Sortie au gouffre de la belle louise – dimanche 14 avril 2019

Jean-Lou, Jean-Noël, Nat et Clément

Le rendez vous était fixé à 9h30 au gite. Nous avons préparé le matos avec Jean-Lou et Jean-No, tout en posant quelques questions concernant la cavité.

En effet, en 20 ans de spéléo, mon père n’a jamais fait la belle louise (la loose !) et pour moi ce sera un ensemble de premières : premier grand puits et premier -100 (le top !)

Nous arrivons vers le gouffre, et pendant que nous finissons de nous équiper, Jean-Lou commence à équiper le puits d’entrée.
Après quelques lenteurs de ma part sur un ou deux fractionnements, nous rejoignons Jean-Lou à la base du P40… C’est énorme, c’est beau, c’est propre !

Le puit des cannelures est superbe lui aussi et le bruit de l’eau en bas donne une ambiance aquatique.En bas du puits nous trouvons une faune riche : nombreuses sangsues, une p’tite grenouille et un mouton… Enfin sa peau !

Mon père suivi de Jean-No nous rejoignent et nous arrivons rapidement à la laisse Fournier qui m’offre, malgré la vire bien tendue de Jean-Lou, un joli rafraîchissement des pieds !
Nous passons à côté d’un cairn constitué d’ossement de chevaux et nous arrivons vite dans la première salle.

Nous faisons un tour rapide dans la galerie sud. J’avance avec Jean-No vers le fond de la galerie lorsque soudain, j’aperçois la tête de Jean-Lou dans une lucarne puis celle de mon père… La scène me fait rire !!! J’ai l’impression qu’ils vont jouer Roméo et Juliette mais… sous terre… et… barbus !

Jean-Lou nous emmène ensuite dans la galerie ouest, et nous prenons le temps d’admirer les superbes sculptures d’argile. Un tour vers la cheminée et nous revenons sur nos pas pour aller visiter la galerie nord et la salle Fourquet. Nous avons fait le tour et il est temps de remonter à la surface.

Jean-No gère le déséquipement, et Jean-Lou en tête, me surveille dans les passages de nœud.
Nous parvenons enfin à la base du puit d’entrée et malgré la lumière du jour le plus dur reste à faire pour moi …Un fractionnement, deux fractionnements, trois fractionnements Je commence à fatiguer sérieusement !
En plus je dois crier comme Jacquouille « C’est okayyy » à chaque fois que Jean-Lou me dis « C’est liiiiiiiibre », heureusement les encouragements de Jean-Lou m’aident à me hisser jusqu’en haut !

Oufff, je suis claqué mais content d’avoir fait la sortie et affamé, je me jette sur immédiatement sur mon paquet de chips ! Le temps de faire le selfie le plus pourri de l’année et nous revenons au gite vers 15h. Nous nettoyons le matos en compagnie d’un groupe de spéléo secours venu avec au gîte avec beaucoup, BEAUCOUP de matériel.

Un grand merci à tous et particulièrement Jean-Lou pour ses conseils au passage des fractionnements.

Clément.

2 réflexions sur « Sortie au gouffre de la belle louise – dimanche 14 avril 2019 »

  1. Guy DECREUSE

    BRAVO Clément pour ce premier compte rendu (…. d’une longue série à venir !)

    Quand j’avais ton age Clément, La Belle Louise était pour mes frères et moi, le gouffre béant dont on n’avait pas le droit de s’approcher et dans lequel on jetait des pierres pour écouter le son des ricochets.
    Parfois, des hommes grands et forts venus de loin descendaient dedans avec des echelles et des cordes. Ensuite, ils venaient au café de Montrond reprendre des forces en buvant des bières.
    Pourquoi ces gens (qui ne parlaient pas toujours français) étaient-ils attirés par ce sombre précipice que tous s’accordaient ici à trouver dangereux ?
    Ce n’est que plus tard que je pu dissiper mes peurs d’enfant avec Gérard le Vosgien : Il nous a appris un mot nouveau : « La Technique ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.