Une pensée pour Jacky Montaz

Juste avant les obsèques de Jacky, Michel, qui concélébrait avec moi, me donnait deux qualificatifs le définissant : bon et bienveillant. J’en ajouterai un troisième : passionné.

Oui, et tout ce que nous pourrions dire de lui, trouve sa source dans ces trois grandes qualités qui l’animaient profondément.
Personnellement, j’avais rencontré Jacky au début des années 90, et j’appréciais les services qu’il rendait à la paroisse de Devecey où je résidais.
Très vite il m’avait parlé de spéléo. Il en avait fait plus jeune, et je voyais bien que ça le titillait encore, pour ne pas dire beaucoup !
Petit à petit il a repris contact avec l’activité, en particulier pour permettre à ses enfants de découvrir le monde souterrain.
Dès lors, tous les membres de la famille, hormis maman, ont adhéré au club. Les garçons se sont inscrits également aux camps chantier de jeunes du sentier karstique.
Et tout naturellement, en toute simplicité et en fonction de ses disponibilités, Jacky mettait ses talents à disposition pour l’aménagement du parcours du sentier karstique. Il a beaucoup œuvré (et c’est peu dire) pour l’éclairage solaire de la grotte Maéva. C’est lui qui a mis en place les toilettes sèches.
Il a pris du temps pour le volet du magasin d’accueil, pour la réparation de tronçons particulièrement délicats… A chaque fois, c’était pour lui l’occasion de faire des recherches, d’accroître ses compétences en allant rencontrer des spécialistes, de se remettre en question et de cogiter jusqu’à ce qu’il ait trouvé des solutions adéquates.
Et puis il est devenu un guide talentueux du sentier karstique. Il avait accueilli avec beaucoup de joie cette proposition qui lui avait été faite, car transmettre des connaissances et partager ses passions était pour lui un vrai plaisir.
Je ne voudrais pas terminer ces quelques lignes sans évoquer les multiples autres services qu’il a rendus au club, et en particulier lors des aménagements des grottes pour les Journées Nationales de la Spéléologie. Et quand arrivait le week-end de la manifestation, il était rayonnant. Il faisait goûter à d’autres la beauté du monde des cavernes.
Malgré la maladie qui l’a touché il y a 2 ans, Jacky a su conserver son esprit entreprenant et courageux.
Jacky avait 68 ans. Il a marqué la vie du club durant ces 20 dernières années par une présence discrète, mais ô combien efficace.
Merci à lui.

Benoit Decreuse

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu