Exploration des Cavottes….vue par des bleus !

– Nous voilà au petit matin en route pour Montrond le château, rejoindre J-lou, Thomas »pro », Laurence et Bertrand au gîte de la GCPM.
-Thomas »pro » est le premier sur place et commence à nous montrer les équipements et le plan des Cavottes. J-lou arrive et ils nous équipent pour le bizutage de la poutre, à savoir si nous sommes habilités pour grimper le R7. , test réussi.
-Jusqu’ici tout va bien, les deux derniers acolytes nous rejoignent, Une préparation d’équipements variés s’en suit et nous arrivons à 11h30 devant la doline d’effondrement des Cavottes. Qui aurait cru, sans le savoir, que cet ilot touffu au milieu des champs, était en fait la bouche d’une caverne de plus de 3300m de développement !
-Nous sommes équipés de pied en cap et en attendant que nos guides s’habillent nous nous demandons quelle douce folie nous a prise ! Après une jolie photo d’équipe reflétant bien la différence entre pros et amateurs crispés, nous commençons notre descente dans la goule glissante et heureusement pourvue de grosses racines assurant notre progression.
-Un premier couloir humide se dessine, nous pénétrons sous terre et après une première bifurcation nous voilà rapidement au sec et en rang dans un système de diaclases parfois assez étroit et étonnamment lissé par les milliers de visiteurs qui les parcourent.
Après la salle du Chaos, digne de son nom et une bonne partie de rabotage sympathique dans ce labyrinthe rocheux nous passons les fractios du faux pas « à ne pas faire ». Celui-ci nous donne accès à un réseau plus spacieux, de grands couloirs enjolivés de timides concrétions où nous retrouvons notre bipédie jusqu’au ressaut de 7m.

-Thomas « am » est serein, il s’éclate à Cavotteland et descend rapidement pour atterrir 7m plus bas,  » ! Quant à moi, je ne suis pas vraiment sereine à cette idée et je me cogne soigneusement les genoux lors de ma descente ce qui a le don d’amuser la galerie, moi comprise ! Heureusement, l’équipe des clostrophiles nous supervise et nous encadr soigneusement. Thomas « pro » assure toutes nos descentes et J-lou nous attend suspendu à chaque fractio pour nous accueillir de sa présence rassurante. Quand vient mon tour je me lance « au sens propre » et percute un peu J-lou « amortisseur 100% bio ». A mon grand soulagement j’atterris et les 3 funambules restant arrivent comme des plumes sur la soupe. C’est l’heure du repas ! 

-Moment détente agrémenté de discussions et d’un bon café souterrain « Le rêve ». Une fois énergisés, nous voilà repartis pour aller voir la salle ex terminale de la galerie nord qu’on atteint par la salle fournier et la salle des dunes « Oui oui, des dunes ! ». Notre avancée et fort simple et agréable, que la nature est bien faite ! L’ex terminale nous apporte son lot de surprise, un nain de jardin se cache là, et nous épie de son haut perchoir. Irréel, n’est ce pas ?
– Après cette vision surréaliste nous fîmes demi-tour jusqu’au R7 pour parcourir les couloirs sableux jusqu’à la salle du bivouac. Camping 3 étoiles ! Évidemment mon humour se tarit un peu à l’extrémité de la galerie sud, quand J-lou nous montre le puits de 20m se dessinant sous nos pieds depuis un promontoire de calcite. Et surtout quand ils nous propose de le descendre ! « Moi, descendre un puits de 20m suspendue à un fil d’araignée ? Que nenni ! »
– Et pourtant tout le monde se prête au jeu. Ne voulant pas être la brebis galeuse je me fis tant bien que mal à cette idée, que mon coté rationnel déchiffrait comme un suicide prémédité. « Quelle c.. ce mental ! » S’en suivit l’effrayante vision de celle d’un jeune homme, normalement constitué, devenir petit homme à la voix lointaine et résonante. La descente fut « rebondissante » ! « Ne pas regarder en bas, et une fois en bas, ne pas regarder en haut. »
-L’attraction touristique de la boite aux lettres me fit oublier cette agréable misère jusqu’à ce que tout le monde soit descendu et que l’heure de la remontée arrive. Avec encouragement de Laurence, je m’élance juste après J-lou qui m’éclaire de son phare lointain. Drôle d’effort qui me fit souffler comme jamais ! heureuse d’être arrivée et d’avoir échappé à la combustion spontanée.
– La joyeuse troupe fut réunie à nouveau et ce passage sonna le GONG de cette traversée. Le retour fut beaucoup plus serein pour ma part et le ressaut de 7m paru bien mignon à remonter.
-Apres 5h30 sous terre, 6 joyeux lurons retrouvent la surface.
-Thomas « am » me confia plus tard, n’avoir point eu peur, amusée et un brin jalouse, je propose donc pour lui un bizutage sur un P50 !
Un grand merci à tous ! Expérience unique et impressionnante qui ravit, les yeux et le cœur, le corps et l’esprit.

Toutes les photos   ICI

Sarah

P.S : Thomas « pro » = Thomas Jounin
Thomas « am » = copain de Sarah

1 réflexion sur « Exploration des Cavottes….vue par des bleus ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.