Sortie Vauvougier – 27 Janvier 2018

Aujourd’hui, c’est L’AG du GCPM et traditionnellement une sortie est organisée ce jour là.

Présents, Anne Sophie, Virgil, Thomas, Christophe le nouveau (et non Tof), Jean-Marc et moi.

Après être allés voir les débits à la Belle Louise et à la lave (pas de surprise ça coule), nous nous rabattons sur le Vauvougier au moins là c’est sec.
Les Kits sont préparés et c’est parti.

L’accès en voiture tient du gymkhana, dérapages pas toujours bien contrôlés dans cette glaise très glissante.

Je vais équiper le puits d’entrée, Christophe et Thomas encadrent « serré » Virgil qui n’est pas des plus à l’aise dans les grandes verticales.

Arrivé en bas j’attends que les copains viennent me rejoindre. Ca traine un peu dans les puits d’entrée. Je cherche à m’installer le mieux possible, je glisse et en voulant me rattraper je sens un pincement au niveau des lombaires.

Je me connais, je sais ce que ça veut dire !

Il ne me reste qu’une solution, sortir le plus rapidement possible avant d’être bloqué du dos.

Je n’imagine même pas les copains du SSF obligés de venir me sortir de là, je n’aurais pas fini d’en entendre parler.

Quand tout le monde est en bas, je m’empresse (doucement) de remonter. Tout se passe à peu près bien et je retrouve ma voiture avec plaisir.

Re gymkhana en espérant ne pas me planter car je serais bien dans la M… tout seul au milieu des champs.

Je passe au refuge où je vois Benoit qui prépare déjà pour le repas de l’AG, il me demande d’où je sors  car aucune indication n’est notée sur le cahier d’emprunt de matériel, personne n’est censé savoir où nous sommes.

Grosse erreur de notre part à ne pas renouveler.

Pour la suite de la sortie, voir avec un autre participant.

Jean-lou

Donc je prends la suite du récit, une fois que l’on a laissé Jean-Lou remonté, je pars devant pour équiper, fait rarricime, le puits du pendule puis le puits Ascot, je dois avouer que je prends plaisir a équiper ! Christophe me suit suivi de Virgil, Anne-So et enfin Thomas qui ferme la marche. Nous décidons de casser la croûte au pied du puits car il y a de la place et l’endroit est assez sec. Virgil et Anne-So ont eu la bonne idée de descendre du maquereau ce qui a pour conséquence d’embaumer le trou façon arrière cour de restaurant breton !! Christophe, lui, sort le réchaud et se fait des pâtes sauce tomate et là l’odeur est plus agréable ! Par contre, nous nous apercevons que Thomas ne mange pas, pas bien !! Après une leçon sur la spéléo et l’alimentation, Christophe et moi prenons la décision pour le groupe de remonter, certains ne sont pas d’accord mais vu que le soir c’est l’AG, nous ne voulons pas être en retard. La remontée se passe bien et Thomas déséquipe les puits jusqu’au P38.

Une fois à la base du grand puits, on s’organise afin d’encadrer au mieux Virgil dans la remontée et dans le passage de la vire. Donc, je passe devant et j’attends Virgil sur la vire, Thomas le suit, le passage est un peu long mais se passe très bien, faut dire qu’elle est quand même très vertigineuse.

    

Anne-so suit et Christophe déséquipent. Tout le monde est dehors et nous sommes dans les temps, équipe au top ! Nous laissons Virgil remonter la voiture façon  pilote du Dakar sur des chemins plus confortable et nous rentrons tous à Montrond dans la Daccia, la preuve est faite que nous pouvons tenir à 5 avec kits plus nos affaires perso dans une Sandero !

Puis, nettoyage du matos et des hommes et enfin l’AG.

D’autres photos ici

Jean Louis et Jean-Marc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.