Séquence très chaude dans le haut Doubs

Il aura suffit d’une petite info aux membres du GCPM : un trou souffleur vers le barrage du Chatelot. Température extérieure : 10°. Température de l’air sortant : 19°…
Rapidement 8 personnes se manifestent ! . Une sortie est programmée le samedi 10 novembre.

Après quelques petites complications organisationnelles, tout le monde se retrouve au parking du barrage de Chatelot.
Il y a: Christophe, Jean Louis, Jacky, Julien, Virgile, Thomas, Dominique et Jean No.
Natanael nous rejoint en milieu de journée.
Alain s’était annoncé aussi, mais il n’a pas pu venir.
L’équipe est très motivée. Au vu du nombre inhabituel de participants, nous proposons plusieurs objectifs.
Une équipe pourra s’occuper de la désobstruction pendant que d’autres (qui ne connaissent pas le coin) partiront avec Thomas pour repointer au GPS les autres trous du secteur. Des photos pourront enrichir la base de données Basekarst. Si possible, une équipe tentera également de pointer précisément la source d’Entreroche. D’accès difficile, cette source est localisée sur la carte IGN  dans une zone très pentue avec plusieurs redans rocheux à franchir.

Nous sommes tous lourdement chargés et après 20mn de marche, nous arrivons enfin sur la zone qui nous intéresse.
Beaucoup de pêcheurs dans le secteur et, ceux qui sont situés en contrebas de notre chantier vont être un peu perturbés par le travail au Bazola…
Je prends l’initiative d’aller leur expliquer notre venue et le but de nos travaux du jour.

Les équipes se forment en fonction des envies et contraintes de chacun. Les prospecteurs partent donc avec Thomas qui est déjà venu avec moi la semaine dernière.
Nous, nous  engageons la désobstruction.
Habituellement, nous prenons soin de mettre nos boissons au frais dans la zone de courant d’air, mais pour cette fois, il faut absolument faire l’inverse !

Les équipes s’engagent dans leurs « missions » et pour nous, la désobstruction débute par le déplacement de gros blocs. Il fait chaud pour celui qui creuse et nous nous relayons régulièrement.
Nous sommes déjà descendu d’environ 2m dans l’éboulis et il commence à pleuvoir.Nous installons rapidement un abri avec une grande bache.
Il fait bon chaud sous la bâche   en contraste avec la température extérieure (12°).

Curieux, les pêcheurs viennent finalement voir de plus près cette équipe bruyante et pétardante de taupes rouges qui s’agitent dans l’éboulis.
Constatant eux aussi la chaleur inhabituelle, ils nous racontent  que par grand froid, lorsque le lac était gelé, les anciens du coin venaient ici car il y avait toujours une zone sans glace sur le lac.    Tiens tiens …

En cours de journée, certains partent rejoindre l’équipe en prospection mais quelques fidèles gardent le cap de la mission d’origine.

Juju en profite pour tester son casque proto. daft punk
 Virgile, Jacky, Dom et moi poursuivons donc le dégagement en suivant le courant d’air.
A -3m, nous arrivons sur une base rocheuse massive. Nous poursuivons horizontalement.

La zone est très fracturée et le déblaiement devient délicat.
Nous réussissons tout de même à avancer de 3 m entre les blocs.
Un passage s’ouvre devant nous. On gratte, on dégage, pour enfin pouvoir se faufiler sur environ 2m entre 2 gros rochers. La suite est là, mais la zone se resserre à nouveau. Avec une caméra, nous pourrions voir ce qui nous attend (ou pas)  plus loin derrière ce petit trou noir….

L’équipe de prospection est enfin de retour et la nuit commence a tomber. Il est grand temps de remballer d’autant que Jean lou doit impérativement être rentré pour 19h00 … ca va être chaud!
18h00 il fait nuit noire et tout le monde est sur le parking. Reste a réattribuer les affaires de chacun (hihihi, j’ai hérité d’un joli piochon bleu tout neuf) et à 18h15, tout le monde est parti.

L’équipe en prospection a collecté des informations qui méritent de revenir, mais nous en reparlerons lorsque nous aurons plus d’éléments a communiquer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un grand merci à tous les participants et particulièrement à Virgile pour son abnégation.

D’autres photos ici

Christophe

 

2 réflexions au sujet de « Séquence très chaude dans le haut Doubs »

  1. Guy DECREUSE

    Le mystère reste entier.

    Voilà une désob qui a un cadre pour le moins inhabituel
    …. avec une énigme «  »thermique » » haletante.

    On attend les suites de l’enquête avec impatience !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.