Archives de catégorie : Vie du Cub

Un barrage aux cavottes !

Nous avons profité de ce 8 mai pour réparer le petit barrage se trouvant dans la galerie d’entrée de la grotte des Cavottes.

Il y a quelques années, plusieurs membres du club avaient aménagé ce passage particulier : auparavant, systématiquement, il fallait se baisser et pratiquement ramper dans la boue. Le désagrément était conséquent, en particulier au retour d’une ballade souterraine. Jusque-là on était resté à peu près propre, et juste avant de sortir on se salissait.

La désobstruction avait permis d’élever sérieusement le plafond. Un barrage renvoyait l’eau vers une autre galerie, et rapidement les lieux s’étaient asséchés.

Lors de la crue de juin 2016, une planche du barrage a cédé, et une partie de la petite coulée de boue qui s’était déclenchée dans la doline d’entrée avait fini par embourber à nouveau le passage. Nous nous sommes attachés à rétablir la dérivation de l’écoulement grâce un morceau de traverse de chemin de fer. Une grande partie de la boue a été retirée. Le temps fera le reste.

 

Jacky et Benoît.

 

Première – Le temps des moissons

Depuis longtemps, Franck  Feret et Guy Decreuse  parcourent nos contrées afin de découvrir, redécouvrir et mettre en valeur notre patrimoine géologique parfois oublié.
Leurs nombreuses publications sur le blog du GCPM et aussi sur Flickr ont fait des émules.
Daniel Ramey, passionné de nature a rejoint la fine  équipe en 2016.
Franck et Daniel passent énormément de temps sur le terrain, et forcément, ils découvrent régulièrement des zones karstiques qui méritent une visite plus approfondie.
Ils communiquent régulièrement sur les « zones à revoir » et… les infos s’accumulant, il était temps de programmer une sortie «  désob » dans les zones identifiées.

Rendez-vous à Montrond.

Gouffre de la Froidière
Il y a Christophe, Guy, Julien, Damien, et Jacky. Gauthier nous rejoindra sur place.
En route pour Rurey.
Au-dessus de la résurgence de la Froidière, Franck à découvert un puits qui semble inédit car non publié.
Il s’agit d’une faille au pied d’un escarpement rocheux en amont de la résurgence.
Travail en commun pour l’équipement puis Gauthier s’engage.
Le réseau est étroit et, 3 mètres plus bas, l’accès devient compliqué. Nous apercevons le point bas, mais visiblement, il n’y a pas de suite.
La visite se termine après quelques péripéties pour récupérer  un projeteur  led  que Franck a laissé tomber dans un diverticule lors de sa reconnaissance.

Pause casse-croûte à la passe à poissons du barrage de Châtillon puis, direction Dournon sans oublier de passer prendre Franck et Daniel au passage

Gouffre du Bonnet .
Par manque d’imagination ( ?), Franck a laissé tomber son bonnet au fond d’un puits repéré dans un Lapiaz . L’a-t ’il fait exprès pour nous obliger à revenir ? ou a-t-il voulu trouver un nom « facile » pour nommer le trou ? …. (Humour)
Nous voici en grand nombre au-dessus de ce puits qui motive  l’équipe.
Les commentaires vont bon train et le puits … annoncé  pour 14m par Franck se trouve estimé à 8 voire 7m par certains …. Pfeuuu….
Gauthier pense que ça passe confort… mais je réalise tout de même quelques aménagements au Bazola. (Finalement pas si confort que ça)

Damien équipe et c’est Juju qui a la primeur de descendre en première.
Le bonnet est rapidement retrouvé .
Joli puits de très exactement 12,14m. le fond se situe effectivement à -14m (.. aaah ses mauvaises langues) La suite est colmatée par des blocs.
Gauthier engage une petite désobstruction pendant que je finalise la topo au Disto X .
Pas de suite évidente, et pas de courant d’air.  Tout le monde remonte.

 

 

 

 

Direction St Thiebaud pour la Grotte de Cote Belon. Inédit découvert par Daniel il y a 2 jours à peine.
A proximité du mont Poupet , le site bénéficie d’une vue magnifique.
L’équipe s’engage dans cette entrée insolite à flanc de coteau au beau milieu d’un gros éboulis.
Il y a 2 jours, Daniel avait progressé dans  la grotte et, seul, il n’avait pas souhaité s’engager plus avant. Un ressaut estimé à 5m avait bloqué sa progression.
En groupe, le passage technique est rapidement franchi. A sa base on trouve les traces d’une petite désobstruction, mais pas de suite évidente. Avant ce ressaut, un diverticule permet de progresser plus loin et de découvrir une petite suite. La zone est ébouleuse et ne nous semble pas stable. Nous ne franchissons pas ce passage.
J’engage la topo avec Julien. Après quelques visées nous entendons un bruit d’éboulement devant nous. Oups !!!.  Du coup, la topo se fait très rapidement sans chipoter sur les détails de l’habillage.
Dehors, nous avons l’explication de l’éboulement. Plus haut dans le pierrier, Franck a pénétré dans la galerie par une entrée supérieure.
Après une baïonnette, il est arrivé dans une salle, et par des passages entre les blocs, il avait réussi  à établir un contact avec les topographes.
Lorsqu’il est ressorti par la baïonnette, les blocs se sont effondrés sous ses pieds, et il s’est retrouvé la tête et  les bras dehors, mais le reste du corps pendu dans un vide de quelques mètres…
Du coup, nous n’insistons pas.
Cette grotte se développe dans une zone tectonique peu stable. Il nous semble qu’il existe des risques importants à engager des travaux de désobstruction dans cette cavité.

Il est déjà  18h00. Au programme de la journée, nous avions prévu  un passage par Myon afin d’équiper et de descendre dans le gouffre inédit repéré par Franck.
Le temps  nous manque et seul un repérage du site est effectué.
Belle faille qui pourrait avoir été désobstruée dans des temps très anciens.
profondeur estimée : 8m  . A suivre

Un grand MERCI à vous deux « Franck et Daniel » pour cette moisson de découvertes.

Toutes les photos de la sortie ici

Christophe

Gouffre de la crête de Malvaux – 5 avril 2018

Alex nous donne Rdv à 9h30 sur le parking du gîte du Sauterez à Bolandoz. Le but de la journée est de toucher le fond (-108m) et de réaliser une fiche d’équipement (pour la prochaine parution du Tome 2 des Belles du Doubs)

Nous sommes rejoint par Jean-Lou et Xavier, direction le parking, à peine arrivé nous frôlons l’accident de justesse (Jean-Lou fait preuve de bons réflexes et recule rapidement pour ne pas se faire emboutir le pare-chocs)

Enfin Etienne arrive tel JP Belmondo sur une vielle bécane avec son kit au dos (pas de photo dommage)

 

L’entrée est en haut de la crête et débute par un toboggan assez étroit où l’on imagine déjà se tortiller avec les kits pour remonter tels des chenilles agonisantes.

 

Alex équipe le 1er puit sous le regard attentif d’une chauve-souris. Nous en croiserons énormément, des « petites noires » et des « grosses poilues » dans mon jargon de débutant.

Après quelques puits je passe devant et attaque par une petite escalade derrière laquelle se trouve un R7. Je l’équipe mais arrivé en bas je regarde à droite : rien. Je regarde à gauche et je me dis « non c’est pas là y a pas la place » donc je remonte. Mais après une petite recherche rien au-dessus, Alex décide de descendre et trouve la suite à gauche. Nous l’entendons souffler et se battre avec la paroi qui ressemble à un escalier en colimaçon assez étroit. C’est dans cet obstacle que Xavier décide de faire demi-tour pour aujourd’hui (de mauvais souvenirs dans une autre étroiture revenants à lui) Jean-Lou nous quitte aussi pour ne pas le laisser seul.

Encore une erreur d’aiguillage me fait descendre le P20 jusqu’au fond alors qu’il ne fallait descendre que de quelques mètres pour penduler dans une lucarne. Donc je remonte (encore).

 

Après quelques puits dont les entrées sont très resserrées nous arrivons au fond où nous pouvons trouver de jolis petits gours.

Il est venu l’heure de remonter nous cassons une petite croûte au pied d’un puit avec de belles concrétions.

Comme nous l’avions imaginé la sortie se fait en mode chenille avec 5 sacs pour 3 bonhommes, nous sommes donc contents de voir la sortie.

D’autres photos ici

Christophe Berna

Une pensée pour Jacky Montaz

Juste avant les obsèques de Jacky, Michel, qui concélébrait avec moi, me donnait deux qualificatifs le définissant : bon et bienveillant. J’en ajouterai un troisième : passionné.

Oui, et tout ce que nous pourrions dire de lui, trouve sa source dans ces trois grandes qualités qui l’animaient profondément.
Personnellement, j’avais rencontré Jacky au début des années 90, et j’appréciais les services qu’il rendait à la paroisse de Devecey où je résidais.
Très vite il m’avait parlé de spéléo. Il en avait fait plus jeune, et je voyais bien que ça le titillait encore, pour ne pas dire beaucoup !
Petit à petit il a repris contact avec l’activité, en particulier pour permettre à ses enfants de découvrir le monde souterrain.
Dès lors, tous les membres de la famille, hormis maman, ont adhéré au club. Les garçons se sont inscrits également aux camps chantier de jeunes du sentier karstique.
Et tout naturellement, en toute simplicité et en fonction de ses disponibilités, Jacky mettait ses talents à disposition pour l’aménagement du parcours du sentier karstique. Il a beaucoup œuvré (et c’est peu dire) pour l’éclairage solaire de la grotte Maéva. C’est lui qui a mis en place les toilettes sèches.
Il a pris du temps pour le volet du magasin d’accueil, pour la réparation de tronçons particulièrement délicats… A chaque fois, c’était pour lui l’occasion de faire des recherches, d’accroître ses compétences en allant rencontrer des spécialistes, de se remettre en question et de cogiter jusqu’à ce qu’il ait trouvé des solutions adéquates.
Et puis il est devenu un guide talentueux du sentier karstique. Il avait accueilli avec beaucoup de joie cette proposition qui lui avait été faite, car transmettre des connaissances et partager ses passions était pour lui un vrai plaisir.
Je ne voudrais pas terminer ces quelques lignes sans évoquer les multiples autres services qu’il a rendus au club, et en particulier lors des aménagements des grottes pour les Journées Nationales de la Spéléologie. Et quand arrivait le week-end de la manifestation, il était rayonnant. Il faisait goûter à d’autres la beauté du monde des cavernes.
Malgré la maladie qui l’a touché il y a 2 ans, Jacky a su conserver son esprit entreprenant et courageux.
Jacky avait 68 ans. Il a marqué la vie du club durant ces 20 dernières années par une présence discrète, mais ô combien efficace.
Merci à lui.

Benoit Decreuse

 

Un stage de sourcellerie pour les spéléos

Lors de notre dernière AG, Anne Sophie et Virgile avaient suggéré l’idée d’une formation pour apprendre à manipuler les baguettes de sourcier.

 

Jean Luc KAMMERER, le spécialiste en la matière, est tout de suite d’accord. Il propose d’étendre l’invitation au niveau du CDS25.
La communication par mail fonctionne très bien et se répercute même au-delà du département …des alsaciens, des jurassiens sont également intéressés.

Grâce à un dodle, les quelques 45 pré inscrits plébiscitent davantage le samedi 31 mars.

Ce samedi de Pâques, on se retrouve à 34 stagiaires venant de 8 clubs différents :
GSAM, KARSTIC, GS la Roche, CARS39, GSML70, SPITEURS, GSD et bien sûr GCPM.

La matinée est réservée à la partie théorique et se passe dans une salle de réunion du gîte de Montrond.
On voit de suite que Jean Luc maîtrise son sujet sur le bout des doigts; il est intarissable et sait captiver son auditoire (normal, il est prof de math et physique !).

Roger LUTZ, du CARS (39) vient compléter cet enseignement par un témoignage : celui de la découverte de la grotte du Coudrier (vers Arbois) qui a été justement trouvée avec des baguettes.

Le soleil avait été commandé pour l’occasion et nous pouvons casser la croûte dehors.
L’après-midi, nous nous rendons au-dessus des galeries des Cavottes pour la mise en pratique de ces nouvelles connaissances.
Pour les gens de passage dans le secteur, c’est une curieuse scène qu’ils découvrent dans les champs : une ribambelle d’énergumènes marchant lentement en tenant les 2 mains devant eux ! ??? …….   on n’est pas encore le 1ier avril et les œufs de Pâques, c’est demain !!.

Ce fut une belle journée très instructive sur ce qu’est la radiesthésie.
Un grand MERCI à toi Jean-Luc.
Un Compte rendu, rédigé par Cécile, est en cours d’élaboration.

Une sélection de photos :    ICI

La Belle louise

Sortie du 21 Mars 2018        Jacky, Jean-lou

J’avais demandé au Jack s’il était libre pour une petite sortie troisième âge ce mercredi, histoire de se tirer sur les bras quand même.

Rendez-vous au refuge où nous rencontrons le GRIMP du Haut-Rhin en train de préparer la traversée du Verneau pour le lendemain.

Arrivée à la Belle louise sous un ciel clair agrémenté d’une bise glaciale, un vrai temps de printemps.

J’équipe le puits d’entrée, tout ce passe sans problème , Jacky suit.

Arrivés en bas on entend déjà l’eau gronder à la base du puits des cannelures, c’est impressionnant, peu d’eau dans le laminoir après ces mois de mauvais temps le réseau est très propre.

Pas une trace dans les cannelures, juste un triton collé à mi – paroi  et qui n’ira guère plus loin.

L’équipement en vire hors crue est indispensable, ça coule effectivement beaucoup dans la diaclase du bas, pas mal d’acrobaties pour ne pas se mouiller les pieds, je gagne, Jacky perd !!!

Après la laisse Fournier, nous visitons les grandes salles de décantation, le paysage a changé, pas une trace de passage humain, à part celle de l’eau.

Comme nous n’avons pas l’intention de nous pourrir dans les galeries argileuses, nous remontons tranquille.

Jacky déséquipe le puits d’entrée, et retour au refuge pour nettoyage du matériel.

Jean-lou

 

Quelques photos ici 

Sortie du 18 février au Bief Bousset

Jacques F, Thomas J, Jean-lou T

Jacques le retour !

Il y avait bien longtemps (trop) que Jacques n’avait pas fait de spéléo avec nous.

Une petite fenêtre s’étant ouverte dans son calendrier très chargé, il me sollicite pour une sortie.

   

Nous tombons d’accord pour les Biefs (je sais ! encore !) mais les conditions météo étant ce qu’elles sont, le choix est très limité.

Nous préparons le matos à Montrond et nous prévenons Thomas que nous arrivons, car nous avons rendez-vous sur le parking des biefs.

 

 

Je suis surpris par la quantité de neige à partir de Fertans, tout le plateau d’Amancey est blanc jusqu’à Déservillers. Mais on se rend compte que cette neige ne va pas tenir longtemps, vu le risque de fonte et donc de crue, nous décidons de faire une brève incursion dans le réseau.

Thomas a l’équipement, pas mal d’eau dans les Biefs, ça mouille un peu dans les puits et au niveau du laminoir.

Nous nous arrêtons au grand méandre et remontons tranquillement. Jacques et Thomas déséquipent, je sors sans m’arrêter.

Dehors je me change et je casse la croûte en attendant les copains qui mettent un peu de temps à déséquiper.

Toute la neige qui était sur le plateau d’Amancey a fondu en très peu de temps, nous avons bien fait de ne pas aller trop loin car ça fond aussi sur Déservillers.

Une petite sortie sympa de remise en forme pour Jacques qui j’espère pourra renouveler l’expérience plus souvent.

Jean-lou

 

D’autres photos ici

Les Ordons

Participants : Christophe et moi(Thomas)

Vendredi :

Tout commença par un travail proposé par Franck et Guy : nos deux photographes désiraient “capturer” une grotte ayant une entrée qui nécessite un élargissement. Telle était la programmation du lendemain.

 Samedi:

C’est donc en me rendant au GCPM que je retrouve… personne.

Bon… j’écoute ma messagerie et j’apprends que la sortie est annulée, mais ne répondant pas aux appels de Christophe, celui-ci décide de faire le voyage jusqu’au club pour me dire… qu’il est inutile de venir au club. 

Bon… maintenant que nous sommes au gîte, il serait stupide de ne rien faire.

Nous réfléchissons donc à une cavité pratiquable par temps dédaignable.

Après réflexion, nous pensons au gouffre des Ordons et ça tombe bien, je n’y ai jamais posé les pieds.

 

Mais Chrisophe (un des inventeurs des Ordons, rappelons-le) ne se souvient plus exactement du chemin à suivre. Nous demandons alors la route à des parisiens de passage au gîte … la honte !

 

C’est bon, on y va, c’est parti, alors allons-y, on décolle !

 

Donc nous voilà partis.

Arrivés au bord du gouffre, je décide d’équiper.

J’ai beaucoup apprécié cette première descente dans cette cavité : l’arrivée par le plafond est grandiose avec cette écho qui permet à notre imagination d’accroître ces somptueux volumes.

Je me concentre surtout sur les sons car ma lampe n’éclaire pas grand chose…

Nous prenons notre temps pour visiter … faut dire que c’est court comme classique !

Christophe me montre la saleté déposée sur les parois et les concrétions : c’est une sorte de dépôt que je vois marron et Christophe vert. Mais qu’est-ce ? Une algue? En tout cas, le gouffre est malade et a énormément souffert de la fréquentation des visiteurs.

Ensuite, nous remontons tranquillement et je déséquipe.

A la surface, Christophe veut me montrer la grotte de la Combe des 

Beuses mais son légendaire sens de l’orientation nous égare dans le bois, sous la pluie. Ce ne 

sera pas pour aujourd’hui, alors direction la voiture et nous rentrons au club pour nettoyer et ranger le matériel.

 

Finalement descendus aux Ordons

Ils auront banni la résignation

Ils se retrouvèrent désespérés

Mais passèrent une bonne journée

 La cavité ne fait pas l’activité

TPST : ? (deux pipelettes seules sous terre ça peut durer longtemps)

Les autres photos

Sortie Vauvougier – 27 Janvier 2018

Aujourd’hui, c’est L’AG du GCPM et traditionnellement une sortie est organisée ce jour là.

Présents, Anne Sophie, Virgil, Thomas, Christophe le nouveau (et non Tof), Jean-Marc et moi.

Après être allés voir les débits à la Belle Louise et à la lave (pas de surprise ça coule), nous nous rabattons sur le Vauvougier au moins là c’est sec.
Les Kits sont préparés et c’est parti.

L’accès en voiture tient du gymkhana, dérapages pas toujours bien contrôlés dans cette glaise très glissante.

Je vais équiper le puits d’entrée, Christophe et Thomas encadrent « serré » Virgil qui n’est pas des plus à l’aise dans les grandes verticales.

Arrivé en bas j’attends que les copains viennent me rejoindre. Ca traine un peu dans les puits d’entrée. Je cherche à m’installer le mieux possible, je glisse et en voulant me rattraper je sens un pincement au niveau des lombaires.

Je me connais, je sais ce que ça veut dire !

Il ne me reste qu’une solution, sortir le plus rapidement possible avant d’être bloqué du dos.

Je n’imagine même pas les copains du SSF obligés de venir me sortir de là, je n’aurais pas fini d’en entendre parler.

Quand tout le monde est en bas, je m’empresse (doucement) de remonter. Tout se passe à peu près bien et je retrouve ma voiture avec plaisir.

Re gymkhana en espérant ne pas me planter car je serais bien dans la M… tout seul au milieu des champs.

Je passe au refuge où je vois Benoit qui prépare déjà pour le repas de l’AG, il me demande d’où je sors  car aucune indication n’est notée sur le cahier d’emprunt de matériel, personne n’est censé savoir où nous sommes.

Grosse erreur de notre part à ne pas renouveler.

Pour la suite de la sortie, voir avec un autre participant.

Jean-lou

Donc je prends la suite du récit, une fois que l’on a laissé Jean-Lou remonté, je pars devant pour équiper, fait rarricime, le puits du pendule puis le puits Ascot, je dois avouer que je prends plaisir a équiper ! Christophe me suit suivi de Virgil, Anne-So et enfin Thomas qui ferme la marche. Nous décidons de casser la croûte au pied du puits car il y a de la place et l’endroit est assez sec. Virgil et Anne-So ont eu la bonne idée de descendre du maquereau ce qui a pour conséquence d’embaumer le trou façon arrière cour de restaurant breton !! Christophe, lui, sort le réchaud et se fait des pâtes sauce tomate et là l’odeur est plus agréable ! Par contre, nous nous apercevons que Thomas ne mange pas, pas bien !! Après une leçon sur la spéléo et l’alimentation, Christophe et moi prenons la décision pour le groupe de remonter, certains ne sont pas d’accord mais vu que le soir c’est l’AG, nous ne voulons pas être en retard. La remontée se passe bien et Thomas déséquipe les puits jusqu’au P38.

Une fois à la base du grand puits, on s’organise afin d’encadrer au mieux Virgil dans la remontée et dans le passage de la vire. Donc, je passe devant et j’attends Virgil sur la vire, Thomas le suit, le passage est un peu long mais se passe très bien, faut dire qu’elle est quand même très vertigineuse.

    

Anne-so suit et Christophe déséquipent. Tout le monde est dehors et nous sommes dans les temps, équipe au top ! Nous laissons Virgil remonter la voiture façon  pilote du Dakar sur des chemins plus confortable et nous rentrons tous à Montrond dans la Daccia, la preuve est faite que nous pouvons tenir à 5 avec kits plus nos affaires perso dans une Sandero !

Puis, nettoyage du matos et des hommes et enfin l’AG.

D’autres photos ici

Jean Louis et Jean-Marc

Une cave XXL

Daniel Ramey est venu renforcer les troupes du GCPM en 2016.
Depuis longtemps, il suivait les activités de Franck et Guy à travers leurs comptes Flicker très actifs.

Spéléo dans l’âme, Daniel partage aussi la passion de la photo et, comme Franck, il passe beaucoup de temps sur le terrain pour notre plus grand bonheur.
Le GIPEK n’est pas en reste avec sa base de données Basekarst . Comme Franck, toutes les semaines ou presque, Daniel y publie une nouveauté.

Aujourd’hui, son terrain de jeu de déroule dans les environs de Montferrand le Château.
Dans un village tout proche, Daniel prend connaissance d’une grotte pour le moins originale puisqu’une maison a été construite dessus.

La grotte a naturellement été utilisée comme une cave (de luxe au vu des dimensions)

Très originale, mais surtout inédite,  la cavité est séparée en 2 parties car … en surface, 2 propriétaires se partagent le logis. Le mur de recoupement précise donc physiquement la limite cadastrale des 2 propriétés.

Sur les derniers clichés, nous pouvons voir que… la nature est en passe de reprendre ses droits.
Les photos nous rappellent bien que nous sommes simplement de passage sur cette terre. 1, 100 ou 10000 ans, que laisserons nous comme empreinte …

 

Merci Daniel pour ce premier article.

Daniel et Christophe