Chaudron du diable – Séance du 1er décembre 2018

La découverte d’un trou soufflant de l’air à 19° a motivé les équipes (voir l’article ici) et nous sommes 6 ce matin pour la poursuite de cette désob pas banale du tout !

Il y avait : Christophe, Thomas, Jacky, Dom, Gauthier et Nathanaël.
Lors de la séance précédente, nous nous étions arrêtés sur un passage a élargir.

Aujourd’hui, la séance débute par une prospection au thermomètre….
Au fond de la suite présumée, je relève 17°et peu de courant d’air, mais plus bas sur la droite, le courant d’air chaud est bien présent et l’on retrouve les 19° de la fois précédente.
C’est décidé, nous abandonnons le passage le plus évident et nous concentrons nos efforts sous ce gros bloc.

 

La persévérance fini par payer. Gauthier aperçoit du noir devant nous, mais de gros blocs nécessitent une intervention musclée et fumante.
Après dissipation du « brouillard », nous franchissons enfin un passage bas et la suite s’ouvre à nous ….

.

3,09 mètre plus loin… la suite est obstruée par du concrétionnement.
Gauthier commence à dégager la zone au marteau/burin, mais il est trop tard pour poursuivre.
Une petite mesure au thermomètre pour s’assurer que nous sommes bien dans la bonne direction et… oh surprise le thermomètre indique 22°c au fond de la cavité !

Il faudra revenir très rapidement car des pluies abondantes sont annoncées et les bassins pourraient se remplir assez vite et rendre le site inaccessible pour longtemps !

D’autres photos ici

Christophe

La moule hurlante – Episode 2 – 17 novembre 2018

Par Nathanaël Ligier

Nous nous étions fixés rendez-vous un peu avant 10h avec Thomas à Etalans et Virgile devait nous rejoindre sur place.
9h54… Je vois des voitures passer un peu partout avec des gilets jaunes et j’envoie un message à Thomas exprimant mon inquiétude : « Active !!! Y’a des Gilets jaunes partout…On va se faire coincer ! »
10h et des poussières, Thomas arrive. Le temps de transférer son matos dans mon scénic et de comparer nos poubelles à roulettes, Nous voilà partis.
A Fuans, on croise un premier groupement de Gilets jaunes… L’un d’entre eux, une bière à la main, me laisse repartir après avoir mis mon gilet sur le tableau de bord (j’avais prévu le coup).
Virgile n’aura pas cette chance… Il est resté coincé un peu plus longtemps et nous à rejoint au Parking du chatelot vers 11h15…

Chargés comme des mulets, nous entamons la rando d’accès. Nous constatons que le niveau du lac semble avoir encore légèrement baissé.

Nous discutons encore 5 mn en chemin avec des randonneurs et nous parvenons au trou vers midi. Nous mangerons à l’extérieur avant d’avoir les mains trop pourries et dans l’hypothèse des pollutions sous-jacentes, l’idée nous semble préférable.

A 13h, Nous sommes équipés et on rentre dans la cavité pour commencer par voir les galeries non explorées le samedi précédent. Au passage, je fais quelques prélèvements de sable à l’entrée et je poursuivrai plus tard. Au carrefour,, nous décidons de montrer le siphon à Thomas puis nous revenons sur nos pas, lui présentant la cheminée et notre point d’arrêt précédent, quelques mètres plus loin.
C’est parti, suspense !!! Virgile se lance dans la laisse d’eau au sol, progresse d’une vingtaine de mètres et nous dit… « Ça tourne » !!! Nous le rejoignons et observons on changement de profil : De conduite forcée, le profil passe à diaclase en trou de serrure… Nous poursuivons, 13 m et ça tourne encore ! sous nos pieds, une profonde diaclase en éteignoir avec niveau d’eau laisse peu d’espoir de suite et au dessus de nous, une cheminée un peu plus haute, dont l’exutoire me semble d’emblée, un peu trop étroit pour moi… Pour Thomas, ça pourrait passer !

Continuons… Virgile explore le nouveau tournant, se faufilant dans le sommet du nouveau trou de serrure… Après 6m, encore un tournant ! La suite semble devenir trop étroite. Pour Virgile, on pourrait descendre le puits mais pas certain de pouvoir remonter sans traction par les copains… Encourageant, quand on voit l’étroitesse de ces galeries terminales !

Nous revenons vers la cheminée pour en explorer la suite éventuelle. Je m’y engage en premier, posant délicatement les coudes dans la boue et je me retrouve face à face avec cette substance orangée pas sympa du tout que nous avions déjà observé dans la galerie précédente. Dans la cheminée, je guette rapidement, tandis que Virgile s’exclame à son tour : « Aaah, Ca pue ! ». Thomas nous rejoins également et pour éviter de triper dans ce cloaque douteux, je ressors aussitôt de la galerie. Thomas s’élance alors au travers de la trémie qui colmate le plafond de la Cheminée en diaclase, empruntant un passage très étroit. Rapidement il nous informe… « Ça queute !!!…  » Puis se retournant, il corrige : « Ah non, çà continue ! ».Depuis le bas, je n’entends plus Thomas et c’est Virgile qui me transmet les infos : « Il a passé la trémie, il est dans le haut de la cheminée, elle doit faire 20 mètres » On essaie de comprendre comment s’agence l’ensemble , mais Thomas nous rejoint assez vite.

Il a observé les traces oranges un peu partout sur les parois de la cheminée et des gros placards de  moisissures cotonneuses sous les blocs. Pour la cheminée, il a tenté d’escalader, mais seul, sans barre raumer ca devenait dangereux, pourtant, en haut ça pourrait continuer

Bref… Compte tenu de l’éventuelle pollution et du fait que la trémie semble instable,  il sera préférable de chercher un autre accès. En effet, Virgile à tenté une désob au marteau et après avoir viré quelques morceaux, il ne passait toujours pas et il à compris que s’il en enlevait plus, ça risquait de bouger sérieusement !

Il était temps de passer à la suite du programme (topo, prélèvements et désob.) Nous ressortons un instant pour reprendre le matos et entamons la topo avec Thomas, tandis que Virgile, motivé, embarque avec lui la massette et les burins.

Je serais bien incapable de dire combien de temps la topo nous a pris, mais suffisamment pour commencer à avoir froid avec Thomas. Lorsque nous avons rejoint Virgile, il avait carrément taillé un tunnel dans lequel on pouvait passer… La tête (sans le casque !). Cela dit, vu le boulot, d’origine, il a super bien bossé !!!
Thomas redonnera quelques coups de massette pour se réchauffer, tandis que je termine mes prélèvements et nous ressortons enfin, boueux, mais heureux ^^

Après remballage du matos et rechange pour Thomas, nous avons entamé la marche du retour avant l’hécatombe des lumières. Heureusement que la lune éclairait bien car nous avons marché une bonne partie du chemin sans lampe et avec la flemme de tout ressortir du sac pour prendre celles de secours.
Nous sommes finalement arrivés au voitures… Retour à la vie moderne :

—> BIP BIP—> Message de Juju
—> BIP BIP—> Message de Christophe
—> BIP BIP—> Message de Juju

Virgile est déjà loin devant nous, mais nous prendrons le temps de rappeler Christophe et Julien avant un détour par le Mac Do. de Morteau…

Finalement je me dis qu’en 15 ans, rien a changé… La spéléo ça creuse ^^

Les croquis d’explo: 
de Julien

de Nathanaël

Nat

La moule hurlante – Episode 1 – 10 novembre 2018

Le niveau très bas du barrage de chatelôt (Villers le Lac) permet de visiter des cavités plus habituées à voir passer des poissons et autre mollusques d’eau douce.
Nous sommes nombreux pour aider à la désobstruction d’une cavité (le chaudron du diable) repérée par Christophe et qui souffle un puissant courant d’air chaud.

Il y a trop de monde ! Une  partie de l’équipe file vers d’autres objectifs avec entre autre la mission de repointer au GPS les entrées de cavités pour une mise à jour dans Basekarst.

Julien raconte :
Accompagnés par Jean Lou, Jean Noël et Thomas sont partis un peu plus tôt en reconnaissance repérer et pointer plusieurs cavités
Nous nous rendons avec Thomas et Nathanaël poursuivre l’exploration qu’ils ont commencé. L’entrée de la grotte s’ouvre dans la pente douce entre le sentier et le Lac, en rive gauche en amont du barrage du Chatelot
La cavité d’ordinaire submergée, est exceptionnellement accessible grâce suite à la baisse de niveau de l’eau conséquence de l’été très sec.
L’entrée basse (moins d’un mètre) donne sur une salle assez haute de plafond et boueuse au sol
Thomas s’équipe; j’en profite pour tester mon nouvel éclairage, et Nathanaël pour faire quelques photos.
Nous commençons à faire quelques croquis de la cavité
Nous traversons la salle et atteignons un passage bas dans au sol duquel nous trouvons des concrétions fines, larges et fragiles. D’après Nathanael, il pourrait s’agir de fossiles de polypiers médraporiques présents notamment dans les calcaires du rauracien.

Au fond un passage à quatre pattes nous permet de parcourir une galerie donnant sur un plan d’eau peu profond terminus du groupe précédent.
Des mollusques (moules ?) et des grattons noirs sont incrutés dans le calcaire,
De cet endroit nous entendons très nettement un grondement, d’eau manifestement.
Chacun se tait pour mieux entendre…. C’est l’Euphorie !  Nous ne pouvons pas attendre!
Nous décidons d’oublier les croquis pour le moment et nous nous précipitons dans la galerie qui devient rapidement plus haute de plafond.

Arrivés à un embranchement, nous délaissons la galerie de droite au profit de celle de gauche ou l’on entend très nettement le grondement sourd.
La galerie change de forme et prends une allure plus verticale, nous arrivons de nouveau à un embranchement
En face, une fissure, étroite et assez profonde (quelques metres) nous permet de distinguer l’eau au fond (actif) et ce qui semble être une petit cascade, qui est à l’origine du bruit (….)
Ca ne passe pas, mince !

Nous poursuivons la galerie et tombons devant un puits d’environs 2 mètre avec de l’eau au fond.
Le puits est rapidement désescaladé, et nous nous posons à présent la question de savoir s’il ne faudrait pas attendre le reste de l’équipe pour poursuivre l’exploration.
 Nous avons de l’eau jusqu’aux cuisses, Nathanaël repère rapidement un courant d’eau dans la vasque qui part sous la roche, et de l’autre coté on aperçoit une galerie qui s’abaisse en voûte mouillante très mouillante (quelques centimètres de garde d’air) La voûte basse  est jugée trop sévère, nous remontons le puits, et profitons pour faire quelques photos.

De retour vers l’actif, Thomas fait une tentative et s’engage dans la faille => Trop étroit

Il essaye de mieux distinguer l’arrivée  l’eau et si une séance au Bazola permettrait de dégager rapidement un passage.
Retour à la galerie précédemment délaissée. Nous y découvrons des niphargus mais aussi d’importantes traces de pollution..
La galerie file en ligne droite et nous n’en distinguons pas la fin,
Nous nous engeagons, et nous délaissons un départ vers la gauche
Après quelques mètres de progressions, nous décidons d’un commun accord de rebrousser chemin. Il faut laisser un peu de première aux copains !

Retour vers la sortie  en récupérant le matériel semé un peu partout dans les galeries

Jean louis nous attendait avec impatience à l’entrée . Nous ne nous étions pas rendus compte d’être resté si longtemps sous terre.

Nous sommes tous d’accord pour renommer cette cavité qui s’appellera : Grotte de la moule hurlante !

D’autres photos ici

Julien et Christophe

Initiation équipement aux Biefs Boussets avec Emilie

Quelques jeunes du clubs sont inscrits cette année à l’école départementale de Spéléo (EDS)

Après 2 malheureuses sorties EDS programmées et annulées au dernier moment, avec Jean Lou, nous proposons une sortie alternative.
Emilie répond ok et nous nous retrouvons à 3 ce matin au gite pour une sortie à la demande.

Emilie souhaite équiper. Comme elle connait déjà Ouzène, les biefs boussets sont la sortie idéale.

Sur place, il fait un froid de canard et il tarde à tout le monde d’être sous terre.
Pour gagner du temps, Jean Lou équipe l’accès extérieur, puis Emilie prend le relais à partir de la charnière.

Elle connait déjà bien ses noeuds et elle sait progresser en sécurité.

Sur les conseils avisés de Jean Lou, Emilie équipe seule jusqu’au P10.
Des contraintes horaires ne permettent pas d’aller plus loin.

Merci beaucoup à Jean Lou pour le temps passé transmettre son expérience et sa compétence.  

Christophe

Un nouveau chantier de désosbstruction – La Bergeronnette

Nous en parlions depuis longtemps mais il y avait d’autres chantiers en cours.
Cette fois, c’est parti !  Nous allons reprendre la désosbstruction au gouffre de la Bergeronnette !

Le puits est bien situé entre la Belle Louise, les Cavottes le Brizon et la Brosse toute proche.
L’espoir est donc grand de découvrir un nouveau réseau qui permettrait une fois encore d’accéder à moins 120m (comme tous les trous du secteur)

La Bergeronnette a déjà vu passer du monde.
En 2000
le Chrono Spéléo Club engage une désobstruction dans ce petit puits de 12m en fond de doline  dissimulé dans les bois.
A  l’époque déjà, les spéléos avaient mis en place une potence au droit du puits principal . Après de longues séances, ils abandonnent à la cote -22m dans un puits toujours aussi vertical.

En 2002
 le GCPM reprend le chantier. Avec entre autres  Jean Paul Liévaux et Denis Michel, nous mettons en oeuvre une plateforme et une nouvelle potence.
Quelques séances plus tard, à la côte -27m, le puits semble se séparer en 2 parties et l’équipe n’y croit plus.
Un petit courant d’air nettement perceptible ne suffit pas à retenir les désobeurs. Le chantier tombe en sommeil.

.

8 septembre 2018.
De nouvelles théories relancent l’espoir d’un réseau à découvrir ici …. et donc, après le démontage du chantier à la perte amont des Biefs Boussets, nous  réinstallerons nos équipements ici

Il y a : Jacky, Jean lou, Guy, Thomas et moi

Le chantier commence par un gros nettoyage du site.
Branchages et troncs morts sont déblayés
Le palan est assemblé sur place sur les conseils avisés de Jacky qui connait parfaitement chaque pièce (normal, c’est lui qui a tout inventé, dessiné et construit)
Le chemin de roulement est en aluminium et le chariot + poulie sont en acier de 1cm d’épaisseur….
C’est sur, ca ne va pas casser et Jean Jacques doit rigoler dans son coin …(il comprendra)

Mise en place de la plateforme avec les madriers gracieusement fournis par Didier.
Thomas s’empresse de tester le confort et la planéité  (petite sieste)

 

A 17h00 tout est en place. … Il ne reste plus qu’a trouver du temps pour reprendre les travaux mais les mois de septembre et d’octobre s’annoncent déjà bien chargés .

 

 

A suivre …

Christophe

Faire des photos spéléo avec une lampe torche !

En spéléo, il existe plusieurs techniques pour mettre en lumière les paysages souterrains afin de les rentrer dans la boite.
Une très grande majorité utilise des flashs, mais on a aussi les adeptes des ampoules pour les gros volumes ou alors les panneaux leds qui permettent de voir clairement le sujet à mettre en image.

Collecteur du Verneau

Et puis il y a les autodidactes un brin bricoleurs. François Lallier fait partie de cette catégorie. Quand on va sur sa page Flickr ou Instagram, on est bluffé par la pêche que dégagent ses photos. Les contre-jours sont époustouflants.

https://www.flickr.com/photos/flallier/

https://www.instagram.com/francoislallier/

https://flallier.fr/photo/series/cavites-karstiques

 

 

François utilise des lampes torches puissantes. Même si leur poids n’est pas négligeable, leur encombrement est équivalent à un flash.

Galerie de l’As de Pique, Grotte de Neuvon, Côte d’Or

 

La différence, c’est qu’il n’est nul besoin pour lui d’emmener une demi-douzaine d’éclairage …une lampe suffit ! A cela, on ajoute évidement un appareil photo posé sur un trépied.
Sceptique, je lui demandé comment il procédait mais je n’ai pas compris grand-chose à ce qu’il me racontait (des histoires de caches devant l’objectif …. !!) bref il fallait que je vois cela de mes yeux.

RDV est donné ce samedi devant l’église de Reugney pour monter à la Baume du Mont. François vient accompagné de Manon, sa compagne (Manon que l’on retrouve sur la plupart de ses photos de mines).

Galerie du Métro, grotte de Bournois

Nous sommes donc 3 spéléos, c’est justement le nombre de personnes idéal qu’il nous faut.
François installe son appareil devant une compo qui l’inspire. Diaphragme à 8, iso 200, la mise au point manuelle positionnée à l’infini et la pose B.

Les bassins merdiques, collecteur du Verneau

 

Le déclencheur est au bout d’un fil pour éviter les bougés.
Manon se met en place pour donner l’échelle dans un endroit judicieux et pas trop centré. Jusque là tout va bien.
Je suis derrière l’appareil et obéit à François. Il se positionne derrière Manon (par rapport à l’appareil) et me demande de déclencher. François se met à éclairer Manon avec une main vibrante comme si on salait un plat ! C’est pour ne rien brûler m’explique t’il !!
Au bout de quelques secondes, François me demande de placer un cache (tapis de souris) devant l’objectif. Il se déplace alors pour aller « saupoudrer » l’arrière plan après que j’aie enlevé le cache.

 

Quelques secondes plus tard, je remet le cache pour qu’il vienne vers moi afin de déboucher l’avant plan de la même manière avec un dosage précis que François a appris à connaître avec l’expérience. Enfin, dernière étape : obturation et visionnage du résultat…. Et le résultat est là !!

Grotte de Chauveroche

Avec des poses aussi longues, le risque de « bouger » du modèle est grand. C’est pour cette raison que le balayage initial se fait pour fixer le contre-jour sur le personnage.

Sur le Nikon de François, il y a une option « impression » qui permet de mixer plusieurs photos ayant des éclairages différents et qui éviteraient l’utilisation du cache mais François l’utilise peu. Ce pourrait être une solution si on est que 2 personnes pour faire les photos.

Bien sûr, cette technique demande de la pratique. Ces torches peu chères ne s’éteignent pas d’un seul coup. Leur intensité baisse à mesure que les batteries se vident. Donc il faut en tenir compte dans la durée d’éclairage.
Autre contrainte, il faut que l’éclairagiste puisse trouver à se planquer pour les différents angles de lumière. La configuration des lieux conditionne donc pour beaucoup dans l’organisation des prises de vues.

Salle-Belauce-Réseau-du-Verneau

Pendant cette séance riche d’enseignement, j’ai occupé les 3 postes (photographe, éclairagiste et modèle) pour bien saisir les petits détails.

Ansel Adams, un photographe américain du siècle dernier, disait :
« Vous ne prenez pas une photographie, vous la faites !! «
Pour le coup, cette citation me semblait coller parfaitement avec cette séance photo pas banale.

Un grand MERCI à vous deux pour votre disponibilité.

….. Et c’est quand vous voulez pour une nouvelle séance !!

Séquence très chaude dans le haut Doubs

Il aura suffit d’une petite info aux membres du GCPM : un trou souffleur vers le barrage du Chatelot. Température extérieure : 10°. Température de l’air sortant : 19°…
Rapidement 8 personnes se manifestent ! . Une sortie est programmée le samedi 10 novembre.

Après quelques petites complications organisationnelles, tout le monde se retrouve au parking du barrage de Chatelot.
Il y a: Christophe, Jean Louis, Jacky, Julien, Virgile, Thomas, Dominique et Jean No.
Natanael nous rejoint en milieu de journée.
Alain s’était annoncé aussi, mais il n’a pas pu venir.
L’équipe est très motivée. Au vu du nombre inhabituel de participants, nous proposons plusieurs objectifs.
Une équipe pourra s’occuper de la désobstruction pendant que d’autres (qui ne connaissent pas le coin) partiront avec Thomas pour repointer au GPS les autres trous du secteur. Des photos pourront enrichir la base de données Basekarst. Si possible, une équipe tentera également de pointer précisément la source d’Entreroche. D’accès difficile, cette source est localisée sur la carte IGN  dans une zone très pentue avec plusieurs redans rocheux à franchir.

Nous sommes tous lourdement chargés et après 20mn de marche, nous arrivons enfin sur la zone qui nous intéresse.
Beaucoup de pêcheurs dans le secteur et, ceux qui sont situés en contrebas de notre chantier vont être un peu perturbés par le travail au Bazola…
Je prends l’initiative d’aller leur expliquer notre venue et le but de nos travaux du jour.

Les équipes se forment en fonction des envies et contraintes de chacun. Les prospecteurs partent donc avec Thomas qui est déjà venu avec moi la semaine dernière.
Nous, nous  engageons la désobstruction.
Habituellement, nous prenons soin de mettre nos boissons au frais dans la zone de courant d’air, mais pour cette fois, il faut absolument faire l’inverse !

Les équipes s’engagent dans leurs « missions » et pour nous, la désobstruction débute par le déplacement de gros blocs. Il fait chaud pour celui qui creuse et nous nous relayons régulièrement.
Nous sommes déjà descendu d’environ 2m dans l’éboulis et il commence à pleuvoir.Nous installons rapidement un abri avec une grande bache.
Il fait bon chaud sous la bâche   en contraste avec la température extérieure (12°).

Curieux, les pêcheurs viennent finalement voir de plus près cette équipe bruyante et pétardante de taupes rouges qui s’agitent dans l’éboulis.
Constatant eux aussi la chaleur inhabituelle, ils nous racontent  que par grand froid, lorsque le lac était gelé, les anciens du coin venaient ici car il y avait toujours une zone sans glace sur le lac.    Tiens tiens …

En cours de journée, certains partent rejoindre l’équipe en prospection mais quelques fidèles gardent le cap de la mission d’origine.

Juju en profite pour tester son casque proto. daft punk
 Virgile, Jacky, Dom et moi poursuivons donc le dégagement en suivant le courant d’air.
A -3m, nous arrivons sur une base rocheuse massive. Nous poursuivons horizontalement.

La zone est très fracturée et le déblaiement devient délicat.
Nous réussissons tout de même à avancer de 3 m entre les blocs.
Un passage s’ouvre devant nous. On gratte, on dégage, pour enfin pouvoir se faufiler sur environ 2m entre 2 gros rochers. La suite est là, mais la zone se resserre à nouveau. Avec une caméra, nous pourrions voir ce qui nous attend (ou pas)  plus loin derrière ce petit trou noir….

L’équipe de prospection est enfin de retour et la nuit commence a tomber. Il est grand temps de remballer d’autant que Jean lou doit impérativement être rentré pour 19h00 … ca va être chaud!
18h00 il fait nuit noire et tout le monde est sur le parking. Reste a réattribuer les affaires de chacun (hihihi, j’ai hérité d’un joli piochon bleu tout neuf) et à 18h15, tout le monde est parti.

L’équipe en prospection a collecté des informations qui méritent de revenir, mais nous en reparlerons lorsque nous aurons plus d’éléments a communiquer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un grand merci à tous les participants et particulièrement à Virgile pour son abnégation.

D’autres photos ici

Christophe

 

Initiation aux cavottes

Lors des journées de la spéléologie les 6 et 7 octobre, nous avions proposé aux visiteurs qui le souhaitaient de poursuivre l’expérience par une sortie spéléo d’initiation aux cavottes le 4 novembre.
La formule avait rencontré un franc succès et, c’est près de  50 personnes qui avaient laissé leurs coordonnées.
Un mois plus tard, 19 personnes (5 le samedi et 14 le dimanche) sont toujours volontaires pour une petite expédition sous terre.
Au vu du nombre, il est préférable de répartir sur 2 jours (samedi 3 et dimanche 4 novembre)

Pour les 2 journées, rendez vous est donné à 9h30 au gite de Montrond.
Les spéléos du jour découvrent ces noms bizarres qui nous sont si familiers: croll, descendeur, longes, delta etc …
en tout cas, tout le monde se retrouve équipé avec un baudrier fermé par un delta, une paire de longe, un descendeur et un casque sur la tête.
10h30, nous pénétrons dans le réseau des cavottes. Certains appréhendent un peu, mais la bonne ambiance et les p’tites blagues à 2 balles détendent un peu les plus anxieux !

Lors de la séance du dimanche nous avons donc:
Parcouru un méandre et un passage bas pour arriver dans la « salle du chaos »
Puis nous nous sommes glissés dans une diaclase (diaclase Duret) haute mais pas très large  et entrecoupée de plusieurs ressauts.

Ensuite, nous avons traversé le passage dit « du faux pas » sécurisé par une main courante en corde.
Arrivés au ressaut de 7m, nous avons franchi cette verticale en rappel, soit par la gauche, soit par la droite puis nous sommes partis en direction de la galerie Sud
Après 2h de progression, il était temps de manger et nous avons cassé la croûte à la salle du bivouac.
Ensuite poursuite de la découverte jusqu’au premier puits de 20m.
3 téméraires ont choisi de tester la progression sur corde.Lisa, Alexia et Mickael se sont super bien débrouillés avec les équipements de remontée sur corde qui ne sont pas si simple que ça à utiliser.
Le reste de l’équipe est parti découvrir la galerie Nord et quelques merveilles que tout le monde n’a pas l’occasion de voir.

Les équipes se sont toutes retrouvées au pied du ressaut de 7m pour un retour en groupe.
L’équipe du samedi est repassée par le délicat passage de la diaclase Duret mais l’équipe du Dimanche a pu profiter de poulies spécifiques pour revenir par la tyrolienne.

Une belle sortie qui aura duré 6h30 (dimanche)
Retour au gîte ou tout le monde partage la séance de nettoyage du matériel dans la bonne humeur malgré la fatigue pour certains.
.

.

Une belle expérience pour tout le monde (y compris pour les accompagnateurs)

 

 

 

 

Alors….. prêts pour d’autres aventures spéléo encore plus intenses en émotion ?
N’hésitez pas à nous recontacter !

Christophe

Toutes les photos ici

La source de l’Ain……vide.

Sortie photo insolite avec Franck, Daniel et Guy

Juste avant que les pluies ne reviennent « enfin », Daniel est allé vérifier les niveaux d’eau à la source de l’Ain.
D’ habitude, à l’étiage, on bute sur un plan d’eau au moment où l’on quitte la lumière du jour, mais là, rien, la voie est libre.
Il descend jusqu’ à -35 m et progresse sur une centaine de mètres en croisant ici ou là, quelques flaques.
Sans tarder, Daniel nous contacte pour nous faire partager ses émotions.

La pluie salvatrice est annoncée pour ce week-end … je parviens à me libérer et nous voilà partis ce vendredi pour une séance photo insolite dans un endroit où normalement, on a 35 mètres de flotte au-dessus de nos têtes !

Je m’attends à une ambiance austère et lugubre. Il n’en est rien. La roche a une couleur rouge inhabituelle. A part au niveau de l’entrée où les pierres sont polies, on progresse dans un dédale de blocs de bonnes dimensions.

Ce qui est frappant dans cette visite, c’est le fil d’Ariane qui nous accompagne de bout en bout.
A mi- parcours, on longe un beau plan d’eau claire sur notre gauche.
A la lumière de nos lampes, on compte une demi-douzaine de truites qui se sont fait piéger là, au moment où la source a cessé d’être active.

Au bout d’une centaine de mètres, on bute sur un puits noyé. Dans ce secteur, il y a aussi des escalades possibles mais nous n’irons pas plus loin.

Au retour, on croise des randonneurs qui habitent près de la confluence entre l’Ain et le Rhône et ils se demandent s’ils sont bien à la source de la rivière d’Ain ! En fait, il y a des arrivées d’eau dans le lit de la rivière, en aval de la source.

Presque tous les ans, il y a une période d’étiage où l’entonnoir d’entrée est vide. Ce qui est bien moins fréquent, c’est de pouvoir pénétrer aussi loin les pieds au sec.

On aura croisé beaucoup de monde pendant cette séance photo.

 

Certains iront même un peu plus loin quand on leur a dit qu’il y avait des truites !
Tous avaient envie de taper la causette, ce qui nous a bien changé puisque d’habitude, on ne voit personne.

 

Ce site karstique à vraiment deux visages complètement différents, ce qui le rend unique dans notre belle montagne jurassienne.

 

Photos + cartes postales anciennes   ICI

Verneau, la revanche

Verneau, la revanche !
Sortie GCPM du 13 octobre 2018

Avec la plume de Xavier, voici le CR de cette magnifique traversée. Xavier est un amoureux du Verneau (il a déjà fait la traversée 7 ou 8 fois). Ce fut un réel plaisir et un grand confort de l’avoir pour guide. Le fait de traverser ainsi la montagne donne à cette sortie un goût d’aventure qui créer des liens d’une belle intensité. MERCI à toi !

Le lien de la première tentative en novembre 2017 :

Verneau : trop d’eau !

La veille, préparation du matériel, et là, c’est le drame. mon accu de scurion a pris l’eau au barnum de Ste Catherine. C’est un signe ! Déjà la dernière fois que nous avions tenté la traversée, puis abandonné en raison du niveau d’eau au tube en U, mon accu Scurion avait pris l’eau la sortie précédente. Ah non, la météo est au beau fixe, le niveau est plus que l’étiage quinquénal, hors de  question de ne pas y aller. Je fonce à la fermeture de GEANT à 20h45, acheter quelques piles 9V pour la Scurion !
Le RDV était fixé à 06h30 aux biefs. Tout le monde est à l’heure. Nous serons finalement 5 : Florent, Gauthier et Guy DECREUSE, Etienne PERREAU et moi.
Nous avons au préalable posé nos affaires de rechange dans les voitures du Clan DECREUSE, laissée la veille à NANS SOUS ST ANNE. Un petit jeu de piste de Guy nous permet de trouver très rapidement les clés !
Le temps de s’équiper, et nous rentrons sous terre à 07h00 ! Ponctuelle, l’équipe. Nous avons des vivres pour tenir largement plus de 20h, et prévoyons de faire la traversée en 15h. Je conviens que si le rythme de progression est similaire à la dernière fois, nous mettrons probablement 12 heures.
Les puits des Biefs ont préalablement été équipés par Thomas JOUNIN, Philippe MEYER et Pascal ??? Un grand merci, ça gagne franchement du temps. Soudain, une bretelle du kit de Florent casse. C’est un signe ? Ah non, déjà la dernière fois où nous avions fait demi tour ! On a dit qu’on la faisait cette fois la traversée. De toute façon, Gauthier est chaud comme la braise, descendant les biefs torse nu !
En bas des puits des biefs, nous enfilons nos néo, Etienne, courageux avec son bas de néo depuis le départ, répare la sangle du kit. Nous arrivons dans les voûtes mouillantes, avec un niveau d’eau 20cm inférieur à d’habitude.
Les Patafouins dans la foulée, le siphon en apnée franchi, nous arrivons au tube en U, où il reste encore de l’eau ! La sonde est toujours immergée.
Arrivée record à la salle du Bivouac à 10h30 ! Petite bouffe chaude, et nous repartons à 11h00 pétante. Ils veulent vraiment taper un record !
La progression avance à bon rythme, dans un Verneau que je n’ai jamais vu aussi bas. Nous passons par le vieux fou.
Vers 13h30, nous voilà déjà au petit négro,  après avoir passé le bassin merdique, dont tout le monde a pu comprendre pourquoi il s’appelle ainsi. Un peu d’eau, quelques barres de céréales, et nous voilà repartis. Je conseille à tout le monde de garder la néo pour passer le laminoir argileux post puits du ballot.
Arrivés salle Belauce, Gauthier, qui file comme le vent monte directement en haut. Pas grave, comme nous avions prévu de rendre visite au tripode. La fatigue commence à se faire sentir, et je n’y suis allé qu’une fois. Je pense reconnaître un départ pouvant correspondre : Gauthier et Etienne s’engagent dedans. Il n’auront malheureusement pas trouvé ce beau tripode. On repart.
On a eu bien chaud, notamment aux puits du légionnaire et du ballot. Arrivés au laminoir argileux, il est à sec. Nous nous gaugeons de boue, histoire d’être prêt à se rechanger juste derrière ! Super ! J’avais bien dit qu’il fallait garder la néo! La sonde était également hors d’eau à cet endroit.
Il est aux environs de 16h00. Petite bouffe chaude, on repasse en sous combi et on repart.
Nous poursuivons, avec quelques crampes qui arrivent parfois et nous voilà bientôt à la main courante en câble toute neuve ! On définit l’ordre de remontée pour se seconder dans le boyau du GSD et on s’aperçoit vite qu’il y a moyen de sortir en moins de 12h. Le pari est pris et on accélère le pas, pour franchir la sortie de Baudin à 19h00. Pari rempli ! Nous disposons de suffisamment de  nourriture pout  rentrer par les Biefs, mais étonnamment, nous décidons unanimement de regagner le village!
Quelle belle sortie, surtout après notre échec sur niveau d’eau trop haut l’année dernière. Nous savourons d’autant plus cette traversée menée à bon rythme, sans speeder non plus, mais en privilégiant des pauses courtes, pour ne pas se refroidir. Il est également certain que le niveau d’eau très bas du Verneau a facilité notre progression, de même que le départ matinal.
Quel bonheur également de sortir de jour !
Encore merci à tous et bravo à tous.
Mes cuisses et mes épaules pensent également encore à vous !
Xav