Archives de catégorie : Sorties Spéléo

Séance topographie à la Rochette – 7 Janvier 2016

ahhh la Rochette.

Voici bien longtemps que ce trou alimente les conversations de spéléos
Il faut dire que le puissant courant d’air qui filtre à travers l’éboulis attire toutes les convoitises !

Dès 1965, la SHAG s’attaque à la trémie .
De nombreux clubs tenteront ensuite sans succès de forcer le passage
Dans les années 2000, c’est au tour du GCPM de tenter l’aventure.
Forts de l’expérience du Rochanon, après de longues séances de dégagement, nous ouvrons enfin un passage entre les blocs.
L’équipe de désobstruction de l’époque était constituée de Denis Michel, Jean Paul Liévaux, Sylvain Borie, Jacky, Nicolas Tomajeski moi et quelques autres que j’ai peut être oublié

Par étapes, nous avons franchi la cheminée , la première voûte basse assez sélective, puis la seconde, puis la zone des 2 boyaux étroits. L’accès au réseau supérieur apporta un peu de confort dans la progression. La cheminée marqua la fin (provisoire de ce réseau)

En 2003, Jacky et moi décidons de lever la topo du réseau.


Avant la VM1                     Dans la VM1                     Avant les 2 boyaux          Dans la galerie sup.
En 2 séances, l’opération est réalisée, mais la précision est sommaire dans la seconde partie car j’avais cassé la boussole qui devient nettement moins précise sans son liquide…

La Rochette retombe dans l’oubli pour quelques années.

Ces dernières années, lors de nos visites régulières, nous constatons qu’il n’y a plus ou presque plus de courant d’air. Plusieurs m3  de petits galet ont colmaté l’accès.

En 2011, nous rouvrons l’entrée afin de poursuivre les travaux. Malheureusement, il n’y aura pas de fenêtre météo favorable et la Rochette retombe encore dans l’oubli

Le 25 juin 2016, un orage particulièrement violent s’abat sur le bassin d’alimentation et fait bien bouger les choses. L’accès est à nouveau ouvert et le courant d’air a retrouvé toute sa puissance.

L’été passe… l’automne aussi … et fin décembre 2016, un p’tit coup de fil de Guy.
« Christophe, tu sais qu’il n’y à pas plu depuis près de 40 jours. les conditions sont super favorables pour aller à la Rochette »
Il n’a pas tord notre président !
Je contacte Jacky. qui veut bien m’accompagner.
La date du 7 Janvier est posée.
Avant la date, un imprévu fait que jacky ne peut plus m’accompagner et tout naturellement, je propose à Guy de nous accompagner. Ca fait 3 semaines qu’il coupe du bois. Il doit avoir la patate !!
Super, il est ok.

Samedi 7 Janvier. Les conditions d’étiage sont parfaites .Les conditions météo…. sont plus délicates . Il fait -15°c. Habituellement, le trou souffle un puissant courant d’air glacial ( en été), mais là , il aspire assez fort un air …..glacial (normal !)
Afin de ne pas nous transformer en glaçons, nous décidons de « taper le fond » (environ 600m de progesssion) et de commencer la topo à l’envers . Au moins, si on ne fait pas toute la topo, le plus dur sera fait.

Nous trouvons Franck qui souhaite immortaliser l’instant par quelques clichés.


Nous nous engouffrons dans la galerie basse d’entrée.
Nous le savons, cette zone est assez mouillante sur environ 30m. Mais là, oh surprise, nous débouchons sur un bassin complètement gelé. Les 10 premiers mètres sont plutot agréables puisque l’on glisse sur ce sol tout plat. La suite est moins rigolote, car l’air se réchauffe et la glace devient moins épaisse. Crac, plouf… et nous voilà à patauger dans l’eau entre les gros glaçons.  Génial….
La température est largement négative sur au moins les 50 premiers mètres .
Guy a filé devant, et je le retrouve au pied de la cheminée.
Escalade de 8m assez facile. A partir de maintenant le choses deviennent plus sérieuses.
La galerie est très très basse dans sa première partie (maxi 60cm) et 2 voûtes mouillantes dont une un peu étroite compliquent la progression.
Le sol est très cupulé est il interdit toute reptation. Il faut à chaque fois se soulever pour avancer un peu. (génial pour travailler la ceinture abdominale)
J’ai du mal à suivre Guy qui file loin devant.
Enfin on se retrouve après les voutes basses .
Tiens ! Je sens soudain quelque chose qui vibre dans la poche de ma combi. et m****
J’ai laissé mon téléphone dans ma poche….
Bon, il a trempé dans 50cm de flotte, et il a largement été compressé sur le sol acéré .
Je ne me fais aucun soucis sur son état et je le sort sans espoir.
Et bien à ma grande surprise, il vibrait simplement pour annoncer qu’il ne trouvait plus de réseau disponible. Pas une égratignure et il semble complètement fonctionnel .
Donc, j’ai testé pour vous l’étanchéité du Samsung S7 !
.

Il fait même encore de belles photos comme celle ci :
Nous poursuivons, mais Guy qui commence à souffrir de crampes me dit « c’est encore bas longtemps ? »

 

 


Heu…. celà  fait environ 50mn que nous sommes entrés, nous avons progressé d’environ 100/150m. Il reste encore un peu de chemin !
Nous avançons maintenant un peu moins vite et nous profitons de toutes les fissures qui recoupent le réseau pour  faire une pose et  reprendre une position plus naturelle (assis)

Guy a de plus en plus de problèmes de crampes et je comprend que nous n’irons pas au fond aujourd’hui.

   
Je fixe un nouvel objectif de début de topographie au niveau des  boyaux qui séparent la galerie en 2 cheminements différents.
.
Guy m’attend dans une zone plus confortable (2mx1m…) mais où l’on peut se mettre debout.
Je réalise les 50 premiers mètres de topo seul (c’est beaucoup plus compliqué seul)

Puis nous poursuivons ensemble jusqu’à la buse d’entrée.
Le retour est beaucoup moins éprouvant car la levée topo implique des pauses multiples.


Nous ressortons sans trop de problème si ce n’est le froid intense qui nous envahi à nouveau dans la zone d’entrée .
Nous retrouvons Jacky qui était venu pour accompagner notre retour.
La combinaison de Guy n’a pas survécu à la sortie (mais il faut dire qu’elle avait déjà bien vécu)

Dehors, Il fait tellement  bon que nous n’avons pas le courage de nous foutre à poil pour se glisser dans des habits secs
Et c’est seulement arrivés chez Guy devant un bon feu que nous décidons enfin de virer la néoprène.

Bonne sortie avec  environ 300m de réseau topographié, ce qui n’est pas mal du tout.

Une p’tite vidéo pour l’ambiance…sympathique

Les autres photos ici

Christophe

La Chenau – 19 décembre 2016

Décidement, il y a de l’activité au GCPM
Encore une belle sortie sportive au programme  – La Chenau

Profitant d’une virée dans mon Doubs natal (afin de faire du « trafic » de Comté (19kg) avec des amis Lyonnais ) je sollicite mes collègues pour une sortie un peu verticale.

Je retrouve Thomas et Jean-Lou au refuge  Nous croisons Damien, mais il ne pourra pas se joindre à nous. Au vu du temps humide, voire très humide, nous jetons notre dévolu sur la Chenau En arrivant sur place, 2 voitures de spéléos stationnent déjà. Bon, on ne sera pas tout seul dans le trou.

Vu qu’il faut replacer nos cordes sous équipements déjà en place, Jean-Lou décide d’équiper l’entrée.
Tout se passe bien, Jean-Lou descend; je le suis, puis vient le tour de Thomas qui se longe sur le mousqueton et là, c’est la grosse trouille pour lui, l’amarrage pète !
Heureusement le double amarrage remplit son rôle. Une fois les choses remisent en place Thomas nous retrouve en bas du puits d’entrée. Je pense qu’il y aurait du rééquipement à refaire dans la d’entrée et peut être même que quelques broches seraient bienvenues dans cette zone assez fréquentée.

Ensuite la visite fut très sympa dans cette belle diaclase descendante bien blanche et très sinueuse.Nous avançons à un bon rythme et finissons par retrouver le groupe d’Alsaciens, Lorrains  au sommet du dernier grand puits. Nous discutons avec eux puis prenons la décision de remonter car, ils risquent de mettre du temps à  terminer l’ équipement.

La progression dans la diaclase en remontant est toujours plus physique,Il existe une zone particulièrement délicat à franchir. Il s’agit d’un ressaut de 3m environ. Il n’y a pas beaucoup de prises et la paroi est bien lisse . Cette zone s’avère plus difficile pour  Thomas qui s épuise et râle copieusement sur la non adhérence de cette p……. de roche.

Je déséquipe le puits d’entré et retrouve un amarrage solide pour le groupe qui suit afin qu’ils remontent et se longent en toute sécurité.

D’autres photos ici

Jean marc

Sortie au Mont Ratey – 18 décembre 2016

J’avais passé un mail sur le site du GCPM proposant le Mont Ratey. Les conditions météo étant très favorables, nous sommes 4 pour cette sortie, Xavier qui reprend enfin la spéléo, Jean-Marc  venu spécialement le matin de Lyon, Damien qui voulait se tirer sur les bras et moi.

La journée commence mal, en arrivant sur le parking du refuge, je crève un pneu, je change ma roue pendant que les copains préparent le matos.

Arrivée à Arc Sous Cicon vers 11h00.

Le ruisseau qui se jette dans le gouffre est pris par les glaces. Xavier équipe et nous suivons rapidement ; c’est vraiment un très beau gouffre heureusement avec très peu d’écoulements.

Nous vidons les vasques en tête de puits, ce qui nous permet de descendre au sec.

 

Damien prend le relais à l’équipement à partir du P5 au-dessus de la Césarienne. Peu de spits visibles, il faut modifier plusieurs fois l’équipement pour éviter les frottements.

 

Enfin nous prenons pied au début de la galerie de la toison d’or. Après un passage délicat au dessus du premier bassin, nous cassons une petite croûte avant de nous engager dans la partie concrétionnée.

C’est vraiment magnifique de jolis bassins, de grandes colonnes et autres coulées stalagmitiques, après avoir pris notre temps, nous attaquons la remontée.

 

Jean-Marc au déséquipement secondé par Xavier.

Sortie au crépuscule avec un beau ciel rougeoyant. Il y avait un appel de Sam qui avait cherché à nous joindre suite à un retard d’un groupe de spéléos aux Ordons. Heureusement affaire réglée avant notre sortie.

Retour au refuge ou Jean-Marc nous quitte rapidement pour regagner Lyon.

Une superbe sortie qui nous vaudra quelques courbatures le lendemain (dommage pour Christophe qui hélas n’a pas pu nous accompagner).

Plein d’autres photos ici

Jean-lou

Les Chaillets – 2 et 3 décembre 2016

Vendredi 2 décembre, nous étions 5 pour préparer le pompage des Chaillets et le GCPM était en force . il y avait Christophe, Jacky, Jean Lou, Dom et Guy.

 

Il faut dire que nous connaissons bien la cavité (pour l’avoir découverte) et nous maîtrisons bien (ou presque…) ce pompage pour l’avoir réalisé à de nombreuses reprises….

Le dernier pompage remontait à l’an 2000 ou nous avions ouvert le réseau à l’occasion des 50 ans de nos amis du GSPV (88).

Et puis quelques temps auparavant, avec la complicité des propriétaires ( la famille Jouffroy de Cademène) nous avions organisé une sortie découverte pour les curieux du village . Une expérience mémorable pour tous !

C’est donc tout naturellement que le point de rendez-vous est fixé chez Marcel Jouffroy à Cademène. On discute, on redécouvre des produits locaux oubliés …. bon, on est bien , mais c’est pas tout ça… faut y aller hein !

 

Nous voici donc maintenant dans le champs à l’aplomb des Chaillets. Le locataire de la pâture à bien voulu nous en laisser l’accès pour le week-end et le sol gelé doit permettre d’utiliser l’espace comme un parking.

Quelle belle occasion de mettre en œuvre le groupe électrogène du CDS25. Nous l’avons déjà utilisé pour quelques petites occasions, mais là, il va enfin être mis en situation pour un fonctionnement de longue durée.

Mise en place, réglage de niveau. Tout se passe bien.

Déroulage d’un gros câble sur touret jusqu’à l’entrée des Chaillets quelques 200m en contrebas.

La puissance à mettre en œuvre est assez faible et il n’est pas recommandé de laisser tourner un gros GE à vide. Nous mettons donc en place un équipement électrique (un aérotherme) qui permettra de mettre en charge le groupe à 25% minimum

Tous ces branchements et adaptations m’occupent une partie de l’après-midi.

Pendant ce temps, le reste de l’équipe s’occupe de transporter tout le matériel sur place

      

Petit à petit je vois donc disparaître: les 3 pompes, les 250m de câble électrique à installer dans le trou, les 150m de tuyau pompier et tout un tas de petits accessoires dans des caisses

  

Vers 17h30 Je suis prêt et mes collègues ont mis en œuvre le pompage dans la première partie de la voûte mouillante n°1

Démarrage du groupe. Il tousse, il fume…. et s’arrête. Nouvel essai, puis un autre puis encore… puis la batterie fint faiblir.  On insiste encore avec la batterie du 4×4 de Jacky mais rien de rien ! le groupe refuse de démarrer.  Bon, il est 18h00 il faut envisager un plan B.

De part le passé, nous réalisions les pompages avec des petits groupes GCPM que l’on disposait en contrebas des Chaillets au bord de la loue.

Nous ne sommes pas loin de Montrond et en moins d’une heure, 2 groupes électrogènes sont au bord de la Loue . Je vous passe les détails de l’accès dans la nuit par un chemin un peu chaud.

20h00 le pompage démarre.

Je me glisse jusqu’à la première voûte (histoire de bien mouiller mes habits secs.

Le niveau baisse assez vite et il est temps de repositionner la première pompe un peu plus loin dans la VM1 puis de déplacer la seconde pompe à l’entrée de la VM n°2.

Guy doit rentrer et ses collègues qui ont déjà pataugé une bonne partie de l’après-midi me laissent m’occuper de ce long réaménagement .

23h30. Tout est en place . En sortant, je vois que Jean Lou a eu la bonne idée de faire un feu.

On file se coucher.

Samedi 3 décembre au matin. Certains spéléos ont des obligations de club (AG du GSD et AG du GSAM)

Guy avait suggéré de démarrer le pompage plus tôt pour que le réseau soit accessible dès 8h00 du matin. Quel dévouement !

Il arrive donc sur place à 6h15 et démarre seul le pompage. Après un suivi attentif du pompage, il constate que le tuyau de la VM2 ne coule plus. il s’engage donc jusqu’à la voute n°2 pour repositionner la pompe qui avait fait un pli sur le tuyau

8h00 le réseau est ouvert et Guy attend les valeureux explorateurs dans la fraîcheur matinale ( -3°)

9h15. Personne n’est passé et Guy se prépare pour rentrer avec un premier groupe pour une grosse séance photo

Jacky Arrive et prend la relève.

10h00  Les équipes commencent à arriver.

Prudents, les spéléos descendent tous voir si le pompage est opérationnel puis ils remontent s’équiper.

Guy nous raconte sa sortie

Passer deux voûtes mouillantes au sec, quelle bonheur !
Dans la  première, nous croisons plusieurs grenouilles venues passer l’hiver au chaud.
Pour la seconde, la progression en mode « serpent » s’impose.

 Je repense avec émotion aux découvreurs qui, au mois d’avril 1992, ont eu le culot de forcer ce passage en prenant leur air dans le peu d’espace qu’il y avait entre l’eau et le plafond.

 Avec les encouragements de Mathieu, Franck négocie ce passage délicat.
Une fois l’accouchement terminé, la suite prend l’allure d’une très belle  récompense.
Avec nos éclairages désormais puissants, je redécouvre les beaux volumes de la galerie du Turbigot.

En amont de l’éboulis, les alluvions accumulés modifient radicalement le profil de la galerie et nous voici bientôt aux carrefours.

L’arrivée dans les avenues est le clou du spectacle.
Tout à l’heure serpent, nous voici dans la chaussée des géants !

 Notre séance photo se cantonnera dans ces volumes dont nous prenons bien la mesure grâce aux spots puissants. Ils contrastent avec les fines concrétions de gypse qui jalonnent le parcours.

 Mathieu et Florent qui y étaient déjà venu quand ils étaient adolescents redécouvrent les lieux avec un autre regard.

 Franck est aux anges et ne boude pas son plaisir.

Cette sortie est sans doute une des plus belles séances photo que nous ayons faite ensemble

En début d’après-midi lors d’une petite période sans surveillance des rejets d’eau, la pompe de la VM n°2 en profite pour lâchement se bloquer avec un caillou

En une 1/2, l’eau remonte rapidement et 2 équipes qui s’apprêtaient franchir les zones basses sont contraintes  d’attendre que le niveau redevienne bas

Pendant ce temps, une équipe ressort.

Damien est positionné avec son équipe avant la VM2. Il attend le bon moment

De l’autre côté, Jean Lou ressort avec son équipe .

Petit échange

Jean Lou à Damien   » Pourquoi il y a de l’eau dans la VM2 , »

Réponse de Damien « la pompe ne marchait plus » (que Jean Lou traduit par 🙂  « la pompe ne marche plus »

Ah greuu .Du coup Jean Lou s’engage rapidement pensant que le niveau remonte (alors qu’il baisse)  . « C’était chaud  » dit- il en sortant…

La famille Reilé pointe son nez quand l’équipe de Jean Lou ressort

Oh… ça mouille bien dit Pascal …

Au final, tout le monde semble content de sa sortie avec tout de même quelques commentaires croustillants à chaud : Denis Halliez « c’est plus de mon âge »  et Marion « il m’a dit qu’on se mouillait juste un petit peu »

.

Les jeunes nous donnent un bon coup de main pour ressortir tout l’équipement du trou

Tout le monde se propose pour remonter quelque chose jusqu’aux remorques. C’est bien sympa

Quelques petits déboires pour certains en ressortant du champs car la surface dégelée a transformé la zone en patinoire.

Heureusement, Jacky donnera un sérieux coup de main avec son 4×4

Retour au refuge et déchargement du matos .

Vers 20h00 tout est terminé.

Merci à tous pour votre participation et votre bonne humeur.

il n’est pas impossible que cette opération soit renouvelée aux beaux jours de 2017. Nous en reparlerons

Les photos ici

Bilan:

1 pompage qui semblait facile mais de nombreux imprévus ont corsé la manip.
Donc encore une belle expérience.
Nous avons révisé le type de pompe à mettre en oeuvre en raison d’un débit assez faible (moins de 10m3/h)
Environ 25 visiteurs malgré un temps un peu frais. 

Au final, le groupe CDS n’a pas démarré car les températures négatives n’étaient pas compatibles avec le fuel du réservoir (paraffine dans le filtre à gasoil) …

Opération a renouveler au printemps 2017

Christophe

 

Sortie au Vauvougier – 28 novembre 2016

Avec  Jacques, Thomas, Jacky, Jean-lou

Jacques étant de repos ce lundi, il me propose une sortie dans laquelle il souhaite faire de l’équipement.

Un petit mail à Thomas et Jacky, et nous voiçi quatre à l’entrée du Vauvougier, où Jacky n’avait pas remis les pieds depuis 15 ans lors d’un barnum du SSF.

L’équipement du puits d’entrée étant un peu spécial et acrobatique, j’équipe ce passage. pour la suite  c’est Jacques qui s’y colle, puits du Pendule et puits Asco, à la base duquel nous cassons une petite crôute.

Ensuite c’est à Thomas de prendre le relais pour l’équipement, jusqu’à l’étroiture où nous avions prévu de nous arrêter.

Beaucoup de chauves souris dans les plafonds; on dirait que la grotte a mis ses décos de noël. Les deux jeunes déséquipent jusqu’à la base du puits où je les attends pour prendre le relais.

Pendant ce temps Jacky remonte tranquille, sort et va se changer à la voiture.

A la remontée, superbe vision sur les arbres de la doline rougissants dans le soleil couchant (amis de la poésie bonsoir).

Retour à la voiture et déshabillage sous une bise bien glaçante.

Rangement et nettoyage habituel au refuge.

La relève est là, équipement et déséquipement en toute autonomie, je vais pouvoir prendre « une pré-retraite » l’esprit tranquille.

 

D’autres photos ici

Jean-lou

Sortie equipement à la brosse – 16 Aout 2016

p8182066

Peu avant le camp d’été, Jacky et Jean Lou avaient commencer le rééquipement des puits en prévisions de travaux à réaliser plus bas
Malheureusement, ils n’avaient pas eu assez de corde .
La séance du jour consiste donc à finir l’équipement des grands puits + planter quelques spits si besoin.
Nous sommes 2. Moi en Jean Lou
p8182067

Le système de détournement du ruisseau fonctionne très bien.

Nous prenons notre temps car les puits sont vraiment superbes, dans un calcaire très blanc.

p8182087 p8182094 p8182102

Nous en profitons pour faire quelques photos

p8182111 p8182115 p8182118 p8182122

p8182128 p8182137 p8182159 p8182164
La séance se termine vers 15h00

Combe Martin – Le 15 juillet 2016

Nous étions nombreux pour cette sortie .

P7151018
Jacky, jean Lou, Christophe, Thomas, Nicolas, Didier et Alexandre
Objectif du jour: Déséquiper le trou et ressortir les câbles électriques  (220V et ligne de tir) qui sont en place depuis…. de nombreuses années

Un bref historique:
P7151015P7151014dans les années 1990 le trou est ouvert par un club de Nancy, mais un éboulement comble à nouveau l’entrée. Quelques années plus tard, un inter club s’organise pour reprendre les travaux, mais rapidement il bute sur un cadavre de mouton. En 2006, à l’initiative de Karstic, un nouvel interclub très élargi se mettra en place. Après de long travaux le réseau et ouvert en 2007/2008.  Il faudra encore de nombreuses séances dont un exercice SSF 25 de désobstruction pour atteindre le fond actuel. Depuis cette époque, le gouffre est un peu tombé en sommeil, mais le club karstic projette de reprendre les travaux.

P7151019Ce samedi matin, le rendez vous est donné sur place
Pour une fois, c’est Nicolas qui est le premier et il s’inquiète de ne pas nous voir venir.
Le timing est serré, car ce soir,  moi et Jacky sommes chargés de faire un barbecue pour les plus de 40 personnes en stage au gite de Montrond.
Si on est en retard… ca va se voir !

Les équipes de forment:
Jean Lou et Nicolas partiront en pointe pour ré-équiper
Didier accompagnera Alexandre qu’n’est pas encore bien à l’aise sur corde
Moi et Jacky profiterons de la sortie pour réaliser une rapide levée topo.

P7151020P7151022Les équipes s’engouffrent dans la cavité vers 10h30
C’est bien, le ruisseau ne coule presque pas.
Après la petite échelle en fixe, la douche habituellement obligatoire se résume à quelques gouttes. Temps mieux !

P7151037Ca fait bien longtemps que je ne suis pas descendu. Si je me souviens bien, la dernière fois, j’étais avec le regretté Denis Michel. Il avait commencé un belle escalade  dans les puits du fond . (Elle reste à finir, mais… presque 10 ans après, il faudra changer les cordes !)

P7151039La topographie d’un réseau oblige à prendre sont temps et à aller fouiner dans les moindres fissures. La progression est donc lente, et on prend vite froid, mais après une sortie topo, le réseau n’a plus de secret pour nous.
Donc je redécouvre les belles cheminées et les gros aménagements de tête de puits qui ont été réalisés.
P7151040Dans le méandre, nous croisons les équipes qui remontent.Il nous reste encore pas mal de chemin à parcourir.
Les 2 derniers puits spacieux méritent bien d’être venu jusque là
P7151041.
La grande salle du fond est complètement fracturée. Le résultat est plutôt joli
Le plafond est parcouru tout du long par de grandes failles. Au fond d’un gros soutirage, un départ  se dessine, mais il y a encore du travail.
Au plafond, un lucarne semble correspondre avec l’escalade de Denis..P7151047

Le club Karstic a décidé de reprendre les travaux , et c’est temps mieux car il reste certainement des choses à découvrir. Et puis…. nous sommes à quelques pas du Mont Ratey, le potentiel de profondeur est loin d’être atteint . A quand la suite ?
les équipes ressortent vers 13h00 et nous abandonnent lâchement à notre sort de topographes.
Au retour, nous retrouvons Jean Lou dans les puits d’entrée. Tiens, sa combi a changé de couleur .
« Hé, les gars, ca fait 2 heures qu’on vous attend ! Je me suis ré équipé et je viens voir si tout se passe bien  »
Oui, tout se passe bien, mais on fait de la topo avec Disto X et pda + report direct de la cavité en plan et coupe. Ca prend un peu plus de temps , mais arrivés dehors, on peut directement voir le résultat et ça, c’est génial .
P7151051P7151077A la maison, il suffit « juste » de retracer les contours au propre, faire un peu d’habillage, exporter les données de Pocket Topo vers Visual Topo et hop c’est terminé !
Génial qu’on vous dit !

P7151079 P7151092 P7151091 P7151102

P7151103 P7151104 P7151105 P7151107 P7151108 P7151109

Un p’tit détour obligé chez les Barth pour faire compte rendu de notre sortie et prendre des nouvelles de Jean Jacques qui a voulu tester le monté d’échelle en tongs et la redescente sans les tongs (et en plus rapide) Des bleus partout, mais il nous accueille avec une bouteille de « derrière les fagots »  dont il faudra que je me procure un échantillon à l’occasion. !

P7151113

Retour à Montrond type top dans les temps et c’est parti avec Jacky pour presque 50 côtelettes et plus de 100 p’tites saucisses en tout genre.
Une belle journée
Pour une fois, en rentrant à la maison j’avais le sentiment de sentir le cochon grillé.
Ça change de l’odeur de chien mouillé !

Plus de photos ici

La  topo ici

Christophe

 

 

La Lésine du Champ Guillobot

Sentier karstique des Malrochers (2)Au départ nous étions 9 inscrits pour aller faire la traversée de la grotte de Milandre en Suisse (vers Delle)

La météo en a décidé autrement. Les trombes d’eau qui se sont abattues mercredi dernier sur le Nord du Jura ont en partie noyé notre rivière. L’A36 a même été coupée au Nord de Belfort… c’est tout dire.DSC08133

Après quelques échanges de mails pour trouver un plan B, on se retrouve à 5 devant l’église de Montrond dans le Jura. (Thomas, Benjamin, Jacky, Damien et moi)

Lésine du Champ Guillobot vers Montrond, Jura (2)Les plus vieux d’entre nous ont tous lu le bouquin de Pierre Minvielle « Grottes et canyons, 100 plus belles courses et randonnées » …. Les 2 trous qu’on veut faire sont dedans : La Lésine du Champ Guillobot et le Patu de la Fosse.

Damien a déjà fait la Lésine avec Jean Lou. Notre vétéran a d’ailleurs fait de la première dans ce trou qui était alors devenu le plus profond du plateau.Le barbu en haut à gauche, c’est lui et c’est en 1968 après Jésus Christ.Capture

Damien se charge d’équiper ce beau puits double de 38 mètres (d’abord oblique puis plein vide)
On arrive d’un seul coup au plafond d’une vaste galerie en diaclase très concrétionnée.Lésine du Champ Guillobot vers Montrond, Jura (7)Lésine du Champ Guillobot vers Montrond, Jura (8)Lésine du Champ Guillobot vers Montrond, Jura (1)

Celle-ci est longue d’une centaine de mètres.
On prend le temps de visiter et tout le monde se prête au jeu pour essayer d’en sortir quelques clichés. Les formations de calcite sont massives, parfois excentriques ou même en pile d’assiettes.Lésine du Champ Guillobot vers Montrond, Jura (3)
Sur les conseils de Jean-Lou, on ne fera pas le réseau inférieur très étroit qui ne présente pas beaucoup d’intérêt sinon la profondeur.

Lésine du Champ Guillobot vers Montrond, Jura (5)Par chance, il n’y a pas d’averses au moment de casser la croûte.
Les trombes d’eau surviennent ensuite, pendant le trajet voiture qui nous emmène vers le Patu de la Fosse .
Malgré le GPS rando et notre insistance à chercher, on n’arrive pas à mettre la main sur cette entrée de trou. Un chemin pourtant ancien ne figure même pas sur la carte ! on en déduit un mauvais pointage.Sentier karstique des Malrochers (3)a

Je propose un plan C : le sentier karstique des Malrochers situé à proximité. Il est situé dans une zone truffée de trous. Il s’est fait sur le modèle de celui de Merey sous Montrond qui est le plus ancien.Sentier karstique des MalrochersSentier karstique des Malrochers (1)

 

 

Le parcours parfaitement plat est ponctué de cavités et dolines rocheuses aux formes très variées. Certaines sont remarquables.Sentier karstique des Malrochers (4)

Et voilà, les aléas de ce printemps pourri nous obligent à avoir de l’imagination et à accepter que notre insistance à trouver un trou ne paye pas à tous les coups.

Guy le 12 juin 2016

Sortie au Biefs Boussets

P3260605

Nous sommes quatre au refuge ce matin là, pour une sortie décrassage, Anne-Sophie, Virgile, Jacques et moi.

 

Notre choix se porte sur les Biefs, grande classique qui permet de revoir toutes les techniques de progression, puits ramping opposition …

P3260606C’est le week-end de Pâques et j’imagine que nous ne serons pas les seuls dans cette cavité.

Gagné ! une demie douzaine de voitures sont sur le parking, un petit groupe fini de s’équiper quand nous arrivons.

P3260585A mon grand soulagement, ils sont tous ensemble et il n’y a qu’un équipement dans les puits.

J’équipe et les copains suivent.

Un petit casse-croûte à la salle de décantation et nous attaquons la suite, nous nous arrêtons à la salle Machin, Anne-Sophie n’étant pas au mieux de sa forme, nous n’irons pas plus loin. P3260574Jacques lui, n’était jamais venu jusque là, il avait 10 ans lors de sa dernière sortie aux Biefs.

Retour tranquille et sortie sous un beau soleil.

 

 

P3260617Nous allons jeter un coup d’œil à la perte amont des Biefs que les copains ont commencé à désobstruer l’an dernier, les crues ont bien nettoyé, c’est propre, ça s’écoule bien, le chantier peut continuer.

 

Jean-lou

 

Toutes les photos ici

Excursion à la Légarde

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

N’ayant pas pu me libérer pour l’assemblée générale, il était inconcevable que je loupe la réunion du comité directeur du nouveau président Guy et la  traditionnelle sortie spéléo qui précède.

P3120559 (3)Donc, rendez-vous est donné samedi 12 mars à 09h30.
A mon arrivée, je découvre 2 têtes inhabituelles qui semblent être là pour la sortie . Il s’agit de Thomas et Benjamin arrivés en famille et qui discutent  avec Jean-Lou et Roland.
Pour mon plus grand bonheur, je découvre qu’ils sont inscrits au club depuis peu et qu’ils se forment actuellement au sein de l’EDS (Merci Alex!)
Ils ont déjà participé à des sorties club dans des cavités exceptionnelles du département , mais je n’étais pas de la partie
Dommage que nos « vieux jeunes » (Anne Sophie et Virgile) ne soient pas venus nous rejoindre .
En tout cas, nos « vieux vieux » sont bien présents et fidèles mais la moyenne d’age baisse encore avec ces nouvelles recrues.

P3120478P3120477Après une rapide présentation pour moi, Jacky  arrive. A l’abri du vent froid, nous faisons un peu le point sur les sorties que Thomas et Benjamin ont déjà réalisé.
Avec à leur actif les cavottes réseau inférieur, Ouzène, ils sont prêts pour une belle sortie un peu verticale. La décision est prise, ce sera le gouffre de la Légarde à Hautepierre le Chatelet, il est assez « simple » et très beau.

Après avoir préparé les kits, du moins fait préparer les kits par Thomas et Benjamin (dans l’unique but de les former bien sur), nous voici parti à 2 voitures

Nous arrivons sur site vers 11h00 et décidons de manger au soleil dans les champs enneigés, Un petit vent bien glacial  nous oblige toutefois à manger et nous changer assez rapidement.

Jean-Lou part devant afin d’équiper le trou . P3120486Je lui emboîte le pas. Thomas et Benjamin descendent encadrés par Roland et Jacky qui eux ferment la marche. La descente des puits se fait tranquillement dans un rythme qui permet aux deux jeunes de faire leurs manipulations  dans un esprit  serein. P3120503Une fois tout le monde rassemblé au bas du puits de 70 mètres, nous partons découvrir ou redécouvrir cette jolie salle . il s’en suivi une série de quelques photos originales ou du moins qui se veulent originales !

 

Ensuite c’est le moment de remonter, Jean-Lou part devant suivi de Thomas, Jacky, Benjamin,Roland et moi qui déséquipe

P3120510    P3120508  P3120511

Tout ce petit monde remonte à son rythme et il est 16h45 quand je sors la tête de ce beau gouffre impressionnant par ses volumes de puits. Après un café bien chaud (merci Jean Lou),

P3120529 (2)nous repartons pour Montrond. Sur le chemin du retour, je demande leurs premières sensations aux deux jeunes.  Thomas a beaucoup aimé. Benjamin,  plus nuancé à eu cette petite phrase   « Si c’est ça un trou simple alors j’arrête la spéléo !! » Mais bon, pour finir la journée de façon conviviale nous nous arrêtons à Ornans pour boire un coup.

 

Voilà encore une belle sortie dans une super ambiance
Je tiens vraiment tirer mon chapeau à Jean-Lou et Jacky car ils ont une super pêche pour leur « grand âge » et aussi remercier tout particulièrement Jean-Lou pour son plaisir intact à encadrer et former les jeunes depuis très longtemps
je sais de quoi je parle : ça fait 24 ans qu’il m’encadre et me forme ! Ou le contraire qu’il me déforme et ne peut plus m’encadrer !!

 

 

P3120548 (2)Participants : Jean-Lou, Jacky, Roland, Thomas, Benjamin, JMarc

TPS : 5 heures

Jean-Marc

 

Les autres photos ici