La moule hurlante – Episode 2 – 17 novembre 2018

Par Nathanaël Ligier

Nous nous étions fixés rendez-vous un peu avant 10h avec Thomas à Etalans et Virgile devait nous rejoindre sur place.
9h54… Je vois des voitures passer un peu partout avec des gilets jaunes et j’envoie un message à Thomas exprimant mon inquiétude : « Active !!! Y’a des Gilets jaunes partout…On va se faire coincer ! »
10h et des poussières, Thomas arrive. Le temps de transférer son matos dans mon scénic et de comparer nos poubelles à roulettes, Nous voilà partis.
A Fuans, on croise un premier groupement de Gilets jaunes… L’un d’entre eux, une bière à la main, me laisse repartir après avoir mis mon gilet sur le tableau de bord (j’avais prévu le coup).
Virgile n’aura pas cette chance… Il est resté coincé un peu plus longtemps et nous à rejoint au Parking du chatelot vers 11h15…

Chargés comme des mulets, nous entamons la rando d’accès. Nous constatons que le niveau du lac semble avoir encore légèrement baissé.

Nous discutons encore 5 mn en chemin avec des randonneurs et nous parvenons au trou vers midi. Nous mangerons à l’extérieur avant d’avoir les mains trop pourries et dans l’hypothèse des pollutions sous-jacentes, l’idée nous semble préférable.

A 13h, Nous sommes équipés et on rentre dans la cavité pour commencer par voir les galeries non explorées le samedi précédent. Au passage, je fais quelques prélèvements de sable à l’entrée et je poursuivrai plus tard. Au carrefour,, nous décidons de montrer le siphon à Thomas puis nous revenons sur nos pas, lui présentant la cheminée et notre point d’arrêt précédent, quelques mètres plus loin.
C’est parti, suspense !!! Virgile se lance dans la laisse d’eau au sol, progresse d’une vingtaine de mètres et nous dit… « Ça tourne » !!! Nous le rejoignons et observons on changement de profil : De conduite forcée, le profil passe à diaclase en trou de serrure… Nous poursuivons, 13 m et ça tourne encore ! sous nos pieds, une profonde diaclase en éteignoir avec niveau d’eau laisse peu d’espoir de suite et au dessus de nous, une cheminée un peu plus haute, dont l’exutoire me semble d’emblée, un peu trop étroit pour moi… Pour Thomas, ça pourrait passer !

Continuons… Virgile explore le nouveau tournant, se faufilant dans le sommet du nouveau trou de serrure… Après 6m, encore un tournant ! La suite semble devenir trop étroite. Pour Virgile, on pourrait descendre le puits mais pas certain de pouvoir remonter sans traction par les copains… Encourageant, quand on voit l’étroitesse de ces galeries terminales !

Nous revenons vers la cheminée pour en explorer la suite éventuelle. Je m’y engage en premier, posant délicatement les coudes dans la boue et je me retrouve face à face avec cette substance orangée pas sympa du tout que nous avions déjà observé dans la galerie précédente. Dans la cheminée, je guette rapidement, tandis que Virgile s’exclame à son tour : « Aaah, Ca pue ! ». Thomas nous rejoins également et pour éviter de triper dans ce cloaque douteux, je ressors aussitôt de la galerie. Thomas s’élance alors au travers de la trémie qui colmate le plafond de la Cheminée en diaclase, empruntant un passage très étroit. Rapidement il nous informe… « Ça queute !!!…  » Puis se retournant, il corrige : « Ah non, çà continue ! ».Depuis le bas, je n’entends plus Thomas et c’est Virgile qui me transmet les infos : « Il a passé la trémie, il est dans le haut de la cheminée, elle doit faire 20 mètres » On essaie de comprendre comment s’agence l’ensemble , mais Thomas nous rejoint assez vite.

Il a observé les traces oranges un peu partout sur les parois de la cheminée et des gros placards de  moisissures cotonneuses sous les blocs. Pour la cheminée, il a tenté d’escalader, mais seul, sans barre raumer ca devenait dangereux, pourtant, en haut ça pourrait continuer

Bref… Compte tenu de l’éventuelle pollution et du fait que la trémie semble instable,  il sera préférable de chercher un autre accès. En effet, Virgile à tenté une désob au marteau et après avoir viré quelques morceaux, il ne passait toujours pas et il à compris que s’il en enlevait plus, ça risquait de bouger sérieusement !

Il était temps de passer à la suite du programme (topo, prélèvements et désob.) Nous ressortons un instant pour reprendre le matos et entamons la topo avec Thomas, tandis que Virgile, motivé, embarque avec lui la massette et les burins.

Je serais bien incapable de dire combien de temps la topo nous a pris, mais suffisamment pour commencer à avoir froid avec Thomas. Lorsque nous avons rejoint Virgile, il avait carrément taillé un tunnel dans lequel on pouvait passer… La tête (sans le casque !). Cela dit, vu le boulot, d’origine, il a super bien bossé !!!
Thomas redonnera quelques coups de massette pour se réchauffer, tandis que je termine mes prélèvements et nous ressortons enfin, boueux, mais heureux ^^

Après remballage du matos et rechange pour Thomas, nous avons entamé la marche du retour avant l’hécatombe des lumières. Heureusement que la lune éclairait bien car nous avons marché une bonne partie du chemin sans lampe et avec la flemme de tout ressortir du sac pour prendre celles de secours.
Nous sommes finalement arrivés au voitures… Retour à la vie moderne :

—> BIP BIP—> Message de Juju
—> BIP BIP—> Message de Christophe
—> BIP BIP—> Message de Juju

Virgile est déjà loin devant nous, mais nous prendrons le temps de rappeler Christophe et Julien avant un détour par le Mac Do. de Morteau…

Finalement je me dis qu’en 15 ans, rien a changé… La spéléo ça creuse ^^

Les croquis d’explo: 
de Julien

de Nathanaël

Nat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.