Une histoire de baguettes !

C’est lors d’une formation « Sourcier » organisée au printemps 2018 que j’avais rencontré Roger LUTZ et son épouse Claudine. Roger était même intervenu durant cette journée pour témoigner de l’efficacité des baguettes puisqu’elles avaient permis de découvrir la grotte dite « Baume du Coudrier » située non loin d’Arbois. (Le coudrier étant l’autre nom donné au noisetier, auquel les sourciers prêtent de grandes qualités.)

Plus récemment, nous sommes allés faire une séance photo dans une grotte située sur le secteur du Coudrier. C’est là qu’a émergé l’idée de contacter Roger et le Cercle Arboisien de Recherches Spéléologiques, pour savoir s’il y avait une possibilité de faire une séance photo dans cette cavité découverte avec des moyens peu courants !

Roger nous explique que la grotte est fermée avec une trappe du fait de son extrême fragilité. Il y a tout de même quelques visites accompagnées par an, qui peuvent se faire sous certaines conditions. Un arrêté préfectoral en fixe les modalités.

 

Nous expliquons que notre souhait est d’aller y faire de la photo. Ça tombe bien puisque Roger est sur le point de finaliser un ouvrage consacré à ce sanctuaire souterrain. Il pourra enrichir son livre de quelques uns de nos clichés.

RDV est pris le premier juillet au parking du trou. Nous sommes au nombre de cinq, le maximum possible pour un groupe : Gérard, Damien, Daniel, Franck et moi. Roger a convié Patrick Guerin, un second accompagnateur, également découvreur de la grotte. L’enthousiasme est de mise, d’autant plus que Roger semble intarissable pour nous présenter toutes les facettes de cette cavité si particulière.

Une fois la trappe ouverte, c’est avec une certaine fébrilité que nous descendons le puits d’entrée d’une douzaine de mètres. La verticale atterrit dans la « salle du miroir », où l’on peut observer un beau miroir de faille strié. En bas, première surprise, nous constatons que le percement artificiel du plafond s’est fait à l’endroit le plus haut de cette salle où nous venons de prendre pied, soit à 2 ou 3 mètres de la surface.

C’est Michel Rosa, dit « Baba » un spéléo ardéchois qui, avec sa baguette de coudrier, a indiqué avec une très grande précision l’endroit où il fallait creuser.
Il l’a répété plusieurs fois : « C’est ici qu’il faut creuser ! »…. Et il ne s’est pas trompé. Roger nous explique qu’il était sceptique et avait testé les capacités de Baba en l’amenant à la verticale d’une cavité connue et topographiée et à sa grande surprise l’ardéchois avait repéré avec précision le plan de la grotte en surface !
Devant ce constat, même le plus dubitatif ne pourrait que se rendre à l’évidence : ça marche.

La cavité est scindée en deux parties distinctes. Nous commençons par la galerie nord appelée aussi « Rivière des Nymphes ». Elle mesure 113 mètres de long. Elle est spacieuse et quasi horizontale.

La période estivale n’est guère propice pour observer des écoulements à si faible profondeur mais, à notre grande satisfaction, il y a encore un peu d’eau dans certains gours.

Bien sûr, il y a un cheminement à respecter. Celui-ci est matérialisé par un cordon blanc qui n’a rien à voir avec des rubalises disgracieuses. Seul Roger s’autorisera à sortir de ce tracé pour donner une échelle humaine ou poser un spot. Nos accompagnateurs sont très prévenants en nous indiquant où il faut se baisser, faire attention de ne pas poser la main…

Nous sommes limités pour la pose des spots, compte tenu de la fragilité du concrétionnement et constatons qu’il nous sera difficile de mettre en place certaines techniques de contre-jour.

En même temps que nous mettons en place des compositions photo, Roger nous propose une lecture scientifique de ce que nous voyons : traces du passage de l’eau ayant creusé les conduits, séismes ayant occasionné des fissures dans les concrétions, mouvements tectoniques….. Toutes ces explications sont un avant goût de la monographie de la Baume du Coudrier que je me réjouis de parcourir d’ici quelques mois.

Nous revenons à la base du puits d’entrée pour commencer la visite de la seconde partie de la grotte appelée « L’autre côté du Miroir », au vu de sa situation à la base du miroir de faille.

Le gabarit des galeries est bien plus petit et il nous faudra redoubler de vigilance pour ne rien endommager. Nous reconditionnons notre matos pour avoir des petits sacs et rien qui traîne. Là encore, nos accompagnateurs sont très attentionnés et nous aident dans le cheminement et le port du matériel. Ils nous font constamment des recommandations pour la préservation de la caverne.

Le spectacle est tout à fait différent : des stalagmites presque translucides, des gours aux lignes très esthétiques, des cristallisations, le tout est dans un état de conservation exceptionnel lié au travail de protection des inventeurs de la cavité. Cette partie de la grotte se développe sur 125 mètres et se termine par la « salle du Dragon ».

L’arrivée dans cette salle est un enchantement, car en son milieu une arrivée d’eau calcifiée forme « La fontaine de jouvence », Patrick et Roger confirment que c’est l’emblème de la grotte.

Le choix a été fait, aux deux extrémités de la Baume du Coudrier, de ne pas entreprendre de grosses désobstructions, là encore par souci de préservation.

Cette sortie photo fut comme un rêve éveillé et elle continue de nous trotter dans la tête. Nous ne pouvons qu’adhérer aux mesures prises pour la préservation de la cavité et félicitons le club inventeur pour son excellente gestion de l’accès à ce milieu très fragile.

 

Un GRAND MERCI à Roger et Patrick pour leur accueil, leurs connaissances et leur passion tellement communicative…

Toutes les photos   ICI

Et en bonus, la vidéo de Franck : https://www.youtube.com/watch?v=XMEYrSC1qH4&feature=youtu.be

Damien, Gérard et Guy

3 réflexions au sujet de « Une histoire de baguettes ! »

  1. féret

    un moment inoubliable dans cette cavité unique du Jura !
    Merci a Roger Lutz pour la visite
    bravo a tout les photographes

    Très bien fait cet article Guy

    Amicalement

    FRanck

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.