Archives de catégorie : Désobstruction

Perte amont des Biefs Boussets – Saison 2017

Depuis longtemps la perte amont des Biefs Boussets attirait notre curiosité.
Nous y avons réalisé plusieurs repérages de reconnaissance:
– En étiage, la perte était massivement comblée par  tous les apports solides que peut  charrier le ruisseau. De gros blocs encombraient l’accès à la perte.
– En crue, la dépression se remplissait très rapidement et le ruisseau continuait son parcours aérien jusqu’aux Biefs Boussets
En 2014,Dom et Alain  engagent toutefois les travaux. Ils sortent quelques gros blocs mais rapidement, la petite équipe manque de bras pour continuer.
Durant l’été 2015, les troupes du GCPM viennent en renfort . Didier est très motivé.
Après des séances parfois longues et épuisantes (mais on aime ça!! ) nous parvenons a dégager le puits jusqu’à une profondeur de 6m environ. A moins 3m, nous retrouvons un passage horizontal (cité par Gégé du GSD en 1986) le boyau se resserre après quelques mètres.
Néanmoins, nous poursuivons vers le bas.
Les séances sont compliquées car elles demandent la mobilisation d’un nombre important de participants. Et, en désob (toutes les équipes diront la même chose), il est facile de rassembler une équipe de 6 à 8 personnes pour 1 ou 2 séances ponctuelles, mais dès qu’il s’agit de fonctionner dans la durée, les passionnés se retrouvent rapidement à cours de bras.
2016: manque de motivation et d’autres objectifs nous occupent déjà. Il n’y aura pas de séance.

Fin 2016, nous branchons Jacky pour réfléchir à quelques aménagements qui pourraient nous permettre de pouvoir « bosser » avec moins de monde.
Un treuil sur un petit rail serait idéal
Par bonheur, nous dénichons des poutres IPN en aluminium à petit prix chez notre ferrailleur local.

 
C’est parti. Jacky fait chauffer la planche à dessin pour inventer la suite…
Rendez vous est pris pour une séance de reprise le 8 Avril 2017.
« Je suis prêt » dit Jacky « j’irai tout mettre en place dans la semaine »   (ah ces retraités…)

Samedi matin tout le monde se retrouve sur le parking des biefs.
Il y a Jacky, Jean Lou, Didier et Alexandre, Thomas,Jean Marie Virgile et moi.
Mais ou sont donc nos 2 inséparables Dom et Alain ?
Tiens tiens, en, tendant l’oreille, on entend un groupe électrogène qui tourne au loin.
Oh…. mais il y a des voitures dans le champs, vers le gouffre sous les Crêtes.
Bon, en fait nos 2 acolytes attaquent aussi une énième séance désob et ils espèrent bien nous faire un petit coucou par le bas lorsqu’ils seront dans le réseau …..
Nous tairons la suite de leur aventure du jour qui coutera plus de 500 euros à Dom…
Ils finiront malgré tout la journée dans la bonne humeur avec nous.

Nous découvrons le « petit aménagement » préparé par Jacky et là, on peut dire qu’il a vu les choses en grand !
Un treuil mobile monté sur un rail. Motorisation, toutes les pièces de renvoi , poulies, bloqueurs et autres butées avec amortisseurs etc etc etc… C’est le top du top. Tout le système est complètement adaptable, réglable et donc réutilisable sur n’importe quel site. C’est absolument génial !
BRAVO pour tout le travail !
Si Jean Jacques passe par là, il sera fier de la relève !
Didier ajoute la touche finale : une benne basculante.  Je suis un peu sceptique car j’ai peur que tout cela soit bien lourd pour notre pauvre treuil 200 kg. Eh bien  finalement, cette benne apporte un super confort de travail avec beaucoup moins de manipulations et donc moins d’efforts. C’est super.
Bon rapidement les équipes se mettent en place.
Thomas et Virgile attaquent le vidage du fond très boueux.
Le ruisseau coule un peu, et  un petit pompage de détournement  est mis en place.
Après une heure de travail, l’équipe du fond nous annonce avoir enfin atteint le terminus de 2015… Eh oui, après un an sans travaux, un bon mètre d’alluvions est venu reboucher un peu le fond.
Mais il en faut plus pour nous décourager et les travaux se poursuivent à un bon rythme.
.

12h15, Jean Lou a faim. Il fait beau et nous filons dans le champs pour profiter un peu du soleil.
Stéphanie nous rejoint.
Il est temps de reprendre .Nous sommes nombreux et nous décidons d’attaquer 2 zones en même temps. Didier se poste au fond et Je fais le relais pour Virgile qui grattouille le départ horizontal 3m plus haut.
Le rythme est soutenu mais le treuil ne suit pas. Il chauffe énormément et finit pas rendre l’âme.
Heureusement, Alain qui dispose d’un treuil similaire nous propose de le mettre à disposition pour remplacement. Quelques coups de clés plus tard tout redémarre.
17h30 quelques uns doivent partir et Didier nous persuade de continuer un peu avec une équipe réduite. Malheureusement, au bout d’1/4 d’heure, le treuil d’Alain présente lui aussi des signes de fatigue et il sonne la fin des travaux pour aujourd’hui.
Ce chantier de désobstruction est intéressant. Promis nous reviendrons très rapidement.

D’autres photos ici

Christophe

Réouverture du gouffre de la Lave – 04.01.2017

Pour mémoire, les grosses crues de Juin 2016 avaient très sérieusement déstabilisé les blocs dans le passage bas entre les 2 puits de 40m

Après plusieurs séances de désobstruction, le gouffre est enfin ré ouverts dans sa totalité.

Et puisque la crue de Juin a fait bouger les choses dans pas mal de trous du secteur, nous irons refaire un tour dans la galerie du Beau Louis et aussi dans la boyau semi siphonnant que nous avions parcouru il y a bien longtemps avec quelques uns du GSPV

   
Merci à Jacky et Jean Lou pour les séances en semaine qui ont permis d’avancer plus vite.

Christophe

Le retour du vendredaï

Vendredi 30 décembre

« La lave série 3 » (par Jean Lou)

Trois solides « Grottetroopeurs » Jacky, Tof , Jean-lou viennent de toucher l’arme absolue le GBH 36 V- Li + de Bosch, le coté obscur de la grotte n’a qu’à bien se tenir.

Bon j’arrête ….
Enième séance à la lave donc, en cette avant dernière journée de l’année.
Le docteur est passé pour soigner le bloc qui bloque encore le passage !
Une séance pour évacuer les déchets et ça devrait être terminé, réouverture après travaux prochainement donc.

J’en profite pour vous présenter mes meilleurs vœux pour l’année (lumière) qui vient et que la farce soit avec vous.

◘◘◘◘◘   ◘◘◘◘◘  ◘◘◘◘◘   ◘◘◘◘◘  ◘◘◘◘◘   ◘◘◘◘◘  ◘◘◘◘◘   ◘◘◘◘◘

Gouffre Perte des Granges de la Forêt


En route pour Déservillers.
Thomas et Benjamin ont la ferme intention de visiter le réseau des Granges de la Forêt (Amancey)


Ils travaillent à la réouverture de la zone basse d’entrée partiellement comblée
Nous nous détournons un instant de notre route vers Déservillers  pour prendre de leurs nouvelles.

Des tas d’habits dans le porche d’entrée trahissent leur présence.
Ils sont en pleine séance de gratouille avec des moyens plutôt préhistoriques (seau et piochon)
Nous, avec nos sabres laser et nos torches plasma il y a longtemps que nous ne nous salissons plus pour désobstruer. (hihihi)
et quand il y a des zones délicates à franchir, nous envoyons R2-D2 en reconnaissance !
Il faudra envisager de les former nos équipiers aux nouvelles technologies.

Plus sérieusement, dans la même doline, il existe plusieurs départs en interstrates qui semblent prometteurs. Nous retournerons y faire un repérage minutieux.
 

◘◘◘◘◘   ◘◘◘◘◘  ◘◘◘◘◘   ◘◘◘◘◘  ◘◘◘◘◘   ◘◘◘◘◘  ◘◘◘◘◘   ◘◘◘◘◘

Gouffre du Pylône . Là aussi le retour … mais après 1ans 1/2 d’absence !


L’équipe se renforce avec Alain et Dom. (il s’agit d’être en force pour affronter Dark Vador)
Direction le Gouffre du Pylône sur la commune de Rivière Drugeon.
Lors d’une prospection, Alain avait découvert en 2014 un gouffre en plein champ.
Après désobstruction, nous avions descendu de mémoire  P8, et ressaut de 2.
Puis nous avions vu la suite très évidente sur encore 2m.
Mais la zone était encombrée par des sacs douteux que je n’avais pas voulu déplacer.

 
L’entrée en Mars 2014                                                      L’entrée en Décembre 2016

Nous voici donc en grand nombre aujourd’hui. Nous sommes bien décidés à libérer la force  du perforateur pour conforter la zone d’entrée très étroite.

Rapidement nous retrouvons l’entrée, mais l’accès semble bouché.
Les vaillants soldats entreprennent la mise en place des torches plasma pour désintégrer ce bouchon terreux, mais très vite il faut se rendre à l’évidence.  Le gouffre est complètement comblé par un mélange de terre et d’ossements divers en très grand nombre.


Bilan
Les forces du mal :1
GCPM  : 0

Donc retour à Déservillers « la queue basse »  ou plutôt  « Le sabre laser en berne »

◘◘◘◘◘   ◘◘◘◘◘  ◘◘◘◘◘   ◘◘◘◘◘  ◘◘◘◘◘   ◘◘◘◘◘  ◘◘◘◘◘   ◘◘◘◘◘

Gouffre sous les Crêtes

Il reste encore de l’énergie dans notre vaisseau inter sidéral ….. (un Citroën Berlingo).

C’est parti pour une rapide séance de désintégration de roche ( au laser gravitationnel cette fois)

Accès facile avec échelle en place

.

 

et retour sous un magnifique couché de soleil terrien

Christophe

Travaux de désobstruction à la Lave – 10 et 14 décembre 2016

 la LAVE  1 – Samedi 10 Décembre 2016

Suite au repérage que nous avions fait il y a quelque temps, nous retournons à la Lave engager les travaux de désobstruction Jacky Tof et moi.

Gros boulot en perspective de gros blocs obstruent complètement le laminoir.

Il faut employer des moyens percutants, des travaux pas faciles, les plafonds percolent pas mal et nous sommes vite bien mouillés . Vu les températures extérieures, ce n’est jamais très agréable.

 

 

la LAVE  2 – (le retour) Mercredi 14 Décembre 2016

Retour au fond avec Jacky pour continuer la désob entamée précédemment.


Le travail avance bien, mais quelques blocs récalcitrants imposeront donc au moins une séance supplémentaire.

A suivre ….

Jean-lou

La brosse – sortie du 19 Mars 2016

P4090681

Une nouvelle petite expédition à la brosse avec Jean Lou, Jacky et moi
Nous finissons de dégager l’entrée jusqu’à une belle dalle au sol.
Ca devient confortable.

P4090686 P4090687

Nous avons dévié l’eau qui coule dans l’entrée avec un barrage improvisé et un tuyau souple.
Le résultat est très efficace.
Il faudra penser a pérenniser cette installation dans l’avenir

P4090697

 

Vers la gauche, l’accès au puits et encore un peu inconfortable, mais la prochaine fois ca devrait être nettement mieux .
Fabian Oriel nous précise que les premiers puits sont vraiment beaux.
La prochaine fois, nous tenterons de faire un repérage complet du réseau

P4090699 P4090700

Toutes les photos ici 

Christophe

La Brosse un -116 qui mérite d’être connu

P4020679

A Montrond le Chateau, le gouffre de la Brosse fait partie des 6 cavités dont le dénivelé est supérieur à 100m
Avec -116m, et de beaux puits, il a tout ou presque pour devenir une classique du plateau.
Cette cavité a été découverte et désobstruée par nos amis Vosgiens du GSPV dans les années 1990. Après désobstruction, assez rapidement ils avaient atteint la côte -100m par  de belles verticales.
En 1991, après de nombreuses séances, la cote -116m était atteinteP1050195_resized.
Le gouffre est assez sélecte avec, pour commencer, une entrée pas très agréable ou il faut commencer par ramper sous un petit ruisseau !
Les zones entre les puits sont pour certaines assez étroites .
Au fil des années, cette cavité est un peu tombée dans l’oubli, et l’entrée s’est peu à peu comblée de végétaux divers
L’idée est donc venue de réaliser quelques aménagements afin de rendre l’accès et la visite plus agréables.

Samedi 2 Avril nous nous retrouvons Jacky, Dom, moi et Jean lou pour une première séance.
La météo à annoncé une journée avec des températures jusqu’à 20°c et du soleil.
Pour l’instant, il fait au moins 4° avec un vent glacial.
L’équipe se met un peu en léthargie et tous les prétextes sont bons pour ne pas affronter tout de suite le froid.
P4020631P4020643
Vers 10h30, le vent faibli, est nous engageons une reconnaissance de notre terrain de jeu du jour !   L’entrée est encombrée de branches. Des glissements de terre ont partiellement colmaté l’entrée.
C’est décidé !  il faut élargir pour un accès pérenne

P1050194

Retour au refuge pour préparer le bon équipement de travail.
A midi nous cassons la croûte au chaud vers Benoit qui prépare le repas pour un stage de 20 personnes
Bilan du repas, on sent le canard grillé à 10m à la ronde
(faudra vraiment que l’on repose la hotte un de ces jours !!)
Au risque de se faire attaquer par les renards (….) nous prenons vaillamment le chemin du bois de la brosse.
P1050209_resizedP1050203_resizedP1050217_resized
Quelques trous plus tard, le tonnerre retenti. et un nuage suspect envahi la zone.

P1050223_resizedP1050222_resizedP4020654

Pendant le dégagement des blocs, Dom (qui creuse à l’inverse de l’entrée) découvre un départ qui semble prometteur .
Rapidement…. tout le monde creuse à l’inverse de l’entrée de la cavité.
On voit du noir et un bord de puits . Les cailloux tombent et roulent dans ce qui à l’oreille semble être une suite.
Après une heure d’acharnement, je m’engage dans le sympathique boyaux terreux à souhait.

P1050231
Je me glisse dans une  petite salle 1,5m en contrebas. Sur le fond je vois un petit soutirage rapidement comblé.   – Tout ça pour ça ?
Il y a des milliers de moustiques et les araignées certainement gênées par ma lumière descendent par grappes sur leur fil pour me dire bonjour .
Ne parlant pas le langage araignée, Je ressort en gobant une bonne dizaine de moustiques.

Il commence à se faire tard et nous engageons un repli vers le camp de base du GCPM
P4020670P4020676

 
Au final une bonne séance désob (la première mais pas la dernière)

Merci à Jean Lou qui avait une entorse et qui normalement n’aurait pas du être là.
(car au final il a bossé toute la journée avec nous)

La suite bientôt !

Toutes les photos ici

Le trou Foufou

PA240807Sur les conseils de Jacques  Fourneret (nouveau au club), nous nous décidons a revisiter le trou foufou
Dans les années 80,  Philippe Fourneret,  (le père de Jacques) a découvert le gouffre lors d’une séance de prospection à la baguette de sourcier .Les premiers puits descendus, il butta vers -35 sur une faille d’où s’échappait un courant d’air prometteur.

De nombreuses séances de désobstruction en famille furent nécessaires pour forcer le passage.  Après 15m de boyau la persévérance à payé – Un puits de 10m fut découvert, puis juste derrière, une  grande salle de 30x50m.
Au fond de la salle, à -60m environ, on retrouve les eaux du ruisseau de surface se perdent dans un bouchon argileux
PA240790  PA241004PA241008  PA240811

L’objectif de la séance de ce samedi 24 octobre est de revisiter le trou et réaliser  une topographie.
Nous sommes nombreux ce matin et nous nous partageons le travail.
Jean lou, Didier, Roland et Jacques sécurisent les accès et rééquipent les puits.
Jacky et moi nous dressons la topographie.
Nous sommes impatients de descendre d’autant que Jacques nous a présenté des croquis réalisés par son père et les volumes semblent vraiment intéressants à découvrir
PA240818 PA240802 PA240820a PA240910

PA240933 PA240837 PA240830 PA240824 (3)

Cependant, le descriptif que nous avons nous laisse a penser que la sortie ne sera pas un de simple ballade…
« Méandre des trouilloux »  « la serrure »  « Désob de la patience »…
Vers 12h00 la redécouverte s’engage.
Jean Lou complète l’équipement en ajoutant un spit  au  départ de chaque puits.
La corde du grand puits est encore en place. Elle sera remplacée!

 PA240851 PA240999

L’équipe arrive ensuite dans cette zone désobstruée. C’est étroit, mais ca passe
La tête de puits s’avère effectivement assez délicate.
Certes ça passe, mais pour prendre pied en tête du P10, il faut être acrobate. Le retour se présente encore plus compliqué avec un nécessaire passage en force.
Vu que tout le monde ne franchira pas cette zone technique, nous choisissons de revenir pour l’élargir un peu..

PA240860 PA241017

PA241034 PA241040
Nous nous retrouvons donc en surface  beaucoup plus tôt que prévus.
Jacques nous propose d’aller repérer et localiser un trou qui s’ouvre sous une souche à moins de 500m

Arrivés sur place, nous constatons rapidement que l’entrée un peu étroite mérite un petit remaniement au bazola. Ici aussi il faudra revenir.

La journée se termine par un repérage champignons dans les bois de sapin…

Toutes les photos ici:

Christophe

A la recherche du gouffre aux deux puits de 40 mètres !

Cavités de la Grande Côte, CléronCela fait un bout de temps que Benoit me parle d’un gouffre sur Cléron avec deux puits de 40 mètres  que des spéléos auraient exploré sans laisser de traces écrites de leur découverte.

C’est Claude Farque, prêtre et ancien spéléo du GS Morteau qui avait eu l’info (mais seulement l’info) de quelqu’un qui venait de Rhone-Alpes et qui aurait fait ce trou (mais on n’avait pas d’indications précises de lieu)

Je suis allé prospecter plusieurs fois sur une des zones où pourrait se trouver ce trou mais toujours sans succès.

Dernièrement, Joseph DORDOR, habitant du hameau de Nahin, me signale un trou au lieu-dit « La Grande Côte » sur un chemin de débardage.Gouffre de la Grande Côte n°2 (1)

Sur ses indications, Benjamin et moi-même le trouvons. La différence d’altitude avec la source du Maine est de 170 mètres et nous nourrissons l’espoir qu’il est peut-être le fameux gouffre recherché.

De toute évidence, la cavité a été mise à jour lors de la construction de ce chemin qui peut dater d’une trentaine d’années. L’entrée n’est pas très large mais il suffit de dégager quelques pierres et ça passe. Après, ça s’élargit et ça devient suffisamment confortable pour passer un homme. Le puits semble faire 6 à 8 m de profondeur mais on ne voit pas bien le fond.

Avant d’envoyer un mail sur le site du GCPM, je propose à Jean Lou, Jacky et Damien de descendre le 1ier puits  en reconnaissance pour confirmer (ou pas ) l’existence d’une suite.Gouffre de la Grande Côte n°2 (3)C’est ce que nous avons fait hier après-midi. Les copains me laissent l’honneur de m’y incruster en tête. Hélas, le fond du puits est complètement bouché par des pierres et ne nous laisse pas la possibilité d’espérer aller plus loin. Nous le baptisons « gouffre n°2 de la Grande Côte ».

Grotte de la grande Côte n°1 (8)Nous n’en restons pas là car j’avais repéré un peu plus haut, sous la ligne de crête,  une entrée de grotte (non inventoriée elle aussi) en forme de trou de serrure.

L’odeur de blaireau est à la limite du supportable et les déjections nombreuses. La cavité se présente comme un méandre sinueux et mesure quand même 14 mètres de longueur. Ce sera donc pour l’inventaire « Grotte n°1 de la Grande Côte ».

 

Grotte de la grande Côte n°2 (3)A 20 mètres de là, toujours au pied de la falaise,  une autre cavité nous interpelle.  On dirait l’amorce d’un trou qui a été bouché par l’homme. Nous sommes très motivés et en ½ heure, nous dégageons les pierres pour se glisser dans une galerie basse de 5 mètres de long qui nous conduit à une salle concrétionnée de 1,80 m de hauteur pour 1,90 m de diamètre. Elle est occupée par des chauves-souris et plusieurs sortes d’insectes. On la baptise  « Grotte n° 2 de la Grande Côte »

Même si nous ne sommes pas tombés sur le gros trou espéré, ce fut une belle après-midi de prospection.

Nous ajoutons 3 cavités aux 5959 inventoriées dans le Doubs et 30 mètres de nouvelles galeries aux 381 km existantes.

Les autres photos ici

Guy, le 31 octobre 2015

 

Sous la vieille folle . 13.06.2015

P6130171Nous sommes trop nombreux pour bosser à la brochette !

Une petite équipe se rend sous la vieille folle pour définir le gabarit du boyau qui semble être la suite du réseau .
Sur place, nous déplaçons les déblais dans un interstice qui finit rapidement par être complètement comblé mais l’objectif est atteint.
La galerie se poursuit en visuel sur environ 8m. La section environ 80cm x40cm permet d’envisager la poursuite de la désob.
Si nous voulons poursuivre, il faudra maintenant ressortir les déblais .

 

P6130178  P6130177  P6130173  P6130172

Comme il n’est pas envisageable de réunir 15 personnes pour plusieurs séances, il faudra mettre en œuvre des moyens innovants de transport …. Nous y travaillons …

Les quelques photos ici

Christophe

La brochette séance du 22 Juin

P1000774Samedi 20 juin

La Brochette encore et toujours avec Jacky, Dom, Alain et… de l’eau.

Météo France avait annoncé une semaine estivale… ce fût au final une semaine très maussade.

Au fond du puits, beaucoup d’eau !
Après jeté quelques seaux d’eau en surface nous avons remarqué une infiltration très rapide jusqu’au plafond « du méandre » que nous avons débouché sur 2 mètres.

Nous avons retiré un bon volume de glaise et de cailloux. Nous apercevons la suite sur 4 mètres dans un système qui semble un peu moins instable avec la présence de roche. Il est difficile de donner une indication concernant le volume qui se cache derrière. Une caméra serait la bienvenue.

Il serait peut-être aussi utilise de poser une buse à l’horizontale sur 2 mètres afin d’examiner la suite en toute sécurité.

P1000760Un petit chenal permet maintenant à l’eau de s’écouler avec l’impression, par le bruit qu’elle fait, qu’elle plonge dans un puits…
Espérons que son débit nous facilitera le travail de désobstruction ! »

 

 

Les photos

Alain