Verneau : trop d’eau !


Texte raconté avec la plume de Xavier Blanchard

Nous étions 8 au total pour cette traversée du 18 novembre 2017: Guy, Damien, Gauthier et Florent DECREUSE, JLou THOLLON, Etienne PERREAUX,Thomas JOUNIN et moi.

Après prise de météo, observations des débits du verneau à NANS SOUS ST ANNE, vérification du manteau neigeux quasiment intégralement fondu, j’ai décidé de maintenir la traversée.
Objectif : rentrer à 07h00 aux Biefs et faire la traversée en 15h voire 20h maxi si certains ont un peu de mal. Les vivres sont largement pris en conséquence, et nous savons que de la pluie en petite quantité est annoncée à compter de dimanche matin. Vu la sortie dans les biefs le WE précédent, je table plutôt sur moins de 15h.
Nous rentrons sous terre à 08h00.
J’allume ma SCURION, elle a du s’allumer dans mon sac la veille et je pars avec 10% ! (C’est un signe?) Tant pis, j’ai une pile 9V de secours, une lampe de secours et mon éclairage acétylène + bite carbure au cas ou.
On poursuit, une sangle de ma betelle de kit casse ! (C’est un signe?). Je répare, on poursuit.
On arrive rapidement au siphon des Patafouins. On se divise en 2 groupes : 6 passeront le siphon en apnée avec tous les kits et Jlou et Guy passeront par le P40.
Je passe le siphon, et là surprise, la voute mouillante qui suit siphone ! (C’est un signe?)
On fait demi tour, et Etienne s’essaye quand même 2 fois au passage du siphon. Quel courageux !
On envoie vite du monde prévenir JLou et Guy. JLou en apprenant que ça siphone fonce au tube en U.
On remonte tous le P40. Même moi qui m’étais juré de ne plus le monter en néoprene avec 1 kit, je le remonte avec 2 kits !
En descendant les puits, je rencontre JLou qui me dit que c’est compromis, vu le niveau d’eau au tube en U, et on convient que je parte me rendre compte pour décider de la suite.
Arrivé au tube en U, il reste 10 cm d’air au plafond! (C’est un signe? Euh, la OUI !)
Brève réflexion :
1- peu de marge de manœuvre au tube en U
2- si on poursuit, on est pas sur que le passage du laminoir argileux équipé de corde en plafond soit franchissable
3- si on fait demi tour, avec la fatigue, le reste de fonte des neige qui n’empêchait pas la décrue, mais pourrait s’ajouter à la pluie annoncée, qui sait-on jamais, pourrait arriver plus tôt, pourrait empêcher au retour le passage du tube en U, sans compter la longueur de la sortie dans ce cas.
Je remonte donc voir JLou et le reste du groupe pour confirmer l’abandon du projet de traversée.
Tout le monde est dégoutté, mais tout le monde convient que c’est la sage décision, surtout que notre bonne vitesse de progression nous laissait penser que nous pourrions sortir en 12/13h.
Du coup, chacun reprend son kit et on remonte tranquillement, se faisant une bouffe au Patafouins (ça creuse sérieusement), puis pause en bas des puits des biefs pour enlever les néos, puis petite bouffe chaude à la salle machin. C’est pas qu’il faisait faim, mais fallait bien un peu consommer toutes nos victuailles et les 3 litres d’eau chacun qu’il nous reste encore ! On poursuit et nous ressortons entre 18h15 et 19h00.
Durée de la sortie : 11h
Durée estimée de la traversée si elle avait été possible : 12h/13h
Débit d’eau dans le Verneau à 08h00 à l’entrée : 0.320 m3/s
Débit d’eau dans le Verneau à 12h00 lorsque j’étais au tube en U : 0.290 m3/s
On avait constaté une légère montée du débit dans la nuit, que j’attribue au reste de la fonte des neiges la veille, qui probablement influe davantage sur le débit lorsque celui ci est bas, puisque il n’y en pas eu avant, alors qu’il y a eu de la fonte de jour.

L’équipe ne peut que se féliciter d’avoir fait l’équivalent d’une traversée (car remonter les biefs, c’est quand même quelque chose), mais en prenant soin de sa sécurité. Peut-être une prochaine fois…..
En plus, je vous raconte pas les réflexions à la con (A ben le méandre, heureusement qu’on le passe qu’une fois en descendant ! ou autres) qui nous reviennent en tête.
Ca reste le Verneau le patron !

PS : j’ai même pas changé l’accu de la SCURION qui a tenu le coup toute la sortie. C’est cher mais ça assure !
Xav

2 réflexions au sujet de « Verneau : trop d’eau ! »

  1. JAWORSKI Gérard

    Vous avez agit sagement… vous savez ce que l’on dit :
    « Il vaut mieux dire on aurait peut être pu que l’on aurait pas dû ! »
    Vous la ferez dans de meilleures conditions avec une météo hivernale de type anticyclonique et un étiage lié au froid.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *