Chasseur de courants d’airs sous terre !

C’est peu banal, mais avons décidé de partir à la chasse aux courants d’airs sous terre .

Chacun sait l’importance que peut avoir la découverte d’un petit orifice qui souffle .
Nous avons déjà essayé plusieurs techniques de recherche de courants d’air.
La dernière, c’était dans les bois et lapiaz du secteur de Flagey avec une caméra thermique .
Pleins d’espoir, nous avions longuement prospecté pour finalement nous rendre compte qu’un caméra thermique ne sait pas lire des tempéraures d’air . Elle sait juste relever des températures de surface . Dommage !

la sortie de ce jour est encore une période de test avec un nouvel appareil . C’est un anémomètre un peu particulier que l’on nomme « anémomètre à fil chaud « .
Il s’agit donc de l’usage détourné d’un appareil utilisé par les organismes de contrôles qui mesurent les vitesses d’air dans les gaines de ventilation
L’avantage de cet appareil de mesure de vitesse de vent (associée à une mesure de température d’air), c’est qu’il sait afficher des vitesses très très basse  (théoriquement jusqu’à 0,1m/s)

L’appareil fraichement reçu, on s’empresse d’aller faire un tour sous terre pour le tester et établir un mini protocole de mesure.

Déjà une rapide virée au dessus des Ordons permet de voir qu’il n’y a pas ou très peu d’échange d’air ce jour là.

Les Cavottes sont idéales pour une première prise en main plus précise sans perturbations externes.
D’abord, il faut dire que les éléments de mesure sont très fragiles, sensibles à l’eau et à la boue… Il va falloir faire attention.

Aux Cavottes, depuis la salle du chaos, toutes les fissures plus ou moins grosses sont sondées …Rien .

Du coup…. je propose à Jean lou de le sonder. La sonde n’est pas très grosse . Elle ne devrait pas trop gêner. Le test se fait …. avec la sonde disposée …. au dessus de la tête de jean lou afin de voir si la chaleur corporelle et mesurable et aussi si ce dégagement de chaleur génère un courant d’air visible avec l’appareil .
On peut dire que les tests sont plutôt très concluants . Au repos Jean Lou génère un courant d’air de 0,25 m/s   .  Ce type  est donc encore dans le vent !

Pour la température, c’est plus délicat a interpréter car la sonde à une certaine inertie. la lecture des changements de température n’est pas immédiate (environ 30s)
On peut tout de même dire que la température intérieure variait entre 10.5  12°c
Dans les zones humides, nous avions la sensation d’une température plus basse, mais l’appareil n’a pas relevé de différence de température entre les zones sèches ou humides.

Nous irons rapidement faire un tour à la Bergeronnette pour tester l’outil là bas .
dans ce trou, nous avons souvent un net courant d’air à l’entrée et près de 20m plus bas, au fond nous ne retrouvons pas ce courant d’air.
Un fissure verticale parcourt tout le puits et il serait fort intéressant d’identifier la zone d’arrivée du courant d’air

Affaire à suivre donc

N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez déjà utilisé ce type d’appareil sous terre.
Votre expérience nous intéresse et je ne manquerai pas de vous recontacter

Christophe

 

1 réflexion sur « Chasseur de courants d’airs sous terre ! »

  1. Ping : Chasseur de courants d’air sous terre | GIPEK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.