en ces lieux suite à une mauvaise manip.

Ce qui est bien à la Légarde, c’est cette ambiance de cathédrale souterraine dans laquelle on reste finalement assez près de la roche.
L’acoustique est bonne, on n’est pas obligé de gueuler pour communiquer.

A – 71, Thomas sort son perfo allemand flambant neuf pour créer un mini-tunnel afin d’y faire passer de la cordelette … Au bout de 10 petites minutes, je comprends en voyant les yeux pétillants et vifs de mon jeune collègue que l’opération est réussie : plus de frottements !

Après avoir cassé la croûte sur la trémie, on tente quelques  photos depuis la base du grand puits. 2 flashs sont pendus au fractio et envoient plein pot en contre jour pour faire ressortir Thomas. Sur certains clichés , mon modèle à carrément pris feu !! Au final, on en a quand même une de bonne avec en prime , la perspective de la hauteur du puits.

La remontée se fait doucement car nous sommes chargés.(surtout Thomas !!)

Dehors, surprise, les pissenlits blanchissent à vue d’oeil car il neige abondamment (nous sommes un 4 mai ! ) on croise des vaches un peu hébétées qui doivent se demander ce qui arrive !

Et voilà une belle sortie décrassage pour bien se préparer au brevet d’initiateur qui approche à grand pas….

3 réflexions sur « A la Légarde ! »

  1. Julien

    Merci pour le récit, et les photos

    Je ne suis allé qu’une seule fois à la Légarde,
    J’ai souvenir d’une arrivée vertigineuse au dessus du P30 (vers -40)

    Bravo à vous deux

    Juju

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.