Verneau : trop d’eau !


Texte raconté avec la plume de Xavier Blanchard

Nous étions 8 au total pour cette traversée du 18 novembre 2017: Guy, Damien, Gauthier et Florent DECREUSE, JLou THOLLON, Etienne PERREAUX,Thomas JOUNIN et moi.

Après prise de météo, observations des débits du verneau à NANS SOUS ST ANNE, vérification du manteau neigeux quasiment intégralement fondu, j’ai décidé de maintenir la traversée.
Objectif : rentrer à 07h00 aux Biefs et faire la traversée en 15h voire 20h maxi si certains ont un peu de mal. Les vivres sont largement pris en conséquence, et nous savons que de la pluie en petite quantité est annoncée à compter de dimanche matin. Vu la sortie dans les biefs le WE précédent, je table plutôt sur moins de 15h.
Nous rentrons sous terre à 08h00.
J’allume ma SCURION, elle a du s’allumer dans mon sac la veille et je pars avec 10% ! (C’est un signe?) Tant pis, j’ai une pile 9V de secours, une lampe de secours et mon éclairage acétylène + bite carbure au cas ou.
On poursuit, une sangle de ma betelle de kit casse ! (C’est un signe?). Je répare, on poursuit.
On arrive rapidement au siphon des Patafouins. On se divise en 2 groupes : 6 passeront le siphon en apnée avec tous les kits et Jlou et Guy passeront par le P40.
Je passe le siphon, et là surprise, la voute mouillante qui suit siphone ! (C’est un signe?)
On fait demi tour, et Etienne s’essaye quand même 2 fois au passage du siphon. Quel courageux !
On envoie vite du monde prévenir JLou et Guy. JLou en apprenant que ça siphone fonce au tube en U.
On remonte tous le P40. Même moi qui m’étais juré de ne plus le monter en néoprene avec 1 kit, je le remonte avec 2 kits !
En descendant les puits, je rencontre JLou qui me dit que c’est compromis, vu le niveau d’eau au tube en U, et on convient que je parte me rendre compte pour décider de la suite.
Arrivé au tube en U, il reste 10 cm d’air au plafond! (C’est un signe? Euh, la OUI !)
Brève réflexion :
1- peu de marge de manœuvre au tube en U
2- si on poursuit, on est pas sur que le passage du laminoir argileux équipé de corde en plafond soit franchissable
3- si on fait demi tour, avec la fatigue, le reste de fonte des neige qui n’empêchait pas la décrue, mais pourrait s’ajouter à la pluie annoncée, qui sait-on jamais, pourrait arriver plus tôt, pourrait empêcher au retour le passage du tube en U, sans compter la longueur de la sortie dans ce cas.
Je remonte donc voir JLou et le reste du groupe pour confirmer l’abandon du projet de traversée.
Tout le monde est dégoutté, mais tout le monde convient que c’est la sage décision, surtout que notre bonne vitesse de progression nous laissait penser que nous pourrions sortir en 12/13h.
Du coup, chacun reprend son kit et on remonte tranquillement, se faisant une bouffe au Patafouins (ça creuse sérieusement), puis pause en bas des puits des biefs pour enlever les néos, puis petite bouffe chaude à la salle machin. C’est pas qu’il faisait faim, mais fallait bien un peu consommer toutes nos victuailles et les 3 litres d’eau chacun qu’il nous reste encore ! On poursuit et nous ressortons entre 18h15 et 19h00.
Durée de la sortie : 11h
Durée estimée de la traversée si elle avait été possible : 12h/13h
Débit d’eau dans le Verneau à 08h00 à l’entrée : 0.320 m3/s
Débit d’eau dans le Verneau à 12h00 lorsque j’étais au tube en U : 0.290 m3/s
On avait constaté une légère montée du débit dans la nuit, que j’attribue au reste de la fonte des neiges la veille, qui probablement influe davantage sur le débit lorsque celui ci est bas, puisque il n’y en pas eu avant, alors qu’il y a eu de la fonte de jour.

L’équipe ne peut que se féliciter d’avoir fait l’équivalent d’une traversée (car remonter les biefs, c’est quand même quelque chose), mais en prenant soin de sa sécurité. Peut-être une prochaine fois…..
En plus, je vous raconte pas les réflexions à la con (A ben le méandre, heureusement qu’on le passe qu’une fois en descendant ! ou autres) qui nous reviennent en tête.
Ca reste le Verneau le patron !

PS : j’ai même pas changé l’accu de la SCURION qui a tenu le coup toute la sortie. C’est cher mais ça assure !
Xav

Continuer la lecture

Les Biefs Bousset – Sortie du 11 Novembre 2017

Avec Guy, Florent, Gauthier, Thomas, Xavier, Damien et Jean-lou

Sortie décrassage en vue de la traversée du Verneau le 18 Novembre.

L’équipement des puits était en place depuis la veille, ce qui fait gagner du temps en progression. La météo n’est pas au mieux de sa forme, petite pluie + grand vent + froid, le temps idéal pour se mettre à l’abri sous terre.

Nous ne sommes pas seuls, un groupe d’une dizaine de parisiens avec leur guide sont en initiation, nous les doublons dans le puits d’entrée.

A peine d’eau dans le laminoir à la base des puits, la veille il n’y en avait pas du tout.

Progression sans problème jusqu’à la salle machin, objectif ….. pour cette sortie.

Quelqu’un propose de pousser jusqu’à la base des puits, ce qui est fait, niveau d’eau normal aux voutes mouillantes.

Au retour collation salle machin avant d’entamer la remontée.

Nous retrouvons nos parisiens en train de casser la croute à la base du petit ressaut de 3m.

Là je me rends compte que ça coule beaucoup plus qu’à la descente, la couleur de l’eau est noire comme du café, mais hélas l’odeur n’a pas la même qualité (purin ou pire).

Dans le laminoir, l’eau a beaucoup monté, je demande que l’on passe un message au groupe en initiation pour qu’il remonte rapidement car une petite crue se met en place.

Dans la succession de puits, ça cascade beaucoup et on se fait rincer et pas par de l’eau pure…
Je sors rapidement avec Xavier pour modifier l’équipement du puits d’entrée, si celui-ci devient actif. Pour l’instant pas encore.

Je vais voir la perte amont qui se remplit rapidement, quand Thomas sort il me dit que la perte est déjà remplie sur 5 m. Heureusement que les copains ont bien bossé dans ce trou, je pense que sans leurs travaux on se prenait une crue dans le puits d’entrée.

Tout le monde chez nous est sorti, il ne reste que les parisiens, nous attendons un bon moment mais gelés, nous allons nous changer aux voitures. Là il fait un vent glacial, et c’est avec plaisir que nous retrouvons nos habits secs. Nous restons sur place en attendant la sortie du groupe en allant plusieurs fois vérifier les niveaux de la perte.

Quand ils sont sortis sans trop d’encombre, nous partons enfin avec la perspective idyllique d’une douche bien chaude.

Jean-lou

Continuer la lecture

Sortie du 4 novembre 2017

Le Cul Rond

Jacky, Thomas, Jean-lou
Nous nous retrouvons tous chez Thomas pour aller sécuriser la perte ? Ou résurgence ? Du cul rond à Eternoz.
Il faut dire que c’est très proche d’un site de pic-nic où les risques de chutes de personnes ou d’animaux ne sont pas à écarter.
En deux heures le travail est terminé (pose d’un grillage sur des fers à béton).
Jacky viendra finaliser le travail par quelques soudures.

content !
Pas Content !

 

 

.

 

 

 

Lachenau le retour (ter)

Pendant que Thomas emmène Jacky visiter le site des Chandeliers, je rentre à Montrond préparer le matériel pour aller à Lachenau continuer à poser des spits.
Les copains arrivent vers midi est nous cassons une petite croûte au refuge avant d’y aller.
Je pensais qu’une dizaine de spits suffisaient pour terminer le travail, mais le rééquipement est plus complexe que prévu.
Le temps passe et Jacky commence à attraper froid, nous décidons d’en terminer là pour aujourd’hui.
Il reste un puits à rééquiper dans une future séance, retour au soleil et nettoyage du matos au refuge.
Il faudrait prévoir aussi une protection sur la sortie du puits d’entrée pour supprimer un frottement sur une arête rocheuse, la roche étant très délitée à cet endroit interdit la pose de spits.

Jean-lou

Continuer la lecture
Fermer le menu