Séance bain de boue

Samedi 25 Mars 2017
Nous étions 4 :  Thomas, Jacky, Jean Lou et moi

Objectif, aller faire un tour à la résurgence de la Dèche
L’entrée basse est assez grasse. Nous irons cet après midi car ce matin, nous souhaitons tester la prospection à l’aide d’une caméra thermique que nous avons en prêt pour ce week-end

Direction Flagey pour une petite ballade dans la vallée sèche au droit du réseau de Chauveroche.
Nous visitons toutes les failles et dolines environnantes à la recherche de courant d’air.
Après quelques heures, nous ne trouvons rien.
En désespoir de cause, Jacky veut voir s’il est possible de de visualiser un courant d’air chaud avec une caméra thermique. « Démarre ta voiture » me dit-il.  » Je vais essayer de voir ce qui sort du pot d’échappement » . Bon, on distingue rapidement le pot d’échappement qui monte en température, mais il n’est pas possible de visualiser les gaz d’échappement.
L’expérience n’est donc pas vraiment concluante.
il faudra renouveler le test sur des entrées de trou genre Baudin !

Après midi; nous voici à pied d’œuvre au bord de la Loue pour faire de la première.
C’est Thomas qui a découvert le trou. Il lui revient donc l’honneur de passer devant.
C’est parti pour une bonne séance de bain de boue.
Rapidement, le passage est étroit et il faut complètement s’immerger dans la boue pour progresser.
Après 15mn d’effort intense, Thomas a progressé de … 2 bons mètres …
Je prends la relève pour avancer encore d’un ou 2 mètres.
Le plafond se rabaisse et la zone devient vraiment sélective. En forcant un peu, ça finit par passer.

Après plusieurs relais entre Thomas et moi, nous finissons par progresser de 6m.
La suite semble plus confortable, mais nous pataugeons depuis plusieurs heures et nous sommes un peu cramés. Jacky pense qu’il ne passera pas le passage étroit, il préfère ne pas s’engager. Jean Lou quand à lui, a bien précisé qu’il nous accompagnait, mais que ce type de désob n’était vraiment pas son truc.
Bon, on arrête pour aujourd’hui
Grosse séance de nettoyage dans le loue et retour au gite.

La vidéo :

A suivre donc….

Christophe

Continuer la lecture

Ballade photo à la Baume de Gonvillars

Gérard se propose de nous inviter, Franck et moi-même, pour une sortie photo à la rivière souterraine de Gonvillars.

Il y est déjà allé de nombreuses fois (quand il était encore jeune !) pour y accompagner des groupes.
Cette cavité, à cheval entre le Doubs et la Haute-Saône fait partie du réseau de la Sapoie Amont et développe 7400 mètres de galeries au total.

 

L’accès au collecteur est rapide et aisé (une dizaine de minutes).

Après l’avoir parcouru sur quelques centaines de mètres, dans une ambiance aquatique à souhait, le niveau d’eau dépasse largement celui des bottes.
Avec notre matos coûteux qui ne supporte pas l’humidité, nous décidons de rebrousser chemin et faisons les photos sur le chemin du retour.

 

Il y a de la place et nous ne nous gênons pas. Le matériel de Franck celui de Gérard sont différents ; les photos réalisées n’en seront que plus complémentaires.

La roche est bien sombre mais nos trois spots leds sont largement assez puissants pour mettre en lumière les galeries.

 

 

 

Une fois dehors et après à cassé la croûte, il nous reste un peu de temps. Nous décidons d’aller voir la résurgence du réseau, située 7,3 km au SE , sur la commune de Lougres.

 

 

Ma tablette fait des siennes mais on réussit tant bien que mal à localiser la fosse de Montenois.

Franck avait remarqué sur Basekarst qu’il y avait 2 arches au-dessus de cette doline rocheuse. Le site est remarquable.

 

 

 

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons à l’Isle sur le Doubs, pour aller voir la source du Lavoir, situé en pleine ville, en rive droite du Doubs. Renseignements pris, ce lavoir serait unique en Franche Comté et il mériterait donc d’être sauvegardé.

 

 

 

Cette ballade karstique « hors secteur »  nous aura conquit tous les trois. Rien  à voir avec nos contrées escarpées mais le sous- sol y est tout aussi intéressant.

Guy le 26 mars 2017

 

Continuer la lecture

Grotte de Captiot – Dimanche 12 Mars 2017

http://www.dailymotion.com/video/x5en67t

Le but de cette journée était, pour Alicia et Pierre, de faire une exploration proche de chez eux, pour Dominique (ex spéléo du club Graylois) de refaire une classique souvent visitée, et pour nous, de découvrir cette grotte connue que de nom.

Nous nous étions donné rendez-vous à 11h30 sur le parking de la grotte.

Après un copieux pique-nique où chacun avait apporté sa contribution, nous prenons le chemin d’accès à la cavité.

L’exploration démarre à 13h30. Un petit ruisseau se jette dans la grotte et nous donne une idée de ce que sera l’ambiance souterraine.

Arrivée devant le premier puits, Alicia s’occupe de l’équipement. Quelques instants plus tard, c’est plus ou moins trempés que nous attaquons les premières galeries basses. Ensuite, c’est la progression dans un superbe méandre très sinueux, avec des croisements incessants entre le réseau actif et d’anciens passages fossiles. Arrive un carrefour ou nous choisissons le ramping. Suivent quelques oppos assez aériennes et nous parvenons au sommet du P13. Jean-No et Dominique partent en éclaireurs pendant que nous autres, attendons le verdict. Quelques sculptures en terre glaise furent réalisées pour passer le temps (Art primitif).

Finalement, la visite s’achèvera là : L’équipement étant trop vétuste et insuffisant pour nous permettre de rejoindre la « voie romaine » (que trois spits à moitié bouchés)

Au retour, tout le monde repart dans la galerie du ramping, sauf Jean-No qui essaie sans trop y croire la petite galerie active.

Celle-ci s’avère pourtant beaucoup plus simple, plus courte et sympathique que l’ennuyeux ramping !

Lors de la remontée du puits, Pierre est surpris par une petite crue aussi subite qu’inattendue, qui ne sera pas sans rappeler une certaine chute de neige à Ouzène.

 

A la sortie, mouillés pour mouillés, nous profiterons de la cascade pour nous rincer un bon coup.

Pour conclure, nous avons tous bien apprécié cette classique haute-saônoise, en regrettant toutefois l’équipement plus que sommaire qui ne nous a pas permis de poursuivre l’exploration.

Merci à Corinne pour le texte et Pierre pour la vidéo

Toutes les photos ici

Continuer la lecture

La Légarde – 11 Mars 2017

Nous étions 4 ce samedi 11 Mars au local club.
Jean Lou, Leslie (tiens, une revenante) Thomas et Christophe
Je vous laisse deviner qui avait lamentablement 4mn de retard sur l’horaire ….
Il fait super beau . heu….. on va ou en rando les amis ?
La Légarde ?
Bon, ok, va pour une sortie un peu verticale.


Leslie ne connait pas et Thomas s’est arrêté à la bases des grand puits.
Jean Lou qui a tout à apprendre….  équipe jusqu’à la base des grands puits.
Leslie prend le relais pour le dernier jet.
Nous n’avons pas pris d’équipement pour accéder au réseau inférieur.
Tant pis ! Thomas et Leslie passent la première étoiture.

Thomas se faufile dans la suite et ressort complètement trempé.
.
Si on veux casser la croute au soleil, il faut ressortir.
Jean Lou et Leslie remontent. Thomas déséquipe et je l’accompagne . On fait un peu les feignasses au déséquipement, mais on s’en fout car le principe de la spéléo, c’est de se faire plaisir.
Casse croute sous une super soleil.
Retour au GCPM.
J’abandonne rapidement mes collègues car avec Jacky, nous avons comme objectif de faire démarrer le groupe électrogène du CDS25 (après quelques déboires lors de la sortie pompage aux Chaillets)
Nous trouvons les bons mots …. et finalement le groupe démarre sans encombres.
Nous avons pas mal progressé en diagnostic de panne et… sans être devenus des experts, nous avons maintenant une certaine expérience de la gestion de panne.
A suivre lors du prochain pompage à Courchapon. (nous en reparlerons).

Les autres photos ici

Christophe

Continuer la lecture

Les Biefs Boussets – 17 Février

Sortie aux Biefs avec Didier Doury qui n’y a pas trainé ses bottes depuis longtemps, et Thomas, qui lui n’était jamais allé plus loin que la salle de décantation.

Dans  le mail, qu’ils m’avaient envoyé, ils ne souhaitaient pas se mouiller. Donc nous n’irons pas plus loin que les voutes mouillantes à la base des puits terminaux.

Je passe à Montrond préparer le matos, et je file au lieu de rendez vous fixé avec les copains – (parking des Biefs )

Didier a oublié ses chaussons néoprène . Donc, pour lui, ça sera une sortie avec chaussures Canyon et chaussettes ! Tout le long de la progression, il redouble d’effort pour ne pas se mouiller les pieds…. Jusqu’au moment, où tentant de franchir le bassin qui se trouve avant le grand méandre, il rate son coup, et tombe carrément dedans. Et là, il ne mouille pas que ses pieds ….
Bien gaugé, il continuera courageusement  jusqu’au fond des Biefs.

Arrivés au P15, nous attendons Thomas qui traine un peu à visiter tous les diverticules.

Je suis sur la corde au sommet du puits en attendant qu’il arrive. Ca racle et je commence à percevoir de la lumière puis, soudain, je vois apparaitre une paire de bottes 5m au dessus de moi
« Heu… là si tu continues, tu tombes et tu vas te faire très mal »

Thomas stoppe sa progression et sagement,   il repart en arrière, pour enfin trouver le bon passage.
Une petite frayeur pour moi quand même.

Ecoulement moyen au niveau des voutes mouillantes.

Retour vers la surface, en récupérant au passage, le reste des vieilles cordes que nous avions changé pour le SSF, Sam et moi, il y a quelque temps.

Belle sortie de décrassage, 5h30 passé sous terre.

Jean-lou

Continuer la lecture
Fermer le menu