Première fois (ou presque) aux Cavottes – 13.02.2021

 

Objectif du jour : les Cavottes. Nous avons donc rendez-vous au local à 9h30 et je me fais un devoir d’être présent à l’heure dite car à la dernière sortie maitre Jean Lou m’avait bien fait comprendre que s’il y a une chose qu’il ne pardonne pas c’est bien le retard. J’arrive donc à l’heure et suis en parfaite synchro avec Jean Lou puisque nous nous garons en même temps (un premier danger d’évité donc). Arrivent peu après Thomas puis Christophe et Lisa ; nous commençons à préparer le matériel et là, première déconvenue : je serai équipé de la même combinaison couleur prune et dotée d’une couche culotte, comme me dit amicalement Thomas, qui m’allait déjà à ravir lors de mon initiation.

Tous ce petit monde semble étonné et un peu émerveillé de tomber sur quelqu’un qui n’a jamais fait les Cavottes, je suis un peu la rareté du jour ; Thomas et Jean Lou se demandent quant à eux à combien de centaines d’expéditions ils en sont.

Nous voilà donc partis pour notre objectif. Une fois arrivé Thomas part en « éclaireur », pressé notamment par le temps car il doit repartir avant tout le monde.

Le départ est lancé est là deux choses me frappent : la première c’est qu’avec le gel la descente qui mène au monde d’en bas ressemble plus à une patinoire verticale et la seconde c’est une forte impression de déjà vu. Heureusement pour la descente les racines noueuses offrent d’excellentes prises et le gel offre un premier spectacle vraiment très beau, notamment les stalactites de glace en haut de l’entrée de la grotte. La petite troupe a donc déjà un léger goût d’aventure alors que la lumière extérieure s’offre encore à nous. Mais la descente continue et il est très vite temps d’allumer les lampes et de pénétrer dans un autre univers.

Les galeries et étroitures s’enchainent, mon sentiment de déjà vu ce fait de plus en plus présent et nous débouchons dans la salle du chaos (nom sujet à débat car en ce qui me concerne je trouve qu’il règne pourtant là une forme de paix). Et là, la vérité me frappe et ce que j’avais pressenti se confirme : je suis déjà venu. En effet on m’avait il y des années offert une initiation de spéléo et je vous laisse deviner quel avait été le site choisi pour cette excursion… Je sens une légère déception parmi mes accompagnateurs, qui n’auront pas la joie de faire découvrir les fameuses Cavottes au petit nouveau et le bizutage en prend un coup.

Le groupe se scinde en deux pour un court moment : Jean Lou et Lisa prennent la tyrolienne et je passe par l’étroiture sur la gauche avec Christophe, non sans un certain regret de ne pas profiter de cette corde métallique qui me faisait bien envie mais je me dis qu’elle sera toujours présente à notre retour et que l’exploration n’en seras que plus complète. J’avance donc avec Christophe en tête qui me brief sur les différentes progressions possibles et nous faisons rapidement la jonction avec le reste de la bande. Quelques passages et une vire plus loin nous retrouvons Thomas qui nous attend bien sagement (surement parce qu’il ne peut pas aller plus loin faute des kits nécessaires) et ensuite Jean Lou se met à la manœuvre pour équiper un fameux P15 dont j’avais déjà pas mal entendu parler.(variante du ressaut de 7)

Pendant que le doyen de la bande s’affaire j’ai droit à un rapide cours sur des nœuds divers et variés par Thomas et un rappel aux manœuvres de sécurité sur descendeur. Mais la théorie prend fin, il est temps de s’engager sur la vire menant au puits. C’est Thomas qui se charge de m’assurer en bas du puits corde en main et Christophe à mes côtés qui vérifie la manip de son œil expérimenté et bienveillant. Un puits magnifique et une descente très grisante (bien qu’encore trop saccadé et un peu lente à mon goût)

Tout le monde descend sans encombre et Thomas nous abandonne ici, il a des impératifs musicaux. Nous cassons la croûte en bas du puits et reprenons le parcours de la cavité inférieure après ce moment convivial.

Les passages variés s’enchainent, nous arrivons aux Plages, au lieu de bivouac et viens la rencontre avec un nain de jardin qui nous toise de bien haut et qui m’avait déjà frappé lors de ma première visite. Mais l’ironie a voulu que cette fois je fasse l’exploration avec le responsable qui l’a placé là… si on m’avait dit ça quelques années en arrière.

Il faut maintenant se faufiler dans une étroiture menant à un puits, et cela amène à une manipulation où il faut quelque peut jouer les contorsionnistes (là aussi une première pour moi, l’enchaînement boyaux-puits) et je me dis intérieurement : « c’est quand même une sacrée belle journée ! ».

En bas du puits je fais la rencontre d’un musée d’argile souterrain et d’un niveau d’eau qui nous empêchera d’aller plus loin. Voici donc le point le plus éloigné qui marquera cette sortie et à partir de maintenant c’est le grand retour.

Nous faisons la rencontre d’un autre groupe au niveau du premier puits et vient le moment d’une ascension de 15 mètres qui m’aura fait pas mal transpirer ; et cela aurait sans doute été davantage sans les conseils avisés de Lisa. Mais l’obstacle est franchi, Jean Lou m’attend en haut avec un « c’est bien, tu te débrouilles pas mal » qui réchauffe le cœur et il n’y a plus qu’à passer la vire pour souffler un bon coût pendant que Christophe suit et que Lisa déséquipe.

Un dernier moment de sensation forte marque cette remonté et cette sortie, le passage par une tyrolienne à qui j’avais donné rendez-vous et que je ne voulais pas manquer. Mes acolytes ont été généreux et m’ont donné une des « bonnes poulies » (une grise) me permettant ainsi de faire la traversé dans les meilleures conditions de vitesse et de sensation.

Arrivé à la dernière intersection je me souviens qu’il faut prendre à droite et non à gauche, et donc un nouvel échec pour le bizutage. Mais que mes compagnons se rassurent, je m’étais fait avoir la première fois et vous pouvez donc à loisir imaginer ma tête en arrivant devant un cul de sac qui a dû en surprendre plus d’un.

La remontée de la patinoire se fait sans encombre et sans membres cassés ; il faut dire que le groupe que nous avons croisé à fait preuve d’avantage de prudence et avait posé une corde, ce qui a nettement facilité cette ascension.

Nous nous changeons rapidement (les températures négatives donnent des ailes) et rentrons au gîte où la dernière épreuve nous attend et non des moindres : le nettoyage du matériel avec une eau fraiche, très fraiche…  et c’est Lisa qui y résiste le mieux.

Nous pouvons enfin partager une bière bien méritée, après quoi chacun rentre chez soi, on me donne pour devoir à faire à la maison la rédaction de ce compte rendu et je repars déjà avec une idée de mes futures courbatures et des images que j’aurai en tête pour un long moment…

Je remercie toute l’équipe pour ce partage, pour m’avoir (presque) fait découvrir les Cavottes et pour leur bienveillance.

En espérant qu’on se reverra bientôt dans le monde souterrain et que je porterai enfin une combinaison rouge !

Alex

Toutes les photos ici

3 réflexions sur « Première fois (ou presque) aux Cavottes – 13.02.2021 »

  1. Guy DECREUSE

    Il est chouette ton CR Alex, plein de spontanéité dans les émotions !
    …. on a l’impression d’être derrière toi.

    Répondre
  2. Sarah

    Très bon CR l’ami ! Très bien tourner avec ce qu’il faut de dérision. On la revisite avec toi ! D’ailleurs je ne pense pas avoir déjà vue ce musé d’argile, je me demande bien quel puits y mène. Pour l’effet « balle rebondissante » c’est normal, ca va devenir plus fluide et plus rapide une fois le descendeur domestiqué et cela ce fera plus rapidement que pour moi  » ce qui n’est pas bien dur » vu ton aisance ^^.
    De belles sensations que tu nous partage la.

    A bientôt
    Sarah

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.