Moulin des Isles – 25 Mars 2017

Pierre avait lu quelque part que « Moulin des Isles » était une petite ballade torchée en 2 heures. Il a donc contacté des potes (Florence et Nicolas, spéléos Lyonnais) pour leurs proposer de faire un tour sous terre. Comme Corinne et moi étions disponibles, c’est avec plaisir que nous nous sommes joints à eux.

Rendez-vous est donné à 10h00 et nous filons directement en direction de l’entrée. Dès le départ, Alicia donne le rythme et nous traçons à toute vitesse jusqu’à la voute mouillante.

Comme toujours à moulin des isles, quelques tibias cognés et autres chevilles tordues…

 

Nous voici devant la voûte mouillante.
Je m’arrêterai ici parce que je n’ai pas de néoprène … et franchement, cette cavité, je la connais un peu bien …

Florence, sans doute par peur que je m’ennuie tout seul préfère rester de ce coté de la voûte mouillante.

Quatre intrépides iront donc jusqu’à la cheminée terminale.

 

Pendant le retour, alors que nous nous amusions allègrement dans les bassins, Pierre remarque qu’il a perdu son appareil photo ! Après une bonne demi heure à sonder les vasques du bout des pieds, c’est finalement Corinne qui mettra miraculeusement la main sur l’appareil Je passerai sous silence le bidon étanche qui a pris l’eau et les deux téléphones qui s’y trouvaient …

 

Entre les nombreux cailloux traîtres cachés sous l’eau et la fatigue générale après 5 bonnes heures de sortie, la grotte a dû entendre une série d’insultes et de jurons qu’elle n’est pas prête d’oublier !

 

Heureusement, une bonne baignade dans la Loue aura vite lavé les combis et les esprits.

5 réflexions au sujet de « Moulin des Isles – 25 Mars 2017 »

  1. Christophe Auteur de l’article

    Je me souviens très bien de ces séances de désob avec jean Paul Liévaux pour franchir la coulée de calcite puis de l’escalade réalisée par Denis Michel. On inaugurait la technique à la barre Raumer.
    En haut, ca continue et il y a un léger courant d’air, mais le méandre est très (trop) étroit.
    Au fond, on se pourri bien, mais au final… on ressort tout propre !
    Christophe

    Répondre
    1. Jean-Noël

      A ça, on y a fait quelques séances !
      9 mètres de dénivelée pour 2 kilomètres de galeries et tomber sur une cheminée juste derrière la coulée de calcite … GRRRR !

      Répondre
  2. Guy

    Dans ce gabarit de galerie, la puissance de l’éclairage associée à la caméra est Tip Top.
    On reconnait parfaitement les lieux.
    La partie terminale (avant la boue) est celle que je préfère.
    Merci pour le partage !

    Répondre
  3. Christophe Auteur de l’article

    Ah oui Jean No.
    Quelle séance mémorable lorsque nous avons tenté de franchir la coulée stalagmitique par la gauche avec Jean No.
    on baignait littéralement dans une baignoire de boue .
    Christophe

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *