Archives mensuelles : mai 2019

La fissure à DéDé – Suite

Le 3 Mars avec Jean Marc nous avions engagé une petite désobstruction dans un trou souffleur

Ce samedi 18 Mai, il n’y a pas grand monde de dispo pour une séance désob ..
Oufs, un p’tit message de Nat .  » moi je peux venir mais ca ne sera que l’après midi »

aller, va pour un après midi désob.
Le trou à DéDé ou trou à Jean Lou est idéal pour une petite séance.
Il y à Nat, Clément et moi et nous ne sommes pas trop à 3 pour porter le matériel.

Nat trouve la zone d’entrée un peu étroite pour travailler et nous commençons par élargir  l’entrée.
Rapidement on aperçoit quelque chose comme un méandre et on poursuit l’élargissement dans la faille coté aval.
La suite est maintenant bien visible mais c’est étroit et nous ne sentons toujours pas de courant d’air (Temp extérieure: 15°)

A suivre

Christophe

Mesures de débit dans le ruisseau de la Vieille Folle

 

Le GIPEK (groupement pour l’inventaire, la protection et l’étude du Karst) travaille sur la modélisation des informations hydrologiques du Verneau. Pour ce faire, il est nécessaire de collecter des informations. De nombreuses sondes de mesures judicieusement positionnées enregistrent actuellement les données en  continu dans et hors du réseau. En complément,  il est nécessaire de recouper et compléter les informations avec des mesures ponctuelles sur le bassin d’alimentation dans des périodes très actives.

 

Mercredi 8 Mai 2019.
Il y a Thomas, Nat, Jean Pierre (Sipteurs Fous) et moi.
En matinée, nous sommes allés faire un tour dans la grotte Est du Creux Billard (article ici)
Cet après midi il fait mauvais et un gros épisode  pluvieux est annoncé. Le ruisseau de la Vieille Folle est en crue. Le temps est donc idéal pour réaliser une mesure de débit.
Cette manip va servir de formation à Thomas qui se chargera d’en réaliser d’autres.
(dans l’ombre,Guy déjà beaucoup donné pour l’acquisition de données par mesure de salinité dans ce secteur).

 

 

Le protocole de mesure est simple mais précis : Mise en place d’un enregistreur de salinité dans le ruisseau. Injection d’un volume de sel précis plus en amont au niveau du pont sur le chemin.
Enregistrement de la courbe de restitution (il faut savoir être patient) et stockage des données pour un recoupement plus tard avec les sondes en place.

A terme, il sera donc vraisemblablement possible de visualiser en temps réel les niveaux d’eau dans le Verneau à l’instar de ce qui a déjà été réalisé par les Spiteurs Fous pour le réseau Pontet : faux monnayeurs  (voir ici)

Le travail d’acquisition ne fait que commencer et il va encore s’étendre sur de nombreux mois Ensuite il restera un gros boulot d’analyse d’interprétation puis de modélisation.avant la mise à disposition des résultats.
L’enregistreur de salinité est mis à notre disposition par la DREAL Franche Comté.

D’autres photos ici

Christophe

Redécouverte des Ordons !

SORTIE du 16 Mai 2019

Les Ordons

Hervé Perton avait pris rendez-vous auprès de moi il y a quelques temps déjà pour une sortie aux Ordons.

Il faut dire que la dernière fois qu’il y était descendu c était très peu de temps après que le GCPM ait fait la première.

Je parle de cette sortie à Xavier et i se joint à nous car il n’y est pas retourné depuis le grand nettoyage de printemps réalisé par le club

Nous nous retrouvons au refuge pour préparer le matos, tout ça tient dans un kit.

Arrivés sur site, Xavier équipe, Hervé suit et je ferme la marche.

Descente sans histoire, nous parcourons la galerie. Xavier admire la nouvelle propreté des lieux et le récent balisage nettement plus efficace que l’ancien qui était devenu une référence au niveau national de ce qu’il ne faut pas faire.

Hervé lui n’est pas surpris, il faut dire entre ses deux sorties il n’est pas passé par la case saleté.

A la remontée il en bave un peu ce qui est compréhensible quand on sait qu’il ne fait qu’une sortie par an.

De retour au refuge, il nous montre une magnifique copie d’arbalète du moyen âge.

Il donne rendez-vous à tout le monde pour les journées du patrimoine qui auront lieu à Montrond.

Une journée à thème sur le moyen âge avec des activités diverses, tirs à l’arc, à l’arbalète et frappe de monnaie d’époque entre autres….

D’autres photos ici

J.lou

Grotte Est du Creux Billard – 8 Mai 2019

Dans le cadre d’un sortie ouverte, Thomas propose d’aller faire un tour dans la grotte Est du Creux Billard. Cette cavité est assez peu voire rarement visitée.

Petit message sur la liste Gipek, et nous nous retrouvons à 4 pour cette sortie.
Il y a Jean Pierre Villegas, Natanaël, Thomas et moi.

L’entrée de la grotte se situe en falaise environ 30m au dessus du niveau d’eau du creux billard en étiage. Depuis plusieurs années, un équipement est en place et il permet un accès facile à la cavité. Les cordes sont vieillissantes et par précaution, Thomas préfère rééquiper le dernier jet  (depuis le bas) 15m plein vide .

Nous profitons de l’occasion pour mettre à jour le pointage de la cavité dont les coordonnées ne sont actuellement pas très précises, mais les falaises perturbent les signaux satellites et les nouveaux points GPS relevés sont encore faux.

Dans le passé, cette cavité était vraisemblablement en relation avec les galeries de la grotte nord et d’après  la topographie, il manque environ 30m de réseau pour réaliser une jonction.

Le réseau présente de belles formes d’érosion sur le parcours.
Après une escalade équipée de  5m, le concrétionnement obstrue rapidement la suite.
On trouve quelques traces de désobstruction infructueuses.

D’autres photos ici

Christophe

 

 

 

A la Légarde !

La Légarde le 11 juillet 1937 par P.WEITE (collection Claude PARIS…Merci Claude )

Thomas lance une « invit » interclub GSD-GCPM …on se retrouve à …2 !
No problème, si on s’arrête à la trémie, le nombre est suffisant pour embarquer les kits de cordes.
Du coup, j’ajoute un peu de poids pour tenter quelques images.
Quand à mon acolyte, il a une idée derrière la tête : il avait repéré un frottement à 3 mètres du bas du P30. Son objectif est d’emmener un perfo et de la cordelette Dyneema pour ajouter une déviation à cet endroit.
A mesure qu’on s’approche du trou, je me rends compte que les sapins sont très hauts. Quand j’ai visité ce gouffre la première fois (voilà 40 ans) ils étaient à peine plus hauts que moi !

Voilà 110 ans que cette belle classique fut explorée par Mr Virieux et ses compagnons. (Mr VIRIEUX était un contemporain et ami d’Eugène Fournier). En dévalant ces verticales dont les hauteurs vont crescendo, je me dis qu’il fallait être sacrément courageux pour descendre à -130 mètres comme ça, compte tenu des moyens de l’époque.
La photo monochrome du début du CR  immortalise une expédition réalisée 28 ans plus tard (en juillet 1937),  conduite par Pierre WEITE. ( Merci à Claude PARIS du GSAM)Dans le grand puits de 42 mètres, on a une pensée pour la spéléo belge Viviane qui, en février 1998, fit une chute mortelle en ces lieux suite à une mauvaise manip.

Ce qui est bien à la Légarde, c’est cette ambiance de cathédrale souterraine dans laquelle on reste finalement assez près de la roche.
L’acoustique est bonne, on n’est pas obligé de gueuler pour communiquer.

A – 71, Thomas sort son perfo allemand flambant neuf pour créer un mini-tunnel afin d’y faire passer de la cordelette … Au bout de 10 petites minutes, je comprends en voyant les yeux pétillants et vifs de mon jeune collègue que l’opération est réussie : plus de frottements !

Après avoir cassé la croûte sur la trémie, on tente quelques  photos depuis la base du grand puits. 2 flashs sont pendus au fractio et envoient plein pot en contre jour pour faire ressortir Thomas. Sur certains clichés , mon modèle à carrément pris feu !! Au final, on en a quand même une de bonne avec en prime , la perspective de la hauteur du puits.

La remontée se fait doucement car nous sommes chargés.(surtout Thomas !!)

Dehors, surprise, les pissenlits blanchissent à vue d’oeil car il neige abondamment (nous sommes un 4 mai ! ) on croise des vaches un peu hébétées qui doivent se demander ce qui arrive !

Et voilà une belle sortie décrassage pour bien se préparer au brevet d’initiateur qui approche à grand pas….

Nettoyage des Ordons

(Participants : Christophe B, Christophe R, Jean-Marc, Julien, Jacky, Damien, Gauthier, Nathanaël, Clément, Gérard, Dominique, Jean-Noël, Olivier, Jacques, Jean Lou et Guy)

Le gouffre des Ordons a été exploré par notre club il y a 28 ans (le jour de l’AG, en janvier 1991).
Du fait de sa fréquentation, la cavité a déjà bien souffert. Les concrétions ont perdu de leur brillance originelle. Les salissures dues aux passages répétés sur et hors cheminement ont fini par défigurer cette cavité si belle au moment de sa découverte.
Et puis il y a l’aspect terni des concrétions. Les lampes à carbure (qui n’existent quasiment plus aujourd’hui …) y sont probablement pour quelque chose.
Il est vrai également que le cheminement qui avait été confectionné « à la va-vite » avec des rubalises, n’était pas des plus gracieux. Quand il était posé à même le sol, il disparaissait rapidement dans la boue. Quand il était « hors sol », il saucissonnait allègrement les concrétions.
Cela fait un bout de temps que nous déplorions cette situation sans pour autant trouver de solutions …et puis un jour, il y a eu un déclic : le karsher !
En y réfléchissant, on s’est vite rendu compte que cette technique pourrait être tout à fait adaptée à ce gouffre. On est soit sur la roche en place, soit sur de la calcite. On est toujours debout pour nettoyer et jamais à l’étroit. De plus, on a le dénivelé des puits pour avoir une pression supérieure à celle d’un robinet. On a le 4X4 de Jacky pour acheminer le matos au plus près et un tracteur pour apporter l’eau sur place. Dernier point qui n’est pas des moindre, on a au GCPM, nombre de spéléos qui seraient facilement partants pour ce genre de chantier.
Dans les points négatifs, nous n’avons aucune expérience en la matière… c’est un peu l’aventure.
Quand on en parle au CDS pour une demande de subvention, l’idée est accueillie plutôt positivement et trouvée originale.
Sur internet, on voit des vidéos efficaces où l’on passe le nettoyeur à haute pression sous terre.
Dominique nous trouve un article très bien fait qui traite du sujet dans un Spelunca (n° 86, année 2002, pages 12 à 19). Dans le paragraphe consacré à la confection du cheminement, on y parle d’ailleurs des Ordons, …. l’exemple à ne pas suivre !
Tout cela ne fait que nous conforter dans notre motivation : Ca va marcher !
Je contacte Roger Lutz, un des spéléos à l’origine de la découverte de la Baume du Coudrier. Il nous donne de bons conseils pour ce qui est de la confection du cheminement.
On rassemble petit à petit tout le matériel nécessaire : tuyaux d’arrosage, embouts, karshers, cuves cubiques de 1000 litres, câbles et rallonges électriques, pulvérisateurs de jardin…
En bricoleur hors pair, Jacky confectionne les piquets du cheminement et prépare la grosse tuyauterie qui va aller des cuves jusqu’à la base des puits.
Avec Jacky, on met tout ça en place pour que tout soit prêt au jour « J ».
La première journée, nous sommes une dizaine de volontaires présents. La journée débute mal avec un groupe électrogène qui donne des signes de faiblesse dès le matin…Pour couronner le tout, les branchements électriques ne fonctionnent pas (mais quand on les connecte correctement, ça va forcément tout de suite mieux !)
Au final, le groupe tiendra quand même toute la journée avec 2 nettoyeurs fonctionnant en même temps.
Nous avons des talkies walkies qui nous permettent de communiquer avec la surface depuis la base du P18.
Pour ne pas se gêner, on commence par nettoyer depuis le fond tandis que l’on met en place le nouveau cheminement à partir de la base des puits.
Les effets des nettoyeurs à haute pression sont spectaculaires car la saleté présente sur les concrétions s’en va facilement.
Certaines concrétions sont plus sales que d’autres ; il s’agit d’argile ou alors de traces noirâtres.
L’action de nettoyer devient vite addictive…ceux qui tiennent la lance ne sont pas pressés de passer la main.
C’est un travail de fourmis mais petit à petit, se dévoile sous nos yeux une nouvelle cavité.
A la fin de la première journée, les 2 équipes se rejoignent vers les concrétions « tam-tams » qui trônent au milieu de la galerie.
Pour la seconde et dernière journée, nous sommes encore plus nombreux (une bonne douzaine de spéléos). Avec un groupe électrogène puissant et en bon état, nous pourrons brancher 3 karshers en même temps. En fait, ce sera le calibre des tuyaux d’arrosage qui deviendra notre nouvelle contrainte.
Dehors, il fait beau. Certains ressortent pour casser la croûte mais on s’arrange pour que les karchers tournent en non-stop.
Une grille métallique est installée au début de la randonnée souterraine tandis que Jacky fixe une pancarte de sensibilisation au respect des lieux juste au-dessus du P18. (Une pancarte définitive prendra sa place et sera écrite en 3 langues.)

 

Quand nous finissons le nettoyage, la nuit n’est pas loin de tomber et il nous faut encore remontrer tout le matos. La journée se finira bien tard dans le local matos du club.

Pour ce chantier, nous aurons consommé près de 7500 litres d’eau ; Nous aurons planté quelques centaines de  piquets métalliques et déroulé quelques longueurs de fil de clôture.
Nous en avons profité pour aménager le ressaut proche du fond afin d’éviter de trop le salir.  En voici le CR de Jean Lou et Jacky :

Brochage aux ORDONS

Après les 2 séances de nettoyage aux Ordons, il avait été envisagé de poser quelques «marches » pour faciliter un passage glissant , peu aisé, les spéléos le franchissant avaient tendance à bien frotter contre les parois salissant celles-ci.

Jacky avait pris des mesures en vu de fabriquer quelques marches genre via ferrata.

Nous nous sommes donc donné rendez-vous au refuge pour poser ces dernières.

En place sur site nous réfléchissons « un peu » à la meilleure manière de poser les 4 marches et les 2 poignées que Jacky a réalisé. En plus il a concocté des gabarits de perçages très ingénieux avec écartements réglables facilitant grandement la pose .Je perce les trous et les nettoie ,Jacky les scelle à la résine.

Tout ce travail nous prend bien 2 bonnes heures, après avoir nettoyé du mieux que l’on pouvait, toutes les traces de résidus liés au perçage.

Nous ressortons au soleil  nous boire une petite bière bien méritée

Les photos de ce chantier  ICI

Le lien d’une vidéo montrant l’efficacité des nettoyeurs à haute pression :  https://www.youtube.com/watch?v=1Xs6H5yeazw&feature=youtu.be

On espère bien que l’attitude des visiteurs va évoluer :
– Pour commencer, éviter de descendre avec une combinaison sale.
-Bien sûr, respecter le cheminement (on a trouvé des traces de pas dans des endroits improbables)
-Pour les groupes encadrés, sensibiliser les nouveaux visiteurs à la protection de ces lieux fragiles.
-Ne pas toucher les concrétions ! Ça laisse toujours des traces