De la spéléo sous le Tacot !!

Benoît avait réussi par nous convaincre grâce à ses conseils avisés, et c’est comme cela que Franck, Daniel et moi, nous donnons RDV pour la visite du captage de la Touvière.
Aucun de nous trois ne connaît le site dans sa partie souterraine.

Le petit jeune au centre, c’est Benoit lors de la topo GCPM en 1991.

 

Cette cavité artificielle trouve sa place dans « les belles découvertes » du topoguide « Les Belles du Doubs, Tome 2 » …. Il doit bien y avoir un quelconque intérêt …

« 1882 », c’est la date qui est gravée au-dessus de la voûte d’entrée de l’ouvrage.
Lors de la construction de la ligne de chemin de fer « Hôpital du Grosbois – Lods »,(aujourd’hui désaffectée), un pont a été construit sur le versant rive droite de la vallée de la Brème, à 450mètres du tunnel (côté Ornans).

 

 

Il est bien probable que ce soit pour éviter des glissements de terrain (qui auraient déstabilisé l’assise du pont) que fut décidé le percement de ces galeries canalisant les eaux souterraines.

A mesure que l’on parcoure les conduits, on est épatés par le savoir faire des ouvriers de l’époque … c’était fait pour durer !
On essaie également de comprendre l’ingéniosité de l’architecte, celle qui l’a amené à choisir l’orientation des percements.

 

Pas moins de quatre entrées distinctes permettent de ressortir en différents points de la côte, dont un qui est carrément de l’autre côté de la voie de chemin de fer : 4 traversées possibles, c’est pas banal !!
On a de quoi se laisser surprendre pendant un bon moment puisque qu’il y a près de 450 mètres de couloirs cumulés pour un dénivelé de + 39 mètres.

 

Lors de notre incursion, il y a pas mal d’eau qui ruisselle au sol, ce qui démontre que l’objectif recherché a été atteint et agrémente davantage notre randonnée insolite.
On tombe sur des grandes marches d’escalier en différents endroits (Eh oui, ça ne se voit pas sur le plan mais il faut bien remonter pour ressortir derrière la voie !)

A part au niveau du carrefour de la voûte en ogive et dans les puits équipés d’échelles métalliques, on est rarement debout (et c’est un grand qui vous le dit !) … du coup, si vous y emmenez vos jeunes ados, ils seront peut-être plus dégourdis que vous !

PS: Les genouillères sont bienvenues.

La zone d’entrée n°1  est assez basse avec 10 cm d’eau.Après, ça se relève et on ne se gauge plus.

Le conduit entre les entrées n°4 et  n°2 est bas (mais sec)  et en bonne pente.

Pour voir toutes les meilleures photos de Franck et Daniel , c’est    ICI

Guy

Encore au Cul de Vau !!

Participants : Nathanaël L. , Thomas J., Alex F.

TPST: 6h30
Depuis la précédente sortie « photo » avec Guy D. et les autres copains où nous avions fait une incursion rapide jusqu’au Siphon des Inventeurs et entrevu la suite, je n’avais qu’une idée en tête : aller le plus loin possible à l’amont et jeter un coup d’œil à la Galerie de la Farine.
C’est avec ces 2 objectifs en tête que nous rentrons sous terre, Nath, Thomas et moi-même.
Nous avançons assez vite dans la première partie, laissant tout de même à Nath le temps de découvrir car c’est une première pour lui.

fossile d’oursin

Nous observons quelques spécimens de fossiles peu habituels (photo ci-dessous) puis cassons la croûte juste avant la Cascade Perlon.
Quinze minutes plus tard : GOOO !!! Le fond nous attend !!!
Remontée de la cascade, progression dans la galerie active amont plus resserrée que le début de la cavité mais néanmoins confortable et arrivée au Siphon des Inventeurs (nos pieds s’enfoncent …).

 

On emprunte le shunt du siphon repéré la semaine précédente, on rééquipent au passage l’escalade de 5mètres et plus loin on préfère doubler l’équipement en place (C25/2AN dont un grand/2 msqtons) pour descendre le P8 et arriver au pied de la Cascade de la Barèche (C19).

Fossile de coquillage

L’eau ne semble pas particulièrement polluée mais on peut tout de même sentir une odeur de « lessive » (présence d’une STEP au niveau de la perte de la Barèche au-dessus de nous).
Un peu surpris car la galerie s’arrête nette, nous nous résignons à suivre l’actif à genoux dans un interstrate puis très vite nousn arrivons à une bifurcation : à gauche le Siphon des Inventeurs (amont !) et à droite le Réseau McBottes.

 

Nous le remontons le plus loin possible : progression agréable dans un méandre (au plafond assez haut) parcouru par un petit actif. Nous butons sur un conduit boueux étroit, à droite semble partir un siphon au fond d’une marmite ovale.

De retour au bas de la cascade Perlon,, nous reprenons nos affaires et filons vers la galerie de la Farine.

 

D’une galerie basse nous arrivons assez vite à une progression à plat ventre, pas désagréable mais en néoprène ça chauffe vite, il faut ralentir la cadence.

 

Plus loin, un magnifique boyau de boue liquide nous attend : il faut se laisser glisser tête en avant car après ça remonte sévère et ça glisse +++.
La suite est une large galerie fossile haute de plafond.

 

Avant d’arriver à la première escalade, un rétrécissement ponctuel sélectif ne permettra pas à tous les visiteurs de voir la suite.
Nous nous arrêtons au pied d’une corde en place (cheminée de 14 mètres, mono-spit).
Pour parcourir la suite, il nous faudra revenir avec du matériel adéquate.
Nous faisons demi-tour puis rentrons tranquillement, contents de se nettoyer dans les bassins pour ressortir propres comme au début 0:)).
La sortie se terminera par le « striptease » habituel dans l’épingle à cheveux au bord de l a route, au soleil couchant.

Toutes les photos de la sortie    ici

 

Alex

Faute de Borne aux Cassots, on va au Cul de Vau.

Encore une fois la sortie à la Borne aux Cassots est annulée (décidément cette sortie est maudite).

 

Guy nous propose de nous rabattre sur la grotte du Cul de Vau à Vuillafans. Longtemps boudée cette rivière souterraine est très abordable et mérite le détour. Le rdv est donné à 9h45 sur le parking sur la route d’Echevannes. Un crachin tombe dehors et j’enfile la combi à la maison devant la cheminée (Photo )(mais qu’est-ce que je vais foutre dans l’eau sous terre plutôt que de rester au chaud ???)
Arrivé au parking, Guy et Gauthier sont déjà là en train de se changer. Guy a prévu pas mal de matos pour faire une belle photo à la cascade Perlon. Alex Foulc nous rejoins. Nous n’attendons pas Benoit qui nous rejoindra plus tard sous terre.
Le sentier d’accès est raide et il faut faire attention à ne pas glisser. Le vestiaire est atteint rapidement et nous nous engageons sous terre. Gauthier en profite pour se « rafraîchir » la nuque (Photo )et nous passons la première voûte mouillante.
La galerie du grand Lac est traversée rapidement et nous arrivons à la galerie des Gours crevés. Là nous alternons entre marche et nage mais je suis agréablement surpris par la température ressentie car je pensais avoir froid. Arrivés à la cascade nous déposons le matériels et prenons un petit café apporté par Guy.
Nous décidons de continuer l’exploration jusqu’au siphon. Au dessus de la cascade Gauthier explore les fonds à la recherche d’une lampe égarée. La suite du parcours toujours aquatique est très concretionnée. Au siphon des inventeurs nous sentons le sol boueux se dérober sous nos pieds.
De retour à la cascade nous retrouvons Benoit qui est arrivé. Pause casse-croûte, et soupe chaude à l’oignon du grand Chef Alex.

 

Requinqués, nous nous mettons en place à la cascade pour faire une photo imaginée par Guy. Les minutes dans l’eau froide sans bouger commence à avoir raison de nous mais le jeu en valait la chandelle, la photo est superbe.
Le retour nous permet de nous réchauffer et nous terminons par une photo de l’équipe au vestiaire.
Une bien belle sortie que nous terminerons au soleil, puisque celui-ci à décidé de pointer le bout de son nez.

Toutes les photos et captures vidéos   ici

Christophe  « le pompier »

Expédition en terre inconnue – 28.12.2019

Ca faisait un moment que l’on parlait de cette séance désobstruction avec le GSAM
L’objectif se situe sur la commune de Chamesol au gouffre  du creux serré . Il s’agit d’un puits étroit sur lequel s’acharnent depuis longtemps quelques membres du club.

Nous sommes invités et pour ne pas se perdre, Cécile à transmis un petit plan d’accès sur la zone – C’est Top !
J’annonce : On s’ra là vers 9h30 …
Jacky est malade et on se retrouve à 2, moi en Jean Lou pour cette expédition en terre inconnue. (alors que les locaux eux , ils sont en terrain connu…)
En chemin, on jette un œil rapide de temps en temps sur le GPS; c’est bon, on, est sur la bonne route .
(il faut quand même dire qu’avec un GPS qui recalcule si besoin, on est toujours sur la bonne route même si on s’est trompé…)
10h00, on devrait être arrivé. Tiens, bizarre on passe par Maiche . Après quelques autres bizarreries, on se retrouve dans un petit chemin et le GPS ne trouve même plus la route sur laquelle il nous a engagé ….
Bon, finalement à 10h30 on retrouve l’équipe du GSAM un peu congelée.  (il fait 4 degrés).
Tiens, j’ai oublié mes bottes …

La séance consiste à « casser » quelques gros blocs avec des moyens un peu musclés.
L’opération a été bien préparée et la séance  se déroule vite et bien. On profite de la sortie pour visiter la cavité.
Jean Lou râle un peu car depuis toujours son descendeur s’use gentiment avec de la corde de 9mm. Mais le GSAM préfère la corde de 10.5mm.
Le réseau est sympa et il faut le découvrir en remontant des puits . Arnaud se colle à la manœuvre de l’équipement. Après quelques escalades le ressaut de 7m environ est franchi.
Puis après quelques passages étroits, cerise sur le gâteau, nous découvrons un section de réseau magnifiquement concrétionnée. Le puissant éclairage d’Arnaud en teinte chaude (lampe ZebraLight) fait merveille

14h00, tout le mode est dehors et la faim se fait sentir .
Un nouveau groupe tout équipé nous rejoint . Les 3 acolytes avaient pour programme de venir visiter la cavité avec nous … Trop tard
Olivier a apporté son petit « baise-en-ville. (un seau de désob plein de bouteilles)
Il fait frisquet et on dit que l’alcool réchauffe . C’est plutôt bof mais bon, le Pinot gris est bon
J’essaye de redémarrer un feu qui a eu bien du mal à prendre ce matin. mais tout le monde connait le proverbe « A chamesol quand l’hiver viendra, point de feu tu feras »

15h00, l’équipe ferait bien un laché de galinettes cendrées, mais on ne connait pas de poulailler proche et on a pas nos fusils….
On décide (enfin Cécile nous oblige) à aller visiter la grotte du Chateau sur la commune Terre de Chaux.
Heu… J’ai pas de bottes Cécile . c’est pas mouillé ?    Non t’inquitèes …
Et Jean louis de renchérir: Heu Cécile, c’est pas étroit ?    Non t’inquitèes …
Arrivés sur place, petit commentaire de Claude . Tiens c’est bizarre ca coule un peu
On s’engage dans les premiers passages bas . Tiens je n’ai jamais vu d’eau ici.
Première étroiture, puis la galerie devient plus confortable.

Nous parcourons maintenant une zone avec un plafond immaculé de fistuleuses . Superbe !
La suite devient basse et mouillée .

Encore une étroiture un peu plus sélective (tout le monde ne passe pas) et nous voila devant une belle voute basse. C’est possible de la vidanger un peu (les experts du GSAM disent qu’il faut 80 bottes) mais comme ce passage est alimenté, le niveau va rapidement remonter .
Nous rebroussons chemin .

Une belle journée pleine de rebondissements mais nous ne regrettons rien !
Promis, on reviendra

D’autres photos ici

Christophe

 

Le réveillon avant l’heure

La sortie du samedi 21 décembre à la borne aux cassots étant annulée, Jean Lou propose, en parallèle d’une sortie d’initiation aux Cavottes, une sortie un peu plus sportive à la Baume des Crêtes.

 

Je réponds présent et on se retrouve seulement à deux ce samedi matin devant un café au local club, à l’abri du vent et de la pluie.
Le matériel est préparé dans une ambiance grottesque à la lumière des casques électriques au local matos ou l’éclairage est toujours en carafe.

 

 

Grosse erreur, Jean Lou ne garde pas son casque pour charger le matos dans ma voiture. Les vérins du coffre étant un peu fatigués, il s’enfonce le crane dans l’angle du haillon arrière.La spéléo, c’est vraiment un sport dangereux…
Malgré le filet de sang qui s’écoule du cuir chevelu, cela ne va pas l’empêcher d’aller sous terre aujourd’hui. On a connu pire (au canyon de la Barbeira pour ceux qui s’en souviennent). Une compresse coincée sous le casque et le tour est joué.
Comme à chaque fois, on apprécie les anciens vestiaires du terrain de foot de Déservillers même si c’est une passoire à courants d’air.

 

Jean Lou équipe le premier puit et en bas du grand éboulis, nous débouchons dans la salle du réveillon où une petite forêt de cairn a poussé depuis la dernière fois.
Trop tôt pour déjeuner. On mangera après la trémie et avant la zone plus humide.
Le coup sur la tête a quelque peu perturbé Jean Lou. Il ne se souvient plus de l’accès au toboggan menant à la salle des dolois.

 

La suite des puits s’enchaine dans le vacarme de l’eau qui coule en quantité aujourd’hui.
Arrêt dans la galerie des chinois et retour au gite sous un soleil qui a finalement, accepté de se montrer.
Une sortie qui nous aura fait du bien avant les excès (g)astronomiques de fin d’année.

Damien

Plan B : Réseau sup des Cavottes

Une nouvelle fois, la météo ne nous est pas favorable pour aller traîner nos bottes dans les grandes avenues de la Borne aux Cassots. (Partie remise au 04 janvier : on croise les doigts !)

 

Nous sommes une demi-douzaine à opter pour un plan B. Damien et Jean Lou choisissent d’aller à la Baume des Crètes et nous sommes 4 à nous retrouver devant l’entrée des Cavottes.
Alex est venu avec sa grande fille Alice (11 ans) et j’ai invité mon petit Mathieu (34 ans) à se joindre à nous.

 

Nous sommes presque équipés quand l’averse s’arrête alors qu’Alex et Alice arrivent pour bénéficier d’une courte accalmie. On ne croisera personne durant notre périple souterrain … la cavité sera pour nous tout seul.

Mathieu et moi n’avons jamais mis les pieds dans la salle terminale du réseau Nord et j’ai dans l’idée d’aller y faire quelques photos (à condition toutefois que la voûte mouillante nous laisse passer).
Arrivés au bas du P7, nous découvrons un bestiaire d’argile et le passage bas. Hélas, il reste bien peu de place pour respirer et on va se retrouver trempés jusqu’ aux os. Dommage, on reviendra à l’étiage.

 

On repart tous en direction du P20, à l’extrémité de la galerie Sud pour casser la croûte et commencer une séance photo.
Bien au sec dans cette magnifique galerie aux passages en conduite forcée, on tape la causette en dégustant nos sandwichs.

 

Tandis qu’Alice et son père s’en retournent, nous cherchons des angles inédits que nous trouvons aisément. Mon grand angle (8mm) nous offre plein de possibilités. J’essaie de mettre en avant les plafonds qui sont très esthétiques. Mathieu se montre patient et créatif et adoptant des attitudes inédites et décontractées.

Avec ces images, qui sait, peut-être qu’on vous aura donné envie de visiter ou redécouvrir les Cavottes !

Toutes les photos   ICI

Guy

Objectif Pourpelui… les genouillères vont chauffer !!!

Photo de Romain, Gérard et Guy. En y regardant de plus près, on aperçoit 2 niphargus dans le bassin du premier plan)

Participants :

Guy DECREUSE, Gérard JAWORSKI (GCPM), Romain VENOT (GSAM)

Temps passé sous terre 8h00

On a profité d’une journée de congé de Romain pour réaliser une seconde séance photo dans le gouffre de Pourpevelle à Soye. Lors de notre première sortie photo dans ce gouffre nous nous étions arrêtés au début de la zone, dans la galerie sud, ou la baignade devenait obligatoire. Pour cette nouvelle sortie, nous avons complété notre équipement par une salopette néoprène que nous avons enfilé à l’arrivée dans la rivière.

L’objectif de notre promenade souterraine étant très ambitieux, nous savions que nous n’aurions pas le temps de faire beaucoup de photos (mais ce n’est pas le nombre qui compte).

La progression dans Pourpevelle est assez traumatisante pour les genoux et les coudes et nécessite un véritable engagement du fait des puits et de l’omniprésence de l’eau et de l’argile. Il convient de ne pas sous-estimer la dépense d’énergie nécessaire. Les lendemains sont durs avec quelques courbatures persistantes.

Aux temps jadis, j’avais l’habitude de passer en opposition au-dessus du puits de 8 mètres de la rivière, afin de descendre facilement, sans matériel, un peu plus loin. En conséquence j’avais conseillé à mes compagnons d’infortune de ne pas s’encombrer de matériel inutile… Est-ce l’effet de la sagesse liée à l’âge et/ou un peu moins d’inconscience, mais nous avons intelligemment mis une corde pour équiper ce passage facile, mais très aérien.

Le réseau reste assez paumatoire et c’est sans grande surprise que nous avons galéré avant de trouver le bon laminoir menant à Pourpelui. Le niveau d’eau étant trop important pour passer par le premier accès dans la galerie des cristaux qui siphonnait, nous avons dû nous enquiller la totalité du laminoir ! Guy et moi nous sommes arrêtés avant la fin sur fatigue et ras le bol, alors que Romain continuait jusqu’au bassin marquant l’entrée de Pourpelui 1, qui était bien rempli, avant de nous rejoindre, faute d’un temps suffisant pour imaginer une séance photo en solitaire dans « l’autoroute ASCO ».

De retour dans le canyon souterrain, nous décidons de réaliser une séance photo sur les spots repérés à l’aller. Dans des conditions difficiles, liées à la boue et l’humidité, je teste mon nouveau flash Godox avec quelques difficultés de synchronisation avec les flashs Yongnuo. Romain à une idée géniale de composition et d’éclairage, qui nous mobilise tous les trois pendant plus d’une demi-heure, mais avec un résultat exceptionnel (je vous laisse juge). La photo souterraine, telle que nous l’imaginons, prend effectivement du temps, car on ne prend pas des photos, on les construit… C’est un travail en commun ou chacun se met tour à tour à la disposition du photographe. Le modèle doit adopter une position « naturelle » et sourire (ce n’est pas toujours simple quand on en est à la dixième prise) et l’éclairagiste doit tenir un ou plusieurs flashs, parfois à bout de bras au-dessus et/ou dans un gour !

Au-final… Que du bonheur !

Le partage amical d’une double passion pour la photo et la spéléo. Un bonus pour Guy qui a apporté le matériel, a équipé, a déséquipé, s’est tapé le lavage des cordes et est souriant sur tous les clichés (il fait ses yeux de biche) !

Gérard

Pour mieux connaître le Verneau

Eric Georges (Zaric), Jean-Pierre Villegas, Jacky et moi-même nous sommes retrouvés ce mercredi 04/12 en amont de la perte de la Vieille Folle pour poursuivre nos travaux visant à mieux connaître l’hydrologie du Verneau souterrain.

 

Jacky est venu avec tout le nécessaire pour planter dans le lit même du ruisseau de la Vieille Folle, un piquet supportant une réglette et permettant également d’y arrimer une sonde.

Nous ne sommes pas les seuls à faire ces mesures. Le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) a également installé une autre sonde à proximité (ainsi qu’à l’entrée du gouffre de Jérusalem).

 

 

La température de l’eau n’est pas top (3,8 degré pour être précis) et Jean-Pierre commence à se les geler au bout d’une heure à patauger dans le lit du ruisseau !

De notre coté, Zaric et moi effectuons une nouvelle mesure de débit avec la technique du sel.

 

En 2 ans de mesures avec ces différentes techniques, nous avons déjà récolté pas mal d’informations. D’autres sondes sont placées dans des passages clefs du réseau souterrain ainsi qu’à l’entrée du gouffre de Jérusalem.
En fin d’après-midi, nous nous rendrons justement à l’entrée du Jérusalem pour relever l’enregistrement de la sonde et préparer la mise en place d’une réglette.

Les photos    ICI

Guy

 

les Grottes du Groin – 30 novembre 2019

Depuis quelques jours le temps est plutôt à la pluie, mais la météo annonce un samedi plutôt ensoleillé.  Rapidement le programme spéléo de la journée s’organise.
Suite à la dernière séance topo, (à découvrir dans le prochain Karst Comtois tome 2)dans 2 cavités nous avons buté sur des obstacles et un peu de désobstruction s’impose mais ça n’occupera pas la journée. Franck propose de nous retrouver l’après midi pour poursuivre la topo dans ses inédits . OK – Programme sympa

On se retrouve d’abord à 3 : Jacky, Jean Lou et moi . Objectif, utilisation du Bazola à la grotte des feuilles.
A 10h nous sommes sur place après une belle grimpette dans les éboulis sous les falaises du belvédère des feuilles.
Au bout de la galerie topographiée dernièrement, il y a de la suite mais le conduit est exigu (et aussi très glaiseux). Finalement, après un peu d’acharnement avec massette et burin, nous finissons  par dégager le passage.

Pendant que jacky et Jean Lou sont occupés à débiter les blocs dans un zone plus confortable, je force le passage. C’est étroit et toujours humide et gras. Au bout de 10mn, j’ai progressé de ….7m . La suite est très basse et il faudrait engager des moyens importants pour avancer encore de quelques mètres. Il n’y a pas de courant d’air. Je lève rapidement la topo et nous ressortons bien crottés.

Nous cassons la croûte à Nans sous Sainte Anne en attendant Guy et Franck . Quelques rayons de soleil permettent au matos de sécher un peu. Cool

Après midi, le petit groupe se dirige à Crouzet Migette pour topographier les grottes du Groin n°5 et 6
Encore un accès dans des éboulis sous les falaises, mais cette fois, nous arrivons par le haut.
Sur la place, la grotte n°5 est plutôt atypique. 3 entrées en falaise qui se prolongent par un réseau plus conventionnel quoi que assez bas. Le conduit se termine bizarrement dans une petite salle sans aucune suite mis à part une petit orifice qui se dirige vers l’extérieur. La suite serait certainement à chercher des le comblement au sol. La topo est levée

Rapide visite à la grotte du Groin n°6. Encore un accès en falaise.
les copains ont buté sur un passage trop étroit… mais on voit la suite.
J’entame une formidable désob avec les moyens du bord (un gros cailloux). 5mn plus tard ça passe ! J’arrive sur un beau terrier de blaireau (inoccupé). La suite devient basse et impénétrable. Une belle petite cheminée bien concrétionnée semble être à l’origine du creusement de cette cavité. Le temps nous manque pour lever la topo.

Une très belle journée dans un site remarquable avec des points de vues tous plus beaux les uns que les autres.  Ce secteur est vraiment un paradis pour les randonneurs et les spéléos. Nul doute qu’il reste des choses à trouver par ici. La perspicacité de Franck, mais aussi d’autres passionnés du coins va finir par payer … C’est sûr !
Christophe

Les photos ici

La vidéo de Franck ici

Baume sous les Crêtes – Ça creuse encore et toujours

Inter-clubs au Gouffre Sous les Crêtes, le 16 novembre puis une seconde séance mouvementée, le 23 novembre.

– Samedi 16 novembre, après deux rendez-vous déprogrammés pour cause de pluie, nous avions prévu une séance de désobstruction avant la première neige. Le but était de vider les 2 m3 de cailloux estimés et de retrouver le fameux courant d’air.
A notre grande surprise, un certain Thomas, a répondu à l’invitation inter-clubs lancée sur les listes.
Thomas Floriot est en effet arrivé de Mulhouse avant tout le monde ! (il faut dire qu’Alain avait indiqué dans son message la présence d’une stripteaseuse pour nous servir le café à 9h !).
Ancien président d’Abimes et du Comité Départemental du Tarn entre autres, Thomas nous a apporté le soleil et la dynamique par un temps à 8°C.

Il y avait donc à cette séance, Félix Lejean, Laurent Marion, Thomas Floriot, Alain Bulle, et Dominique Watala (souffrant).
A 4 personnes nous avons donc décidé de stocker un maximum de volume au pied de l’échelle du puits d’entrée.

 

– Samedi 23 novembre, seconde séance (Dominique Watala / Alain Bulle).
Arrivée à 14h30 pour retirer le volume vers l’échelle (environ 1m3). Dom a fait remarquer qu’il y avait beaucoup de voitures garées aux Biefs Boussets. Et pour cause ! En fin de séance, vers 16h40, les pompiers étaient présents suite au déclenchement d’un secours. Après quelques mètres à pied, nous avons très vite été rassurés. La spéléologue originaire du Val d’Oise n’avait qu’une luxation à l’épaule et était déjà proche de la surface. L’AG du SSF 25 a d’ailleurs été déplacée le soir même dans la salle des fêtes du village, en même temps qu’une soirée Beaujolais Nouveau, suscitant un soupçon de complot bien légitime.

Alain